Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Nos astuces pour faire l’accentuation dans l’idiome de Cervantès

De Samuel, publié le 29/03/2018 Blog > Langues > Espagnol > Comment Maîtriser l’Accent Espagnol ?

« L’accent, c’est pas dans la gorge des uns, c’est dans l’oreille des autres ! » Plume Latraverse

Savoir quelle syllabe accentuer et où placer l’accent aigu en cours d’espagnol relèvent d’un des défis majeurs de tout apprenant en langue espagnole.

Parmi les Français qui sont en train d’apprendre une langue étrangère, 14% seulement ont un bon niveau en première langue vivante (LV1) et 11% seulement dans la deuxième langue.

On comprend l’intérêt d’apprendre l’espagnol quand on voit le nombre de locuteurs sur la planète : près de 500 millions de personnes, dont majoritairement aux États-Unis et au Mexique.

Voici nos rappels de grammaire espagnole pour maîtriser l’accentuation du castillan.

Quelles formes et rôles l’accent espagnol prend-il ?

Même un hispanophone natif  – Espagnol, Mexicain, Colombien, Argentin, Cubain – de langue maternelle espagnole pourrait se tromper : maîtriser l’orthographe d’une langue, fut-elle la sienne, ce n’est pas donné à tout le monde.

Soigner l’accentuation d’une voyelle est semblable à marquer la tonique d’un morceau de musique dans le tempo. Cela sert à enrichir la musicalité de la phrase et à prononcer correctement les mots en espagnol.

Comment progresser hors des cours ? Répéter chaque inscription urbaine... Bien accentuer les mots en espagnol : et si on s’entraîner dans la rue ?

Dans la langue française, nous utilisons plusieurs accents (accent circonflexe, aigu, grave, tréma), ce qui fait se hérisser le poil des enseignants lorsque leurs élèves ne parviennent pas, même en classe de terminale, à maîtriser cette règle orthographique.

Ainsi fait-on la différence entre les mots français « où » et « ou », l’un indiquant une destination cependant que le dernier est une conjonction renseignant une idée de sélection entre deux éléments ou plus.

Idem, la prononciation espagnole et le sens d’un mot se trouvent impactés selon que l’on marque un accent aigu ou un accent grave en fin de certains mots.

Je suis moi-même indigné de voir des textes où le participe passé est conjugué à l’infinitif, ou de lire des phrases où l’auteur confond accent grave et accent aigu.

Bref, sachez que pour apprendre à parler espagnol, la règle d’accentuation est plus simple car il n’y a qu’un seul sens d’accentuation écrite : celle-ci prend la forme d’un accent aigu (comme pour la lettre « é »).

On distingue deux types d’accents en espagnol :

  • L’accent tonique,
  • L’accent grammatical.

Le premier insiste sur une syllabe dont une voyelle se prononce sur un ton de voix plus élevé – c’est le métronome de la phrase -, tandis que le dernier ne modifie pas la tonalité de prononciation d’un mot, il est apposé sur la syllabe tonique normale.

Cet accent grammatical est silencieux, et ne se remarque qu’à la lecture.

En outre, il sert à distinguer deux homonymes : par exemple, como peut à la fois être le verbe comer conjugué à la première personne du singulier au présent de l’indicatif pour signifier « je mange », tandis que cómo est un pronom qui marque la comparaison entre deux éléments (« comme » en français).

Ou encore, les verbes sonar (sonner) et soñar (rêver) ne pourraient pas être correctement compris sans le ñ de soñar.

D’accord ? Passons alors aux règles d’accentuation…

Quelles sont les règles de l’accent tonique en espagnol ?

Qui n’a jamais vu, au-dessus des lettres espagnoles, l’espèce de petite vague apposée sur la lettre « n » et notamment le mot españa (Espagne) ?

Il s’agit du tilde, tiré du verbe espagnol tildar, qui signifie l’action d’écrire l’accent.

La définition du mot tilde en espagnol est différente de l’acception que l’on en a en français : en Espagne, tilde signifie « accent graphique » tandis que le mot « acento«  désigne le fait de charger la voix.

La règle d’accentuation qui prévaut pour l’accent tonique est la suivante : seules les voyelles a, e, i, o, et u peuvent prendre un accent.

Or, pour identifier où et quand écrire l’accent, il faut maîtriser préalablement la prononciation et l’orthographe espagnoles.

S'amuser à répéter les phrases en langue espagnol pour progresser rapidement. Où se trouve l’accent tonique de chaque mot de ce slogan de mouvement social espagnol ?

L’accent tonique est souvent accompagné d’un accent écrit car celui-ci indique la place de la syllabe accentuée.

Si les mots en espagnol se terminent par une voyelle ou par les consonnes « n » et « s », alors il incombe d’insister sur la pénultième syllabe (avant-dernière). En phonétique, on dit qu’il s’agit de paroxytons.

Par exemple, pour les mots mesa, padre, cama, lunes, casa, etc. : ces mots se terminent soit par une voyelle, soit par un « n » ou un « s » : ainsi faut-il insister sur l’avant-dernier phonème pour le prononcer correctement.

On dira donc PA-dre, ME-sa, et ainsi de suite.

Mais si le mot se termine ni par une voyelle ni par d’autres consonnes que « n » et « s », et s’il ne comprend pas d’accent écrit, alors il faut porter l’accent tonique sur la dernière syllabe (on parle alors d’oxytons) :

  • Comer,
  • Papel,
  • Ayudar,
  • Libertad,
  • Ordenador.

Si enfin, l’accent tonique est marqué sur une autre syllabe, alors on indique un accent écrit pour indiquer la syllabe tonique :

  • Dicil,
  • árbol.

Il existe certaines irrégularités, notamment pour les mots finissant par « ión » ou « ón » : población, localización, privatización, nacionalización, acción, corazón, etc.

Terminant par un « n », ils devraient porter un accent tonique sur l’avant-dernière syllabe, or c’est la dernière que l’on accentue.

Les mots sont aussi parfois accentués sur l’antépénultième (avant avant-dernière) syllabe, et doivent donc comporter un accent écrit : sílaba (syllabe), bolígrafo (stylo), párajo (oiseau), paréntesis (parenthèse), etc.

A noter que face à une diphtongue espagnole – association d’une voyelle forte à une voyelle faible -, l’accent tonique est marqué sur la voyelle forte : pi-EN-so, PUE-do, PIA-no

C’est tout ?

Non, il nous reste encore une dernière règle : lorsque l’on passe d’un singulier à un pluriel ou d’un masculin à un féminin, l’orthographe du mot – le nombre de syllabe avec – change, et celui-ci peut perdre son accent écrit ou le prendre (l’accent tonique demeurant fixe sur la même syllabe).

C’est le cas pour canción et canciones, inglès et inglesa, joven et venes, francés et francesa

Enfin, voici un autre type d’accentuation : l’accent grammatical.

Les fonctions de l’accent grammatical

L’accent dit grammatical – ou accent diacritique – possède trois fonctions, et sert à :

  • Dissocier les adjectifs démonstratifs des pronoms démonstratifs,
  • Indiquer les formes exclamatives et interrogatives de certains adverbes,
  • Différencier la nature grammaticale de certains homonymes.

Pour apprendre à parler espagnol, on peut mettre les situations de la vie courante en phrases simples. « El gato esta debajo del libro. » : accent ou pas accent ?

Rappels de grammaire : cours

On distingue donc l’accentuation des mots selon leur nature grammaticale : verbe, nom, adverbe, adjectif, conjonction.

On s’explique.

De nombreux mots sont des homonymes qui possèdent donc la même orthographe et la même prononciation. Pourtant, ils appartiennent à des catégories grammaticales différentes.

C’est le cas par exemple pour les mots « mi », « tu », « si », « solo ».

Sans accent écrit, « mi » est un adjectif possessif, mais mí (avec accent) est un pronom personnel. Pareillement, « sí » est un adverbe tandis que « si » est une conjonction de coordination.

Enfin, « sólo » est un adverbe, cependant que « solo » est un adjectif.

Ainsi, si comme moi vous rêvez de partir en Colombie – ou ailleurs en Amérique Latine -, il faudra inclure ces règles d’accentuation dans votre vocabulaire espagnol : l’espagnol parlé est tout sauf monocorde, votre diction doit être chantante.

La deuxième vocation de l’accentuation grammaticale est de distinguer entre pronom démonstratif et pronom personnel :

Aquél, éste, ésa sont des pronoms, tandis qu’aquel, este, esa sont des adjectifs.

Enfin, la dernière finalité de cet accent, est de distinguer les pronoms et adverbes interrogatifs ou exclamatifs des autres pronoms et adverbes usuels : cuándo, cómo, quién et cuando, como, quien.

Rappels de grammaire : exercices

Pour bien illustrer nos propos – et bien se faire comprendre -, voici quelques phrases espagnoles d’exemple.

Il peut être bénéfique de les prononcer à voix haute pour s’entraîner et progresser :

  • ¿ Dónde vive este hombre ? El hombre es Argentino, vive en Buenos Aires. Sólo vino en Francia para sus vacaciones. (Où vit cet homme ? Cet homme es Argentin, il vit à Buenos Aires. Il est seulement venu en France pour ses vacances),
  • La mujer quien hizo esta comida es una muy buena cocinera. ¿ Cuánto ingredientes puso en esa olla ? (La femme qui a fait ce plat est une très bonne cuisinière. Combien d’ingrédients a-t-elle mis dans cette casserole ?),
  • Me gusta muy bien esta canción, pero de todas formas, me gusto todo sobre este artista Español : canciones, música española y letras. (J’aime beaucoup cette chanson mais de toute façon, j’aime tout de cet artiste Espagnol : chansons, musique espagnole et paroles).

Pas d’inquiétude : un séjour linguistique ou un voyage dans des régions d’Espagne – Galice, Castille, Andalousie, Catalogne – vous feront prendre des automatismes rien qu’en écoutant parler les locuteurs locaux.

De fait, l’accent tonique sur chaque mot viendra tout seul !

Quand utiliser le tréma et le tilde ?

Il y a aussi des mots nécessitant l’apport d’autres accents écrits : le tréma et le tilde.

Le tilde espagnol

Enfin, on voit souvent la vaguelette surélevée au dessus du « n » : ñ. 

Pouvoir interpeller les femmes avec la bonne accentuation. Voila une utilisation fréquente du « n » tilde : le mot « señora », signifiant « madame ».

Le tilde est un signe diacritique très employé en espagnol ainsi que dans d’autres langues (cyrillique, notamment).

Le saviez-vous ? Étymologiquement, le tilde provient du latin titulus, qui signifie « titre ».

Les scribes médiévaux l’ont inventé pour signifier la présence d’un phonème altéré au contact d’un autre, deux « n » ayant évolué vers « gn » : año s’écrit annus en latin.

De nos jours, le « ñ » est une lettre indépendante de l’alphabet espagnol, que l’on retrouve dans de nombreux mots : doña, malagueña, señor, señora, cañon.

Marre de chercher dans Google où copier et coller un ñ ? Nos claviers AZERTY comportent directement un raccourci clavier permettant de le taper.

Pour y parvenir, maintenir enfoncée la touche « alt + gr » et la touche 2 au-dessus du clavier. Relâcher, puis appuyer sur le « n ». La lettre « ñ » apparaît automatiquement.

Utilisation du tréma

Le tréma concernera très peu de mot, et ne se retrouvera que sur la voyelle « u » lorsque celle-ci est situé entre la consonne « g », ou les lettres « e » et « i ».

Il a la même signification que le tréma français : il indique que la voyelle accentuée doit être prononcée distinctement de la lettre qui lui succède.

Par exemple, les mots vergüenza (honte) et lingüistica (linguistique)Dans le monde hispanique, on écrit ces deux mots avec un tréma car lorsqu’il n’y en a pas entre un « g » et un « e », le « u » devient muet.

Comme dans les mots « guerra » (guerre), « guiar » (guide), « seguir » (suivre), « aconseguir » (conseiller), « Che Guevara« .

Voilà vous savez tout – ou presque – sur l’accentuation orale et écrite en espagnole ! Il sera toutefois toujours bénéfique de s’entraîner malgré tout avant de partir apprendre l’espagnol en Espagne.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar