Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment Français et Allemands coopèrent au quotidien ?

De Alexia, publié le 29/11/2017 Blog > Langues > Allemand > Les Coopérations Economiques entre la France et l’Allemagne

Le PIB de l’Union Européenne est à peu de choses près, l’équivalent de celui des États-Unis.

La France comme l’Allemagne font par ailleurs partie des fers de lance de l’économie européenne.

En effet, selon les données de la banque mondiale, l’Allemagne est le pays européen avec le produit intérieur brut le plus élevé, quand la France se classe en troisième position. Ces deux pays disposent donc d’une puissance économique importante à l’échelle européenne mais aussi mondiale.

De nombreux « couples franco allemand » se sont succédés à la tête de l’état ou de la chancellerie Allemande.

Malgré certaines divergences, ils avaient tous pour volonté de promouvoir et de développer la coopération franco-allemande en terme économique.

Nous pensons au couple Konrad Adenauer – Charles de Gaulle à Helmut Kohl et François Mitterrand, à Gerhard Schröder et Jacques Chirac ou encore plus récemment à Angela Merkel et Nicolas Sarkozy.

De part leurs puissances économiques respectives et leur proximité géographique, la France et l’Allemagne multiplient les coopérations économiques.

Si l’on rajoute l’espace Schengen et la monnaie unique dans l’équation, nous nous retrouvons avec quelques facilitateurs qui expliquent en grande partie pourquoi la coopération économique entre ces deux pays est aussi large.

Un peu d’histoire de l’Europe pour mieux comprendre la coopération économique européenne

Comment mettre en place une bonne intégration européenne ? L’unification du système monétaire européen (avec une banque centrale européenne) a facilité les échanges entre les pays.

Avant même la création de la Communauté Economique Européenne en 1957 par le traité de Rome, un autre traité supranational rentrait en vigueur en 1952 sous l’impulsion notable de Robert Schuman : la CECA (pour Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier).

Ce sont les prémisses de l’Union Européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui.

La CECA nait pour de nombreuses raisons :

  • D’une part, pour faciliter les échanges commerciaux entre les états membres – France, Allemagne de l’Ouest (république fédérale d’Allemagne), Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg –  en créant un marché unique du charbon et de l’acier, commun à ces six pays,
  • Mais également pour apporter une contribution sociale et empêcher que l’Europe ne s’embrase à nouveau dans la guerre. Car effectivement, lancer et promouvoir des partenariats économiques entre les deux pays était aussi très utile pour l’embellie des relations franco allemandes.

En 1957, une autre entité supranationale voit le jour : la CEE (Communauté Economique Européenne). Elle reprend les préceptes de la CECA en élargissant son domaine de compétence.

Les rapports d'amitié entre la France et l'Allemagne. Les six pays membres restent les mêmes et la CEE connaitra à mesure des années plusieurs élargissements.

La CEE sera à son tour éclipsée par la communauté européenne (accord ratifié en 1992 via le traité de Maastricht), puis par l’Union Européenne (en 2009 et avec l’entrée en vigueur du traité européen de Lisbonne suite au référendum de 2005).

Tour à tour, institution après institution, la France et l’Allemagne ont toujours été au cœur du projet européen, renforçant au passage leur étroite collaboration économique. 

Des partenaires économiques de choix

Pour l’année 2016, l’Allemagne reste le partenaire commercial privilégié de la France avec un volume d’échange qui s’élève à 16,5 % des échanges totaux français.

C’est bien devant l’Italie et les États-Unis qui représentent en totalité respectivement 7,4 et 7,2 % des échanges totaux.

A noter que si l’Allemagne est le premier fournisseur de la France, elle est aussi son premier client.

Depuis 2016, Français et Allemands ne sont plus réciproquement les premiers partenaires commerciaux puisque la Chine est devenue partenaire commercial privilégié de l’Allemagne (170 milliards d’euros d’échanges avec la Chine contre 167 avec la France sur l’année 2016).

Les Etats-Unis deviennent quant à eux, en 2016, le premier débouché des entreprises allemandes en termes d’exportations, pour un volume total d’échange de 165 milliards d’euros.

Bien que la France reste un partenaire de choix outre-Rhin, on constate que la dépendance de la France vis-à-vis de l’économie allemande est plus forte que l’inverse. 

Quels sont les pays de la zone euro à coopérer ? Si sur un terrain de foot c’est chacun pour soi, lorsqu’il s’agit d’économie, France et Allemagne sont les meilleurs partenaires européens !

Quelques outils pour favoriser les partenariats

De nombreuses institutions européennes œuvrent ou ont œuvré pour faire vivre les partenariats franco-allemands.

Le Club économique franco-allemand de Bavière contribue par ses activités au développement des relations économiques entre la France et l'Allemagne et offre à ses Membres une plateforme d'échanges et de contacts. C’est par exemple le cas du CEFA (Club Economique Franco Allemand), crée en 2005 à l’initiative d’un petit groupe de chefs d’entreprises français comme allemands.

Ce club a pour objectif premier de resserrer les liens économiques entre les deux pays en proposant des collaborations et des partenariats communs.

La chambre franco-allemande du commerce et de l’industrie est aussi une entité forte pour accompagner les relations économiques entre les entreprises françaises et allemandes. Un des buts premiers est d’accompagner les entreprises françaises en Allemagne et les entreprises allemandes en France à se développer.

En 2014, sous l’influence des deux grands quotidiens Les Echos et le Handelsblatt en Allemagne, une grande conférence de collaboration franco allemande a vu le jour.

L’objectif est d’opérer un rapprochement entre les décideurs et les personnes influentes des entreprises allemandes et françaises. Cette conférence se tient désormais annuellement et par alternance à Berlin et à Paris.

Une coopération qui incite de plus en plus d’élèves à prendre des cours d’allemand !

Le dispositif français de soutien à l’exportation en Allemagne est aussi une mesure qui facilite les collaborations économiques entre la France et l’Allemagne.

Quelques exemples de coopérations entre entreprises françaises et allemandes

Quels sont les pays de la zone euro à bénéficier d'une telle coopération ? Encore un bel exemple de lien allemand français !

Dans des domaines qui sont des fleurons de l’économie française ou allemande, on retrouve des fusions, des coopérations et des unifications ayant un objectif gagnant-gagnant pour les entreprises allemandes comme françaises.

Ainsi, dans le domaine ferroviaire, on retrouve de nombreux partenariats entre la Deutsche Bahn et la SNCF mais aussi des collaborations étroites entre les industriels français ou allemands pour la construction, la rénovation ou la maintenance de tramways ou encore de trains de banlieue.

Dans le domaine automobile, nous pouvons aussi citer la coopération stratégique entre Renault-Nissan et Daimler ou encore entre équipementiers et constructeurs automobiles (partenariat entre Bosch et Peugeot Citroen mais aussi entre Mercedes et Valéo).

Dans le domaine des télécommunications, nous pouvons également prendre pour exemple la coopération industrielle entre Orange et la Deutsche Telekom. La filiale de Véolia Environnement (SARP) et Avermann sont aussi des partenariats notables dans le domaine de l’environnement. Tout comme celle entre Canson et Felix Schoeller, deux acteurs majeurs de la papeterie.

Nous pouvons citer la récente fusion entre Alstom qui fabrique le TGV français et Siemens qui fabrique l’ICE, équivalent du TGV.

Les circonstances économiques mondiales font que le mariage entre ces deux concurrents, autrefois impossible, est devenu quasiment inévitable pour contrer l’ascension vertigineuse du concurrent chinois China Railway Rolling Stock Group qui a lui aussi profité de la fusion entre les deux plus gros constructeurs chinois de wagons et de locomotives et d’un investissement record de l’Etat pour la construction du réseau de lignes à haute vitesse. La Chine dispose en effet actuellement du réseau haute vitesse le plus dense au monde.

Mais la coopération ne s’arrête pas aux très grandes entreprises mondialement connues puisqu’on trouve un nombre très important de fusions et de partenariats entre des start-ups françaises et allemandes. Le tissu économique français et allemand est constitué à plus de 99 % par des PME et des TPE qui profitent elles aussi des effets de synergies et des « facilitateurs de coopération » que l’Europe et les deux pays ont su mettre en œuvre.

Dans le domaine de la banque, les journaux économiques évoquent une probable fusion entre BNP Paribas, premier groupe français dans le domaine bancaire et Commerzbank dont l’état allemand est actionnaire minoritaire.

Il existe même un prix récompensant tous les deux ans des entreprises innovantes et reconnues pour leurs gestions environnementales ou des ressources humaines : le prix franco-allemand de l’économie. 

De quoi vous motiver à apprendre l’allemand en ligne !

Un exemple marquant de la coopération économique franco-allemande : Airbus  

Avec la chute du mur de Berlin, les relations France-Allemagne se sont développées. Toute l’Europe bénéficie des retombées économiques de Airbus aujourd’hui.

La réussite et le rayonnement d’Airbus au plan mondial est probablement le meilleur exemple de réussite en matière de coopération économique du couple franco-allemand.

C’est en tout cas l’un des plus significatifs et l’un des premiers qui nous vient en tête.

Le groupement Airbus a été crée en 1970 sous le signe de la coopération économique franco-allemande. Il en est aujourd’hui le symbole. Bien que le consortium se soit ensuite ouvert aux espagnols (1971) et aux Britanniques (1979), il reste ancré comme véritable coopération entre Paris et Berlin.

Depuis 2006, Airbus est une entité du groupe EADS, groupe lui-même issu d’une fusion entre le français Matra, l’allemand Daimler Chrysler et l’espagnol Casa.

Le duel entre Airbus et Boeing rythme par ailleurs souvent les chroniques économiques des plus grands éditorialistes du monde entier. Pour mieux appréhender cette relation, pourquoi ne pas prendre des cours d’allemand paris ?

En synthèse :

  • De Giscard à la chancelière allemande Angela Merkel, chanceliers et présidents français ont toujours œuvré pour faciliter le libre échange et la libre circulation des marchandises, des idées ou des biens entre l’Allemagne et l’Hexagone. De nombreuses actions ou rencontres sont par ailleurs régulièrement organisées pour faciliter les synergies bilatérales entre entreprises des deux pays.
  • Petites et moyennes entreprises, groupes à rayonnance mondiale, toutes les entreprises trouveront des moyens de faciliter l’échange avec leurs acolytes allemands grâce à de nombreux outils, qu’ils soient liés à des initiatives publiques (via la politique européenne de l’union par exemple ou via l’action du gouvernement français ou du gouvernement allemand) ou privées comme la création de nombreux colloques ou prix qui viennent promouvoir la coopération entre entreprises françaises et allemandes.
  • Car la coopération économique entre la France et l’Allemagne est l’un des éléments moteurs du commerce dans la zone euro et de la politique économique européenne. 

Et un dernier exemple assez parlant : Arte !

« ARTE est une Chaîne culturelle européenne qui s’adresse à tous les téléspectateurs curieux et ouverts sur le monde, partout en Europe et en particulier en France et en Allemagne ».

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar