Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager
4
4

Pourquoi partir travailler en Allemagne ?

De Simon, publié le 04/04/2017 Blog > Langues > Allemand > Les Avantages de Travailler en Allemagne

L’Allemagne est aujourd’hui l’une des plus grandes puissances économiques en Europe et, à ce titre, attire de nombreux stagiaires et travailleurs du monde entier dont des milliers de Français.

Son économie est florissante et le marché du travail se porte bien avec des secteurs comme le tourisme, la recherche, l’automobile et la métallurgie en tête de peloton. Les Landers se sont beaucoup mieux remis de la crise économique mondiale que nombre de nos régions françaises.

  • Mais pourquoi aller travailler en Allemagne ?
  • Qu’est-ce qui peut pousser de plus en plus de personnes à partir vivre en Allemagne ?
  • Quelles différences existe-t-il avec la France ?

Ce sont autant de questions auxquelles nous allons tâcher de répondre ensemble. Cela vous permettra de partir sur de bonnes bases pour réfléchir sereinement à votre avenir ou à votre réorientation de carrière !

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

2 raisons principales pour travailler outre-Rhin

L’exemple des frontaliers

La première réalité, c’est qu’il n’est guère besoin de vivre en Allemagne pour y travailler.

Près de 50 000 Français partent chaque jour de l’autre côté de la frontière franco-allemande pour y travailler la journée, avant de rentrer regarder la télévision française chez eux le soir…

C’est ce même mouvement qui a lieu pour le plein d’essence ou faire certaines de ses courses à moindre coût. Bien sûr, il faut habiter à quelques kilomètres de la frontière ou pouvoir compter sur la fiabilité des transports en commun transfrontaliers pour se permettre une telle perspective professionnelle !

Il est possible de faire de même avec la Belgique et le Luxembourg, mais aussi avec la Suisse dont plus d’un canton est germanophone.

Quels sont les avantages s"expatrier en Allemagne ? La Défense berlinoise où travaillent les jeunes cadres allemands.

L’avantage est que ces Français cotisant en Allemagne n’ont pas besoin de carte de séjour, ni d’un permis de travail pour avoir le droit d’exercer une profession sur le sol allemand, même en résidant en France. C’est le produit de divers accords ayant notamment débouché sur l’espace Schengen et l’Union européenne.

En outre, en tant que frontaliers, ces salariés peuvent rester imposables en France (résidence fiscale), mais peuvent se faire exonérer d’impôts en Allemagne. Des traités bilatéraux empêchent le régime de la double imposition, ce qui n’est pas pour déplaire !

Les différences de salaires

Envie d’aller découvrir la mentalité allemande au travail, ainsi que les différences de salaire ?

Il faut savoir que la France et l’Allemagne ont un salaire brut minimum quasi identique. Alors en quoi y aurait-il une différence entre les salaires des deux nations ? Pourquoi les Français vont-ils plus facilement traverser le Rhin pour gagner leur vie ?

La raison se situe dans le choix des postes : en effet, la rémunération est plus intéressante dans certains secteurs recherchés comme la chimie, l’automobile ou l’informatique, domaines où l’Allemagne propose d’ailleurs davantage de postes à responsabilités que ne le fait sa voisine.

En règle générale, le salaire allemand est donc à cet égard plus élevé que le revenu du travail français avec une rémunération médiane de 3 200 euros mensuels en Allemagne contre à peine 2 500 euros en France.

L’autre facette de cette réalité, c’est la réactivité et le dynamisme du marché du travail teuton. Grâce à des charges sociales plus faibles et à une fiscalité plus libre pour les entreprises, le chômage est moins élevé en Allemagne, et donc les offres d’emploi plus nombreuses et les embauches facilitées.

Comparez le taux de chômage de 9,5 % en Alsace (l’un des plus bas de métropole) au quasi-plein-emploi badois !

Faut-il parler allemand pour travailler en Allemagne ?

Est-il possible de travailler sans parler allemand ?

La question revient souvent et beaucoup de Français hésitent à s’expatrier à cause de la barrière langagière.

Toutefois, travailler outre-Rhin sans parler la langue allemande est possible, envisageable, surtout si vous parvenez à rejoindre une entreprise internationale.

Parler allemand vous apporte-t-il un véritable atout dans votre recherche d'emploi outre-Rhin ? Apprenez les subtilités de la langue de Goethe !

Pour les étudiants qui souhaitent trouver un petit job, des cours d’allemand sont souvent proposés pour une découverte de l’histoire de la langue germanique.

En effet, si l’on souhaite vraiment faire carrière en Allemagne et engranger promotion sur promotion, être bilingue est incontournable.

Si l’immersion en contrée tudesque contribuera grandement à une maîtrise accrue de l’allemand, mieux vaut préparer son départ et son aisance linguistique le plus longtemps à l’avance possible…

Suivre des cours d’allemand

Évidemment, le must, c’est d’avoir plus que quelques connaissances en allemand.

Pourquoi suivre des cours de langue et partir découvrir l’allemand à Berlin, par exemple ?

Les raisons sont multiples et dépendent de votre activité professionnelle et de vos ambitions personnelles également, mais vous allez gagner rapidement en autonomie et vous pourrez vous débrouiller seul pour trouver un travail, pour passer des entretiens d’embauche et tout simplement pour vivre en pays germanophone tout en pouvant vous épanouir sans nostalgie de votre patelin natal.

Connaître le vocabulaire de base allemand, le lexique ayant trait à la vie courante et professionnelle, comprendre les tournures syntaxiques et idiomatiques d’une langue à déclinaisons, découvrir son histoire et sa culture pour mieux comprendre le contexte historique, économique et social de l’Allemagne, sont autant d’atouts qui enrichiront votre expérience professionnelle en Allemagne. Ils la rendront réussie, fructueuse et inoubliable.

En prenant des cours d’allemand, en comprenant la grammaire, en effectuant régulièrement des exercices écrits et oraux, en écoutant des podcasts en allemand, vous allez doper votre compréhension orale et vous vous sentirez plus à l’aise dans une communication avec un locuteur natif. Situation qui, convenez-en, risque de se produire plus d’une fois au boulot…

Etes-vous prêt à améliorer votre niveau en langue allemande ? Booster son niveau en allemand avec des cours.

Il est possible de prendre des cours d’allemand même si vous êtes déjà salarié : avec les cours du soir, les cours d’allemand à l’université pour adultes ou encore les cours particuliers à domicile, vous allez pouvoir cibler vos besoins et trouver le type de cours de langue qui vous conviendra le mieux.

À noter que si vous avez l’occasion d’effectuer un stage outre-Rhin, notamment dans l’une des meilleures villes étudiantes allemandes à l’image de Bonn, de Fribourg-en-Brisgau ou de Tübingen (on n’évoque pas Berlin, Munich et Hambourg qui sont également des références), vous découvrirez une nouvelle facette de l’Allemagne tout en travaillant.

D’ailleurs, si vous êtes encore étudiant, n’hésitez pas à vous pencher sur l’opportunité d’un programme Erasmus en Allemagne (ou en Autriche), ou d’un accord d’échanges via l’Université franco-allemande (découvrez par ailleurs le classement des universités allemandes). Il n’est sans doute pas un seul campus de nos vieilles Gaules qui ne permette de partir entre Rhin et Oder !

Sans oublier, enfin, que parler, comprendre et écrire en allemand est un véritable bonus sur votre CV si vous décidez de travailler outre-Rhin : les recruteurs allemands seront plus intéressés par un profil tel que le vôtre par rapport à une personne avec qui on devra passer plus de temps (donc moins de productivité en fin de compte) pour expliquer les choses.

Cela démontrera votre envie de vous intégrer aussi bien dans la culture de l’entreprise que dans la culture et la vie allemande, tout en attestant de vos capacités.

Sur ce dernier point, nous ne saurions que trop recommander la validation d’une certification linguistique se fondant sur les niveaux européens du CECR.

En la matière, même si les CLES 1 et 2 valent ce qu’ils valent, le Goethe-Institut reste la référence incontestée.

Son Goethe-Test PRO – Deutsch für den Beruf (ancien BULATS germanophone) est tout à fait indiqué, dans la mesure où il rend compte de la maîtrise de l’« allemand professionnel » et donne un score précis (valable deux années).

Parallèlement, la maîtrise de l’anglais et/ou d’une autre langue (comme le néerlandais, le polonais ou le suédois) sera un plus : les trilingues n’auront aucun mal à se tracer un avenir radieux !

L’intérêt de travailler en Allemagne

Nous avons déjà vu que la question du salaire est un argument de poids pour aller travailler en Allemagne et que si vous vivez ou décidez de vivre à la frontière franco-allemande, vous pourrez bénéficier d’avantages fiscaux non négligeables.

Mais est-ce tout ?

Voici d’autres raisons qui pourraient vous décider à prendre des cours d’allemand et franchir le Rhin.

  • Habituellement, si vous êtes salarié en France et que vous décidez de partir en Allemagne, vous vous verrez confier davantage de responsabilités, notamment si vous êtes déjà cadre ou avez un statut équivalent. Bien entendu, qui dit responsabilités implique de devoir gérer plus de choses… Cela est certes exigeant mais demeure enrichissant.

Parler allemand est-il un véritable atout dans un parcours professionnel ? Acquérir une nouvelle compétence professionnelle.

  • C’est une expérience financière fort intéressante, même si elle est à durée déterminée.
  • Une excellente occasion de sortir de votre zone de confort, d’être plus ouvert d’esprit, de découvrir une nouvelle civilisation et d’améliorer vos capacités d’adaptation. Ce sont des compétences qui sont valorisées par les employeurs et ouvrent des perspectives nouvelles dans la suite d’une carrière.
  • Vous capitalisez sur l’expérience : en effet, la concurrence est toujours présente, quel que soit le secteur d’activité dans lequel vous travaillez ou souhaitez évoluer.
  • C’est l’occasion de découvrir le management ou la vie de bureau sous un autre angle : les habitudes ne sont pas les mêmes, les relations entre salariés non plus. Surtout que le lieu commun veut que les Allemands soient plus sérieux et plus bosseurs que nous !

Les statuts du travailleur français outre-Rhin

Nous avons déjà évoqué le cas des frontaliers travaillant sur le sol étranger tout en continuant d’habiter sur le territoire de leur mère-patrie.

Toute compte fait, leur vie n’est pas très différente de celle du rural qui prend chaque matin sa voiture pour parcourir les 20 à 50 kilomètres qui le séparent de la métropole dans laquelle il exerce son métier.

Même si les Français habitant à proximité du Rhin ne constituent qu’une infime minorité de la population française, nous allons évoquer leur statut, avant de parler de celui qui concernera « tous les autres », c’est-à-dire les expatriés purs et durs.

À quel régime les frontaliers sont-ils soumis ?

Les 200 000 Français traversant chaque jour les frontières pour travailler chez nos voisins sont d’abord en quête d’un emploi, puis d’un meilleur salaire permettant d’avoir un niveau de vie plus élevé en France.

Tout en cotisant en Allemagne, le travailleur frontalier français conserve la couverture sociale française. La loi veut que celle-ci soit inchangée, même si, naturellement, le traitement des dossiers est parfois un peu long voire chaotique… Mais la patience vous en fera toujours sortir vainqueur !

Le frontalier a en fait le choix entre la couverture sociale de son pays de résidence et celle de son pays de travail, grâce à une législation européenne. Logiquement, la plupart du temps, comme on peut s’en douter, c’est la première option qui est retenue par les intéressés.

La CEE a laissé dans le sillage du traité de Rome de nombreux accords binationaux. Le drapeau européen flotte des deux côtés de la frontière rhénane

En cas de licenciement, de fin de contrat ou autre, le frontalier peut tout à faire s’inscrire à Pôle Emploi en France et toucher des indemnités ARE, comme s’il n’avait jamais travaillé ailleurs que dans son pays natal.

En ce qui concerne la politique familiale, ce sont les allocations de l’État le plus avantageux qui sont retenues : ici, la France.

Le régime du travailleur frontalier français en Allemagne est donc plus que bénéfique.

Quid des expatriés ?

Ceux-là font le pas de quitter leurs repères définitivement ou le temps d’une mission. Ils s’établissent loin de la frontière, en pleine contrée teutonne, à Berlin ou dans une grande agglomération le plus souvent.

Immergés dans la civilisation d’accueil, ils travaillent, vivent, mangent allemand.

La France et l’Allemagne ont signé une convention de sécurité sociale : « les Français travaillant en Allemagne relèvent, en principe, obligatoirement du régime allemand de protection sociale ».

Ce « en principe » permet des dérogations dans tous les domaines, où le travailleur français peut préférer le régime français au régime allemand sous certaines conditions.

Ce sera notamment le cas des prestations familiales : l’Allemagne paiera sa part (comme à n’importe quel Allemand), mais comme les allocations de la CAF en France sont plus avantageuses, la République française versera un complément qui comblera la différence.

Pas mal, non ?

Le passage de l’un à l’autre (puis le retour au régime français) est prévu et quasi automatique, sans entraîner la moindre perte pour la personne.

Cela vaut également – et surtout ! – pour le calcul de la pension de retraite et la comptabilisation des trimestres travaillés (annuités), de même que pour les périodes de travail qui seront prises en compte en cas de perte involontaire d’emploi (côté allemand aussi bien que français).

Les Français expatriés en Allemagne peuvent en outre prendre la complémentaire santé de la Caisse des Français de l’étranger (CFE).

L’expatrié français est grosso-modo considéré de la même manière qu’un ressortissant allemand pur jus, avec des prestations annexes fournies par l’État français.

Connaissez-vous les cabinets de recrutement en Allemagne ?

Pour faciliter votre insertion professionnelle en Allemagne, pour accroître vos chances de trouver un emploi durablement, les cabinets de recrutement en Allemagne sont une excellente alternative à ne pas manquer.

Ce sont des intermédiaires entre les différentes entreprises avec qui ils sont en partenariat et qui les mandatent en vue de trouver des candidats recherchant un job durable.

On dit alors que les entreprises « externalisent » leur recrutement, ce qui leur évite au passage d’avoir un service de recrutement ou de RH interne trop lourd.

Tandis que beaucoup d’entreprises publient ouvertement leurs annonces sur leur site Web, sur différents sites de petites annonces ou encore dans la presse et que d’autres privilégient une approche plus directe (souvent réservée pour des postes importants), l’autre solution est de passer par un cabinet de recrutement.

Celui-ci fait généralement passer toute une batterie de tests aux impétrants, ne serait-ce que pour mériter la confiance de l’employeur qui lui confie une embauche.

De l’intérêt des cabinets de recrutement

Pourquoi passer par cet intermédiaire ?

  • L’entreprise ne parvient pas, ou trop difficilement, à recruter un profil en particulier.
  • L’entreprise doit recruter un grand nombre de candidats sur une période déterminée et ne dispose pas des ressources nécessaires en interne pour le faire.
  • L’entreprise ne souhaite tout simplement pas, pour une raison ou pour une autre, effectuer le recrutement elle-même.

Quoi qu’il en soit, c’est une excellente occasion pour vous qui cherchez à travailler en Allemagne. Alors que cela ne se développe que très peu en France, en Allemagne, c’est devenu un réflexe, autant pour les entreprises qui cherchent à recruter que pour le demandeur d’emploi.

Si vous avez un profil professionnel singulier, atypique, si vous êtes spécialiste dans votre branche, alors vous allez intéresser les cabinets de recrutement.

N’oublier jamais que votre francophonie peut être un sacré plus sur de nombreux créneaux : les Allemands travaillent beaucoup avec la France et ont beaucoup de choses à nous vendre (ou à nous acheter)… Sachez en profiter !

N’hésitez pas à entrer en contact avec un cabinet de recrutement spécialisé dans votre domaine en plus de vos recherches traditionnelles comme les candidatures spontanées.

En rencontrant ces professionnels spécialisés qui connaissent très bien leur secteur d’activité, vous aurez rapidement un retour direct sur le marché de l’offre et de la demande, et vous pourrez mesurer quelles sont vos chances de trouver un emploi en Allemagne.

Selon votre conclusion, si rien n’est trouvé tout de suite, il faudra persévérer ou ajourner votre projet.

Soigner son entretien

Contrairement à ce que l’on peut penser, même si vous êtes Français, il est moins difficile d’obtenir un rendez-vous professionnel avec les cabinets de recrutement qu’avec les entreprises elles-mêmes, surtout si vous vous attaquez à de grands groupes internationaux.

Si un cabinet de recrutement repère votre profil mais qu’il n’a pas d’offre intéressante à vous proposer, il vous contactera quand même pour vous juger, connaître vos motivations et vous entrer dans sa base de données.

Oui, car ce cabinet pourrait dès le lendemain recevoir une offre pour laquelle vous conviendriez tout à fait…

Effectivement, l’intérêt est que, dès qu’une entreprise mandatera le cabinet de recrutement, celui-ci sera d’autant plus réactif qu’il pourra lui proposer votre profil car il vous aura déjà évalué, même si vous pourriez être de nouveau convoqué.

C’est pourquoi vous devez soigner votre présentation et enrichir votre profil professionnel en ajoutant vos expériences, vos spécialités et si possible le fait que vous connaissez de nombreuses expressions en langue allemande.

Quels sont les moyens pour trouver un emploi en Allemagne ? Mettez toutes les chances de votre côté !

Que vous obteniez le job en question ou non, cette inscription dans un cabinet de recrutement est une bonne chose pour vous : elle démontre votre envie de vous intégrer, que vous êtes prêt à mettre toutes les chances de votre côté, et cela vous fera une sorte d’entraînement pour un éventuel entretien futur.

S’il y a bien trois choses qui comptent plus que toute autre dans l’univers professionnel allemand, ce sont la motivation, la compétence et le sérieux.

À noter que les cabinets de recrutement en Allemagne proposent aux candidats un accompagnement personnalisé avec un système de coaching pour évaluer vos besoins et vos aspirations dans un environnement franco-allemand.

Les nouvelles technologies et le numérique sont largement mis à contribution sur ce volet.

Parmi les grands cabinets de recrutement, vous aurez tout intérêt à faire appel à :

  • DFP-Consulting : un cabinet de recrutement spécialisé dans l’emploi des cadres et des dirigeants pour les secteurs de l’industrie et des services.
  • Eurojob-Consulting : spécialisé dans le recrutement des travailleurs franco-allemands, quel que soit le profil, pour des grandes entreprises comme pour les PME.
  • Dusseljob : cabinet spécialisé dans le recrutement de profils francophones en Allemagne.

Comme on peut le voir, travailler en Allemagne est largement envisageable, et même conseillé si l’on veut ouvrir ses horizons professionnels, avoir de nouvelles activités et responsabilités, et si vous désirez augmenter vos revenus.

Toutefois, renseignez-vous bien au préalable quant au secteur dans lequel faire vos recherches, et faites appel à des experts comme les cabinets de recrutement pour augmenter vos chances de succès.

Y a-t-il d’autres façons de trouver du travail en Allemagne ?

Pôle Emploi est une institution bien connue en France, faisant office de géant surtout depuis la crise financière de 2008 et à cause d’un système du travail verrouillé.

C’est l’intermédiaire habituel et normal des relations entre employeurs et chômeurs, même si l’enseigne est de plus en plus boudée par les professionnels qui lui préfèrent des chemins de traverse.

Mais qu’en est-il en Allemagne ? Les choses y sont-elles comparables ?

Nous avons déjà vu que les cabinets de recrutement et autres chasseurs de têtes y avaient connu un essor bien plus important qu’en France.

Faire confiance aux institutions publiques allemandes pour trouver du boulot, c'est une carte à jouer. Le siège du BfA à Nuremberg

Sinon, l’équivalent allemand de notre PE est la Bundesagentur für Arbeit, ce que l’on pourrait traduire par « Agence fédérale de l’emploi ».

Là aussi, l’Europe a du bon : notre Pôle Emploi est en lien avec, ce qui peut également vous ouvrir quelques pistes supplémentaires…

Travailler en Allemagne : ils l’ont fait avant vous

Pour conclure, pourquoi ne laisserions-nous pas la parole à vos prédécesseurs ?

Il n’est pas rare de lire dans les journaux régionaux ou nationaux un article laissant témoigner un travailleur frontalier ou carrément expatrié en Deutschland.

Sur l’expatriation des jeunes diplômés, le départ des entrepreneurs et la fuite des cerveaux, laissons le mot de la fin à un billet de Courrier International : « On gagne beaucoup plus en Allemagne ».

Et c’est aussi bien financièrement qu’humainement : il ne tient qu’à vous de saisir votre chance !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,75 sur 5 pour 4 votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *