"L'enfant qu'on accoutume dès sa jeunesse à arroser, apprend à arroser." Proverbe arabe

En France, le nombre de jeunes décrocheurs scolaires a baissé et s’élève en 2020 à 80 000 soit un taux d'abandon scolaire de 8,2 % des jeunes selon une étude du Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion.

Le décrochage scolaire, c'est lorsque les élèves quittent totalement le système scolaire. Avant d'en arriver à ce stade, il existe des comportements à adopter pour éviter l'échec scolaire, le découragement et l'envie de quitter tout bonnement l'école.

Avec la crise sanitaire, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Certains ont facilement accès à un ordinateur et aux cours par visio, quand d'autres ont à peine un smartphone. Difficile de suivre des cours à distance dans ces conditions.

Si durant le premier confinement, certains élèves ont eu l'impression d'être laissés pour compte, pendant le deuxième confinement, des efforts ont été faits de la part du gouvernement et de l'éducation nationale. Les élèves de primaire peuvent suivre leurs cours presque normalement (avec un masque), tout comme les collégiens. Seuls les lycéens et les étudiants du supérieur ont la malchance de devoir suivre des cours par visio au moins la moitié du temps.

Alors comment faire pour éviter qu'ils ne décrochent et restent motivés ? Voici nos conseils !

1- Travailler avec le personnel scolaire

Comment lutter contre le décrochage scolaire pendant le confinement ?
Le système de suivi et d'appui des élèves commence à l'école.

Les personnels enseignants et notamment le professeur principal doivent savoir si votre enfant éprouve des difficultés scolaires ou des troubles de l'apprentissage. N'hésitez pas à garder le contact avec eux afin de savoir si votre enfant suit bien ses cours en visio, rend ses devoirs à temps et comprend les leçons.

L'adolescence est une période compliquée pour beaucoup et certains enfants se ferment et n'aiment pas discuter des problèmes rencontrés. C'est pour cette raison qu'il est nécessaire d'être attentif à tout moment.

Par ailleurs, si vous avez l'impression que votre enfant éprouve des difficultés, n'hésitez pas à en parler à la communauté éducative de son établissement scolaire ou au chef d'établissement afin qu'un dispositif scolaire particulier soit mis en place pour éviter tout risque de décrochage scolaire.

2- S'impliquer dans la réussite scolaire de votre enfant

C'est la continuité de notre conseil précédent. Pour lutter contre le décrochage scolaire de votre adolescent, il est primordial que vous vous impliquiez à ses côtés. Parfois, la seule difficulté que rencontre le jeune est un manque de considération et d'accompagnement individualisé de la part de ses proches.

Montrez-vous présent, aidez-le dans la mesure de vos moyens s'il rencontre des difficultés dans une matière. Ecoutez-le et essayez de trouver des solutions pour éviter l'abandon scolaire pur et simple.

L'adolescence n'est pas une période évidente et avec le confinement et l'éloignement de leurs pairs, les adolescents se retrouvent encore davantage isolés et peuvent se sentir incompris. Ces états d'esprit peuvent les détourner de leurs études et les placer en rupture scolaire.

3- Encourager des formes différentes d'apprentissage

Comment éviter que votre enfant quitte l'école ?
Prévenir le décrochage scolaire est possible en étant présent.

L'école, c'est important mais ce n'est pas la seule manière d'apprendre et de développer des compétences. Encouragez toutes formes d'apprentissages comme les arts, la musique, les sports ou autres.

Peut-être que votre enfant découvrira qu'il souhaite poursuivre ses études dans tel ou tel domaine annexe à ce qu'il apprend à l'école. De plus, les cours en visio, c'est bien, mais mettez-vous à leur place. C'est déjà compliqué de rester toute une journée sur une chaise dans une classe avec de vraies personnes, alors imaginez devant un écran !

S'ils souhaitent expérimenter d'autres manières d'apprendre à travers des vidéos, des livres, des jeux ou autres, ne les bridez pas et encouragez-les au contraire ! Le système éducatif ne suffit pas à se forger des opinions et une pensée propres. Laissez-les expérimenter !

4- Connaître les forces et les faiblesses de vos enfants

Vous connaissez votre enfant mieux que personne. Peut-être est-il plus doué en sciences ou encore en langues vivantes ou en français. Sachez reconnaître ses forces et encouragez-le dessus, mais reconnaissez aussi ses faiblesses et laissez couler sur certains points.

Parfois le simple fait d'avoir la moyenne dans une matière dans laquelle il n'est pas doué ou qu'il n'aime pas est déjà synonyme d'un effort. Félicitez-le lorsque vous voyez qu'il a travaillé, même si la note n'est pas à la hauteur de vos espérances.

Il n'est bon dans aucune matière scolaire ? Peut-être s'est-il trompé d'orientation. Savoir reconnaître les forces et les faiblesses, c'est aussi pouvoir l'aider à trouver la formation et la qualification professionnelle qui lui correspondrait (en lycée professionnel, en parcours aménagé, en ingénierie, au service militaire...) L'avenir professionnel de chacun n'est pas forcément tracé à l'aide d'un parcours de formation à bac+5 ou plus.

5- Communiquez tous les jours

La prévention du décrochage scolaire, c'est au quotidien que cela se fait et pas quand votre enfant ratera son baccalauréat général. Dans les collèges et les lycées, en temps normal, les conseillers d'orientation peuvent aider au repérage des jeunes en situation de décrochage mais avec cette crise sanitaire, votre rôle de parent est d'autant plus important.

Nous le savons, l'adolescence est une période où l'enfant cherche à se débrouiller seul et veut le moins avoir affaire à ses parents. Pourtant, ce n'est pas lui rendre service que de rentrer dans son jeu. Il reste un jeune qui a besoin d'accompagnement personnalisé pour réussir ses études. Continuez à vous intéresser à ses leçons, ses devoirs, ses présentations orales... 

Interrogez-le sur ses envies de métier et d'études. Même si vous pensez que cela ne lui conviendra pas, laissez-le expérimenter. Le but est de montrer que vous êtes ouvert au dialogue et que vous ne jugez pas ses choix. S'il ressent le contraire, il ne vous parlera pas.

Comment motiver votre enfant en période de crise sanitaire ?
Sortir s'aérer est aussi important pour la concentration.

6- Aider vos enfants à se fixer des objectifs

A cet âge-là, il n'est pas facile de se projeter dans l'avenir et encore plus en situation de crise sanitaire ! Il y a énormément de choix et en même temps, l'avenir est incertain. C'est parfois cette quantité de possibilités qui décourage les élèves ou leur fait perdre confiance en l'avenir.

Vous connaissez votre enfant mieux que personne et savez ce qui lui tient à coeur et ce qui le passionne. Aidez-le à s'orienter vers un domaine qu'il aime, faites-lui rencontrer des personnes (en visio) qui travaillent déjà, aidez-le à se projeter et à visualiser sa future vie tout en lui montrant peut-être avec votre propre expérience qu'il est possible de se reconvertir.

Encouragez-le vers le projet professionnel qu'il se fixe et si ça ne fonctionne pas, ce n'est pas grave. Au moins, il saura que vous l'avez encouragé dans sa persévérance scolaire.

Prêt à vous lancer à votre tour dans l'aide scolaire ?

7- Couper les écrans après la journée d'école

Pour les jeunes, le confinement est synonyme de beaucoup de temps passé derrière un écran. Le suivi des élèves n'est pas évident pour les professeurs et l'élève peut se retrouver avec plus de travail que durant le temps scolaire normal.

Incitez-le à couper les écrans le soir après ses cours et ses devoirs et à faire autre chose afin de bien clore la journée de "travail" et le temps de loisirs, hors de l'école.

8- Poursuivre les activités extrascolaires

La prévention et la lutte contre le décrochage scolaire pendant la période de confinement passe aussi par la possibilité de faire autre chose. Beaucoup d'activités extrascolaires ont été contraintes d'être stoppées, comme la danse, le sport en intérieur ou encore les cours de dessin.

Essayez autant que possible de poursuivre ses activités. Peut-être les cours continuent-ils en visioconférence ? Si ce n'est pas le cas, incitez votre enfant à miser sur sa passion et sa créativité pour se défouler en dehors de l'école. Il peut sortir marcher en forêt, faire du vélo, danser, courir dehors. L'important est de prendre l'air et de penser à autre chose qu'à sa scolarité !

9- Garder le rythme scolaire

Si l'absentéisme est facilement vérifiable lorsque votre enfant va en cours, ce n'est pas forcément le cas quand il suit ses cours derrière un écran. Obligez-le à garder un rythme scolaire en se levant aux mêmes heures qu'habituellement pendant la semaine, même si le cours a finalement lieu plus tard sur les plates-formes mises en place par le Ministère de l'Education Nationale.

La pause est également importante (loin des écrans si possible) ainsi que la fin de journée pour obtenir une réussite éducative et éviter que votre enfant fasse partie des élèves décrocheurs.

Comment lutter contre risque de décrochage scolaire ?
Un petit jeu de société le soir plutôt qu'une série sur Netflix ?

10- Opter pour le soutien scolaire et les cours particuliers

Si les équipes éducatives et le climat scolaire ne sont pas au top, n'hésitez pas à faire appel aux cours individualisés et au tutorat. Ils auront évidemment lieu à distance mais votre enfant sera en tête à tête avec un professeur qui n'aura que lui à gérer et pas une classe de 30 élèves.

C'est un bon moyen de remobilisation pour que votre enfant n'ait pas d'anicroche dans son parcours scolaire à cause du confinement. Il pourra vaincre les causes du décrochage scolaire, reprendre confiance en lui et éviter de faire partie des jeunes sortis du système scolaire pendant cette période.

Besoin d'un professeur de Soutien scolaire ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Alexia

Passionnée de danse, de musique et de voyages, je suis curieuse et j'aime apprendre et découvrir sans cesse de nouvelles choses.