Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs Apuntes
Partager

Faire de la boxe son métier : quel est le parcours pour boxer en pro ?

De Samuel, publié le 18/10/2019 Blog > Sport > Boxe > Comment Débuter une Carrière de Boxeur Professionnel ?

Un anonyme a dit :« L’amour est comme un boxeur qui met K.O tous les cœurs. »

Devenir boxeur professionnel dans sa catégorie de poids – poids lourds, légers, welters, plumes, etc. – implique un parcours d’entraînement et une détermination sans faille.

Monter sur le ring, que ce soit en boxe anglaise, en boxe thaï ou en boxe française, peut être très lucratif pour un combattant.

Par exemple, en 2015, le combat entre Floyd Mayweather et Manny Pacquiao a généré 600 millions de dollars, en comprenant les billets vendus, les droits internationaux ou les contrats de sponsoring.

En moyenne, les boxeurs Français ne font pas plus de 2,5 matchs par an : seuls les championnats mettant en jeu des titres – championnat de France, d’Europe ou titre mondial – sont médiatisés, donc sources de profits.

Voici dans cet article nos réflexions sur le parcours à réaliser pour devenir boxeur pro !

La boxe professionnelle : les débuts en boxe amateur

C’est logique, il y a bien un début à tout : il faut commencer par rejoindre une salle de boxe.

Comment devenir boxeur professionnel ? A chaque entraînement, on sue à grosses gouttes ! Et dès le lendemain, les courbatures s’invitent partout dans le corps !

Rejoindre un club de boxe

De préférence, on choisira un boxing club affilié à la fédération française de boxe. Il faut également que ce club ait une bonne réputation dans l’entraînement des boxeurs.

Pour cela, on peut consulter les avis du club sur internet, notamment sur l’empire américain du web : Google.

Il est logique que pour devenir boxeur professionnel, on n’intègre pas une salle de cardio fitness qui propose des séances de shadow boxing juste pour raffermir le corps.

Il faut trouver un club spécialement dédié à l’entraînement de boxe.

Souvent, les clubs proposent un ou deux cours d’essai gratuits avant d’acheter le matériel de boxe et de payer l’adhésion et la licence.

Faites donc des essais dans plusieurs disciplines de boxe – boxe thaï, savate boxe française, boxe anglaise, kick boxing – afin de savoir laquelle vous convient le mieux.

Pour les plus motivés, vous pourrez également apprendre une, deux ou trois disciplines en venant aux différents créneaux horaires de la semaine.

Par exemple, boxe française le mardi et le jeudi, kickboxing le lundi, le mardi et le vendredi.

C’est un programme avec courbatures assurées, du moins au tout début !

Parler à un entraîneur

Posez ensuite des questions au coach, à la fois sur son expérience en tant que boxeur et sur le type d’entraînement à commencer.

C’est là que vous allez rencontrer les autres membres du club.

Affronter d’autres personnes de niveaux différents permet de combattre contre quelqu’un de plus expérimenté, qui pourra prodiguer des conseils si le coach est occupé sur un autre duo.

Dans mon club de boxe amateur (en kick boxing), le coach organise des combats au corps à corps – coups de poing et coup de pied dans les gants de boxe et bouclier PAO – par rotation de partenaires, de sorte que l’on puisse combattre avec un maximum de personnes différentes.

On ne cherche pas à être vainqueur par knockout, mais la technique, la précision, l’endurance, la touche et la souplesse.

Si vous avez les moyens, optez pour les cours particuliers : un coach privatisé permettra d’apprendre plus rapidement le pivotement des pieds, les sautillements, le coup direct, l’uppercut, les crochets, les coups de pied (low kick, middle kick, high kick), la garde et l’esquive.

Vous allez apprendre le jeu de jambes, les positionnements, l’agilité et l’endurance.

Commencer les entraînements intenses

Les entraînements de boxe donneront une large part à l’échauffement, puis se composent d’exercices techniques, de duels au corps à corps (30 à 60 secondes par partenaire), et d’exercices de renforcement musculaire.

Le saut à la corde, le sac de frappe et les exercices de musculation gagneront en intensité pour accroître la tonicité du corps.

Trois à quatre fois par semaine, prévoir au moins 75 à 90 minutes d’entraînement, avec pompes et burpees, exercices d’abdominaux, corde à sauter et enchaînement sur sac de frappe.

En dehors des entraînements de boxe, il est préférable de s’entraîner plusieurs fois par semaine : salle de sport, course à pied, musculation au poids du corps.

Un conseil fondamental : toujours maintenir sa garde, veiller au pivot du pied opposé au poing qui frappe, gainer, et regarder droit devant soi.

Il faut, en parallèle aux cours de boxe, adopter un régime d’athlète : un régime riche en protéines (poulet, poisson, œufs, fruits et légumes, avocats, noix).

L’entraînement a aussi pour but de travailler l’endurance des jambes et des épaules : pour esquiver, maintenir la garde, frapper et battre son adversaire.

Les qualités requises pour devenir boxeur professionnel

Il est fondamental, pour devenir boxeur professionnel à long terme, de se forger une condition physique athlétique et endurante.

Cela, pour pouvoir asséner des coups percutants, recevoir ceux de son adversaire et tenir l’endurance durant les rounds.

Quelles aptitudes développer dans les arts martiaux ? Que l’on apprenne le kickboxing ou la boxe thai, anglaise ou française, il faut être très rigoureux et déterminé !

La boxe professionnelle est beaucoup plus exigeante pour le corps que la boxe amateur.

La première implique de tenir jusqu’à 12 rounds de 3 minutes, alors que la seconde ne nécessite « que » 3 rounds.

Si vous êtes bon sur le ring de boxe, deux options s’offrent à vous :

  • Tenter de grimper sur le toit de la boxe amateur : les Jeux Olympiques,
  • Tendre vers une carrière de boxe pro.

En boxe pro, il n’y a pas de protection, les combats peuvent être longs et les coups surpuissants.

Les blessures ne sont donc pas rares.

D’où l’intérêt d’avoir une excellente préparation physique.

Afin de préparer un premier combat, voici ce qu’il faut travailler :

  • La défense,
  • La vitesse,
  • La puissance,
  • L’autonomie.

Il faut par ailleurs acquérir un bon niveau de résistance à la douleur, pour encaisser les coups parfois violents.

Dépasser la boxe amateur : vers les compétitions

Au-delà des combats de boxe amateur, un futur boxeur professionnel doit se constituer un début de palmarès.

Pour cela, il faut pouvoir gagner un premier combat, puis un autre, puis un autre.

Passer de l'amateurisme aux compétitions pro : comment faire ? « Monter sur le ring : quel monstre vais-je rouer de coups ce soir ? »

Par exemple, afin d’acquérir un palmarès estimé suffisant pour participer au championnat de France, il faut au moins 5 victoires sur les 10 derniers combats.

Mais avant de prétendre au championnat de France, il faut quitter le milieu amateur.

Pour ce faire, on recense trois championnats :

  • Le critérium des espoirs,
  • Le tournoi de France,
  • La coupe de la ligue.

Dans l’espoir de tenter un jour le championnat du monde ou le championnat d’Europe, un boxeur doit également être affilié à des organisations professionnelles et à une fédération internationale.

Le monde de la boxe est également entouré de son lot de marketing, de publicité, d’activités lucratives et de formalités administratives.

Rejoindre les fédérations prestigieuses, gagner un gala de boxe contre un grand champion (par exemple) permet de se faire connaître et de décupler ses gains financiers.

On trouve de nombreuses fédérations internationales de boxe : EUBC et EBU pour l’Europe, WBA, WBC, IBF et APB pour l’international.

Le boxeur va pouvoir participer aux compétitions les plus prestigieuses de son art martial, et commencer à se faire un nom, au moins sur la scène nationale pour commencer.

Trouver un promoteur et des combattants à défier

Comment organiser les rencontres les plus prestigieuses ? « Tu peux le faire. Je crois en toi. Tu seras champion du monde des légers ! »

Le boxeur professionnel gère sa carrière à la manière d’un chef d’entreprise, en ce qu’il lui revient de trouver les combattants à défier pour se constituer ses revenus.

Or trouver des adversaires et organiser les matchs n’est pas forcément aisé si l’on manque de réseau.

Du coup, un boxeur s’associe souvent à un promoteur, un agent chargé de trouver des combattants dans sa catégorie de poids.

Sa rémunération se fait souvent au pourcentage des gains de son client (le boxeur) : la rémunération du boxeur se fait donc en partie selon le prix que le promoteur va lui offrir pour combattre à son gala de boxe.

Le revenu est donc calculé en fonction d’un retour escompté sur l’investissement.

Or, les revenus sont principalement obtenus grâce aux téléspectateurs et aux spectateurs dans les gradins : du coup, plus l’affiche est prestigieuse, plus l’audience sera grande, et plus le match sera lucratif.

Le marché de la boxe est donc déséquilibré, caractérisé par une forte demande de combats et une offre plutôt rare.

L’objectif du boxeur, en sollicitant un promoteur, est de rencontrer des adversaires de plus en plus puissants afin de percevoir des primes de plus en plus élevées, et aussi remporter des ceintures de champion (champion de France ou champion du monde).

Notez qu’au moins 20 % des gains engrangés par les boxeurs vont dans la poche des managers, organisateurs, promoteurs et/ou agents.

Autre étape : obtenir une licence de boxe professionnelle !

Avoir un bon encadrement est essentiel dans le monde de la boxe professionnelle.

Outre les capacités physiques du boxeur, celui-ci ne décrochera pas le titre de champion – ou de championne – sans se constituer un staff technique précis :

  • L’entraîneur,
  • Le préparateur physique,
  • Un sparring partner éventuel,
  • Un médecin du sport,
  • Un kinésithérapeute.

La perspective de devenir boxeur pro vous tente ?

Commencez déjà par tenter d’être meilleur que ces deux boxeurs dans la vidéo suivante…

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
avatar