Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager
1

Comment fonctionne l’accompagnement scolaire d’un pays à l’autre ?

De Samuel, publié le 14/10/2016 Blog > Cours particuliers > Soutien Scolaire > Panorama des Cours de Soutien Scolaire dans le Monde

Le marché du soutien scolaire en France est plus que florissant. En part déclarée, l’aide aux devoirs et les cours particuliers pèsent pour 2,5 milliards d’euros, or 80 % des activités de soutien se feraient en économie souterraine, au noir.

Selon une étude du centre d’analyse stratégique menée en 2013, les ménages Français commanderaient 40 millions d’heures de cours chaque année, ce qui fait de notre pays le plus gros consommateur du soutien scolaire en Europe.

Avec un collégien sur cinq et un lycéen sur trois qui prennent des cours particuliers à domicile, on voit bien que le spectre du décrochage scolaire est une crainte majeure des parents, surtout si l’on considère le tarif horaire moyen appliqué, assez élevé de 35 €.

Prendre des cours de soutien scolaire parfois dès l’école maternelle signifie que les résultats de son enfant sont jugés insuffisants comparés à l’ambition que l’on développe :

réviser avec un prof à domicile pour viser l’excellence pour une grande école, cibler une mention au bac ou progresser pour éviter le redoublement, par exemple.

Est-ce la même tendance dans tous les pays du monde ? Bien évidemment, non.

Superprof dresse une analyse comparée des différences de conception du soutien scolaire existant dans le monde selon la culture des pays.

Le soutien scolaire dans les pays anglo-saxons et latins

Le soutien scolaire varie d’une culture à l’autre, et la demande de professeurs particuliers est différente d’un pays à l’autre. En France, 36 % des lycéens ont déjà bénéficié de cours de soutien de l’école primaire à la Terminale.

Ce chiffre est supérieur dans certains pays européens tandis qu’ailleurs – dans les pays anglo-saxons par exemple -, il peut être plus faible.

Comment expliquer que donner des cours à domicile dans les pays d’Europe ne soit pas homogène ?

Certainement en raison des tissus économiques et sociaux de chaque pays, et parce que la vision qu’on lui donne diverge d’une culture à l’autre.

Le soutien scolaire dans les pays anglo-saxons

Dans les pays de culture anglo-saxonne et scandinave, donner des cours à domicile est un phénomène quasiment marginal. Donner des cours particuliers d’aide aux devoirs à ses enfants est presque indexé sur le système éducatif du pays concerné.

L'éducation et les cours particuliers, meilleurs que dans le sud ? En Europe septentrionale, notez la quasi absence des cours privés de soutien scolaire : les enfants reçoivent directement en classe le soutien scolaire !

Ainsi, il y aurait une corrélation entre la qualité du système scolaire et le volume des cours de soutien scolaire : plus le système scolaire serait décevant, plus on va donner des cours à domicile.

Alors qu’en France, l’obtention d’un poste qualifié et gracieusement rémunéré reste conditionné à la validation d’un diplôme élevé de l’enseignement supérieur, les pays de culture anglo-saxonne ne répondent pas à ce principe.

Au Royaume-Uni (et en Australie, Nouvelle-Zélande, Canada, États-Unis), on embauche davantage sur l’expérience et sur la motivation que sur « background » scolaire du professeur des écoles.

La sortie prématurée du système scolaire, par ailleurs fréquente au sein des classes populaires, y est moins vécue comme un accident de parcours, car la peur du chômage est moins prégnante qu’en Grèce, qu’en Italie, qu’en France ou qu’en Espagne.

Ceci explique le faible recours aux soutien scolaire en primaire : même sans diplôme, on peut toujours « s’en sortir » dans un pays anglo-saxon.

D’un autre côté, donner des cours de rattrapage à ceux qui ont des difficultés scolaires est une activité qui a toutes les raisons d’exister aux États-Unis, au Canada, en Australie, au Royaume-Uni ou en Nouvelle-Zélande :

les universités sont tellement onéreuses et concurrentielles que le cours à domicile et les stages intensifs reposent sur une demande potentiellement forte.

A titre d’anecdote, lorsque je voyageais en Australie, je me souviens qu’un semestre à l’université de Sydney coûtait 16 000 AU$…

En Scandinavie, pays champions des enquêtes PISA, les élèves bénéficient d’un soutien scolaire personnalisé à l’école.

En Finlande, Suède, Danemark et en Norvège, le redoublement et l’accompagnement scolaire privé sont inexistants et les professeurs exercent en binômes dans leurs classes.

Ceci a pour effet d’offrir aux élèves un accompagnement scolaire sans que les parents d’élèves en difficulté n’aient besoin de recourir aux cours du soir à domicile.

L’accompagnement personnalisé dans les pays latins et de l’Europe du sud

Au sud du « vieux continent », la réalité est tout autre : les taux de chômage (selon l’OCDE) dans les pays latins et en Grèce sont élevés (de 10 % à 25 % de la population active) et beaucoup de jeunes – même diplômés – restent privés d’emploi avant l’âge de 30 ans.

Dans cette conjoncture où il est difficile de trouver un emploi stable et non précaire, le cours de remise à niveau scolaire avec un prof à domicile qui est aussi conseiller pédagogique, devient un atout majeur.

Mais hélas, en Europe, tout le monde n’a pas les moyens de se payer un prof à domicile.

Les leçons privées à la française et la culture de la réussite. Dans les pays latins, les cours à domicile de soutien scolaire sont un rempart contre la précarité.

D’un côté statistique, le soutien scolaire concerne :

  • 83 % des lycéens Maltais
  • 69 % des lycéens Grecs
  • 36 % des lycéens Français
  • 21 % des lycéens Allemands

Ce sont aussi des pays plus peuplés qu’au nord de l’Europe : l’Espagne compte 46,7 millions d’habitants, la France 67 millions, l’Italie 60 millions de personnes tandis qu’ils sont 5,5 millions en Finlande, 5 millions en Norvège et 9,6 millions en Suède.

Notre hypothèse est que la concurrence est plus rude sur le « marché du travail ».

Cela rend nécessaire le cours particulier, parfois dès la grande section, et pousse les professeurs à donner des cours à domicile aux enfants en difficultés scolaires dans les matières générales (soutien maths, langues étrangères, économie, physique-chimie).

Dans les pays occidentaux, les agences de cours particuliers, les sites de cours en ligne et les méthodes de travail en ligne pullulent : Complétude, Acadomia, Methodia, Educadis, Anacours, Bordas… tout y est pour recevoir un véritable coaching scolaire !

Le soutien scolaire dans les pays d’Afrique

Le continent africain abrite encore, en 2016, certains des pays les moins avancés économiquement.

Les infrastructures publiques y sont moins développées, les États sont trop endettés auprès des institutions de crédit (FMI, Banque Mondiale), ou manquent de fonds d’autres États puissants, sont contraints parfois d’adopter des politiques économiques libérales (liés aux accords de libre-échange de l’OMC).

Les conflits armés, l’instabilité politique, l’endettement, les catastrophes climatiques naturelles… L’école de l’Afrique en pâtit encore, car les établissements sont souvent privés et les familles n’ont pas toujours les moyens d’y inscrire leurs enfants.

En dépit de cet état des lieux, donner des cours à domicile dans les pays d’Afrique est fréquent car cela permet de rehausser le taux d’alphabétisation des jeunes apprenants.

Bien souvent, ce sont les ONG et les associations qui assurent le soutien scolaire en français ou en anglais, pour pallier les carences du système d’éducation et de santé.

Les acteurs associatifs au service de l'éducation des élèves des pays pauvres. Les aides humanitaires sur le continent africains contribuent à la lutte contre l’analphabétisme des enfants.

Apprendre à lire et écrire et à compter est un moyen d’émancipation et de socialisation pour tous les individus.

C’est un outil permettant une remise à niveau en langues étrangères, du soutien en physique-chimie et du soutien en maths.

Les cours particuliers contribuent aussi à aider les classes moyennes à intégrer les grandes écoles et à s’élever dans la hiérarchie sociale.

De nombreux types d’aide à l’alphabétisation ont été mises en oeuvre pour les enfants d’Afrique :

  • dons monétaires privés
  • transferts monétaires venant d’Europe
  • Aide Publique au Développement (insuffisante, les États développés versent officiellement moins de 1 % de leur revenu national brut)
  • les missions humanitaires d’ONG et de nombreuses petites associations privées : Urgence Afrique, Afrique Pleine d’Avenir, l’école pour tous, l’association DBA, l’association Appel pour une école démocratique, et tant d’autres.
  • les occidentaux agissant seuls, sans rattachement aux ONG qui fournissent leur aide sur place

Tous ces acteurs contribuent à renforcer le maillage du système scolaire africain et ses faiblesses pour prodiguer des cours de remise à niveau dans toutes les matières (langues étrangères, maths, physique-chimie, histoire-géographie).

Le soutien scolaire dans les pays d’Asie

Le soutien scolaire est intensif sur le continent asiatique.

Pourquoi ?

Parce qu’en Asie, l’excellence, l’honneur et la performance sont des impératifs, des aspirations culturels.

La culture de la performance en Asie : un large créneau pour l'aide scolaire. Dans les pays du Levant, l’école est très élitiste : il faut être le meilleur, les cours intensifs sont monnaie courante.

L’Asie du Sud-Est et du Nord-Est regroupe des « nouveaux pays industrialisés » ou « émergents » où l’accès aux grandes écoles prestigieuses est conditionné par un niveau d’excellence durant la scolarité.

Au Japon, seconde puissance mondiale, deux tiers des lycéens ont déjà reçu des cours particuliers avec un prof à domicile dès l’école primaire.

Au sein des familles, le déclassement social est vu comme un désaveu.

Le soutien scolaire permet de progresser tout en limitant l’impact de la frustration de n’avoir pas pu s’élever au-dessus de ses parents dans la hiérarchie sociale, même avec un diplôme supérieur. En sociologie, on dit que c’est le paradoxe d’Anderson.

Prendre des cours à domicile aide ainsi les étudiants à accéder aux classes préparatoires des grandes écoles difficiles d’accès.

Au Japon, les élèves ne se reposent pas le dimanche. Ils n’ont pas de vacances scolaires et sollicitent souvent un prof à domicile qui vient leur donner des cours particuliers pour approfondir les notions reçues par leur enseignant.

En Corée du Sud, à Taiwan, à Hong-Kong, en Chine, en Malaisie, en Thaïlande, à Singapour, les attentes des parents envers leurs enfants sont là aussi énormes. Nombreux sont ceux qui prennent des cours le soir jusqu’à 21 ou 22 heures.

Dans les autres pays moins avancés d’Asie – Philippines, Indonésie, Vietnam, Laos, Cambodge -, le soutien scolaire est là aussi important, supérieur qu’en France, mais pour des raisons différentes.

Les inégalités économiques et les écarts sociaux sont tels qu’avoir les moyen de se payer un prof à domicile (d’ailleurs, même l’école est souvent privée et onéreuse), c’est un vecteur d’ascension sociale.

Vous n’avez que l’embarras du choix pour partir et donner des cours particuliers en tant que prof à domicile !

Découvrez également le visage du soutien scolaire en Amérique du Nord et du soutien à domicile en Amérique Latine

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz