Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Par Roxane le 29/01/2015 Blog > Cours particuliers > Actualités > SuperPROF, partenaire de Réseau Friche à la Nuit Blanche 2014
Table des matières

L’association Réseau Friche est une organisation à but non lucratif fondée en décembre 2013 par l’urbaniste Camillo Gorleri. Son but premier est de faire vivre les zones urbaines délaissées en les utilisant comme des espaces de création, mais aussi d’éducation et de lien social. Pendant sa première année de vie, ses activités se sont concentrées sur l’animation de friches dans le quartier de la Goutte d’Or, dans 18ème arrondissement de Paris.

En 2014, la Mairie de Paris a souhaité associer Réseau Friche au programme de la Nuit Blanche dans le 18ème arrondissement, en lui laissant carte blanche pour organiser des évènements dans les friches qu’elle gèrent.

La Nuit Blanche à Paris est une manifestation artistique annuelle gratuite pendant toute la nuit du samedi au dimanche du premier week-end d’octobre. Elle convoque des artistes contemporains dans des lieux qui ne sont en principe pas ouverts au public, ou dont la fonction première n’est pas artistique. Le concept a été initié à Paris, en 2002, et a été reproduit depuis dans de nombreuses villes, en France et à l’étranger.

Les friches éphémères de la Goutte-d’Or, animées par Réseau Friche

« Réutiliser les friches est un moyen de créer la ville. Participe avec nous ! » (source : tweet de Camillo Gorleri, fondateur de Réseau Friche)

Friche vernissage Friche Vernissage dans une friche de la Goutte d’Or, Paris 18

Une friche est une zone, un terrain ou une propriété sans occupant humain actif, qui n’est en conséquence pas ou plus entretenue. Des activités marginales peuvent cependant s’y étendre si des parties restent bien sûr accessibles, telles que des activités de loisirs. La friche passe d’abord par un nettoyage provisoire ou intensif, par exemple la coupe de broussailles.

Les friches urbaines, dans le cas particulier de celles de la Goutte d’Or, sont des espaces urbains libérés suite à la démolition de bâtis, et investis par des associations, qui les transforment en jardins partagés, en espaces éducatifs, artistiques, en zone d’échanges et de partages au sein du quartier et de la ville, pendant un laps de temps défini, avant le lancement de programmes immobiliers. Ces friches sont donc situées à l’intérieur même du tissu bâti urbain, sur des terrains antérieurement construits, mais avec un bâti démoli ou tombant en ruine. Par exemple, les anciennes plumasseries Loddé ont laissé place aujourd’hui à la friche du 25 rue Stephenson, Paris 18ème.

À l’occasion de l’édition 2014 de la Nuit Blanche parisienne, Réseau Friche a été invité par les organisateurs – la Mairie de Paris – à faire partie du parcours artistique dans le 18ème arrondissement. Au fil des réunions, un programme a été élaboré et plusieurs friches du réseau ont été investies pour une nuit entière de célébration de l’art contemporain en milieu urbain.

Ainsi, une animation des friches de la Goutte d’Or a été créée en lien avec le projet « COCOON » de l’artiste new-yorkaise Kate Browne et les habitants du quartier, sous la forme d’un parcours artistique dans le quartier, invitant le visiteur à circuler d’une friche à l’autre dans la Goutte d’Or. Deux friches gérées par Réseau Friche ont notamment participé.

Partenariat Réseau Friche – SuperPROF à la Nuit Blanche 2014

Beau spectacle du Réseau Friche sur les anciennes plumasseries Loddé (crédit photo : association Cavé Goutte d’Or)

Deux professeurs particuliers de piano sur SuperPROFAntoine et Noël Maximilien, pianistes concertistes de haut vol, nous ont fait l’honneur d’accepter d’illustrer musicalement au piano des vidéos projections à la Friche de la rue Stephenson, à titre bénévole !

À cette fin, un piano a été généreusement mis à disposition par la Salle St Bruneau, une association très active dans le quartier. L’association a même mis un gardien à disposition toute la nuit pour prendre soin du piano ! Le piano a donc été installé dans la friche de la rue Stephenson, et nos deux SuperPROFs se sont relayés au clavier, pour le plus grand plaisir auditif des visiteurs de la Nuit Blanche.

Les vidéos projections, quant à elles, étaient l’oeuvre du collectif d’artistes Unicorn, une agence de scénographie numérique fondée en 2013 et spécialisée dans la conception, la direction artistique et la réalisation de projets résolument innovants.

«C’est quelqu’un qui réhabilite ce genre de lieux en jardins partagés qui m’a autorisé à peindre là.» (source : l’artiste Romain Froquet, interviewé par le journal 20 Minutes)

Artistes à l'oeuvre dans la friche rue Myrha Installation des artistes Romain Froquet et Stew, Friche rue Myrha / Nuit Blanche (source : Facebook Romain Froquet)

Dans la friche en plein air située au 5/7 rue Myrha, on retrouvait l’installation et l’exposition collective des artistes du 9ème Concept (Romain Froquet, Joachim Romain, Stéphane Carricondo, Stew, Jérôme Laurent, Théo Lopez et Lapinthur), aggrémentées de cuisine de rue vietnamienne grâce à NagaCyclo, et ses délicieux sandwiches bánh mì. Il y avait également la présentation du livre, «  A Pocket Feast «, de Frances Leech, un recueil de poche d’adresses gourmandes à Paris.

« Cocoon », oeuvre de l’artiste Kate Browne à la Nuit Blanche

La suite du parcours de la Goutte d’Or menait les visiteurs vers d’autres projets associés. Au Square Léon, le projet « Cocoon »  (cocon, en français) de l’artiste américaine Kate Browne, et sa sculpture monumentale, a mobilisé tous les habitants et les associations du quartier de la Goutte d’Or pendant un an. Là aussi, des projections et des expositions ont été installées.

La Friche « La Table Ouverte », à l’angle des rues Léon et Myrha, accueillait, quant à elle, un point information et une buvette.

Entretien avec le président-fondateur de l’association Réseau-Friche, l’urbaniste Camillo Gorleri :

Pourquoi avoir créé Réseau-Friche ? Qu’est ce que c’est ?

J’ai créé l’association Réseau Friche en décembre 2013. Le but premier de l’association est de faire vivre les délaissés et les interstices urbains en les utilisant comme des espaces de création et de fédération. Réseau friche les transforme temporairement en espaces de création et de participation ouverte à toutes et tous, enfants et adultes, habitants du quartier, de la ville de Paris ou d’ailleurs.

Il peut s’agir de friches ou bien d’espaces urbains aménagés mais non investis, tels que des squares, des parvis, des esplanades où les habitants ne passent que brièvement sans s’attarder, et où aucune activité fédératrice n’est jamais organisée.

Les animations vont du jardin partagé où les écoles viennent participer à des ateliers sur l’agriculture urbaine, à des installations artistiques en passant par des ateliers de cuisine.

Combien de personnes participent au projet ?

Atelier d’agriculture urbaine dans une friche

Je suis à l’origine du projet, puis nous avons été deux personnes impliquées, puis sept, et aujourd’hui l’association compte 15 membres, principalement des étudiants en urbanisme de l’Université Paris VIII et des étudiants en architecture de l’école de La Villette. Ils expérimentent leur intérêt et leurs capacités dans le domaine de l’urbanisme et de l’architecture grâce à des projets protéiformes.

Comment l’association est perçue par la mairie du 18ème ?

Nous avons été et sommes toujours très bien accueillies par la Mairie de Paris. Nous entretenons une relation de confiance. La gestion des friches est discutée et les projets sont élaborés en accord avec la mairie, les conseils de quartiers et les associations. Réseau Friche a fait du plaidoyer auprès de la Mairie de Paris pendant presqu’une année avant sa création afin de prouver que nous avions les reins assez solides pour mener à bien nos projets.

Le réseau va t-il s’élargir à d’autres quartiers, villes ou pays ?

Oui, j’aimerais essaimer : d’abord en Île-de-France pour l’aménagement des friches existantes, puis dans d’autres villes, et à l’étranger. L’animation de friches urbaines existe évidemment déjà à l’étranger. Les Etats-Unis, par exemple, comptent parmi les inspirateurs. Cependant, le but est souvent uniquement esthétique et artistique alors que Réseau-Friche a à coeur sa mission de fédération des populations, de faire participation la communauté pour recréer la ville.

« Bravo à l’initiative de Réseau Friche qui anime le quartier de la Goutte d’Or en pleine mutation. J’y découvre des artistes talentueux. Merci à Camillo pour son dynamisme. » (source : Facebook Réseau Friche)

Comment contactez -vous les artistes qui investissent esthétiquement les friches ?

Principalement par l’intermédiaire de nos réseaux personnels, puis grâce aux artistes que l’ont rencontrent et qui parlent de notre projet autour d’eux. Je n’hésite jamais à aller parler directement à un artiste qui me touche si j’en ai l’occasion.

Quel est la durée moyenne des projets ?

Tout dépend de la nature du projet et de la convention d’occupation de la friche. Par exemple, l’exposition du collectif d’artistes, 9ème Concept, à la friche rue Myrha, a duré 3 mois, de juillet à octobre, car la convention d’occupation de la friche prenait fin en novembre.

Est ce que les friches sont parfois détériorées ou vandalisées ?

Une friche avant nettoyage

L’ambiance autour des friches est à la solidarité et à l’entraide. Il n’y a pas d’actes de vandalisme. Cependant, lorsque les friches ne sont pas encore déblayées, il peut arriver que les gens pensent que c’est une décharge, et y déposent leurs encombrants ! Nous avons constaté que pour faire participer les gens du quartiers, les convier simplement aux évènements, ateliers ou vernissages est peu efficace, tandis qu’ils répondent présent en grand nombre lorsque l’on sollicite directement leur aide pour préparer les friches à accueillir des animations ! Par ailleurs, nous effectuons des présentations au sein des écoles et des associations afin de faire découvrir notre projet, de sensibiliser et d’impliquer les populations. Pédagogie, écoute et participation !

Friche animée Après le nettoyage, place aux animations !

La mairie demande en effet au associations d’impliquer les gens du quartier dans les projets, ce qui est au coeur même des missions de Réseau Friche. Mais nous souhaitons aller au-delà du quartier, et inclure et accueillir les gens venant de toutes parts.

Avez-vous une anecdote mémorable au sujet d’un évènement / d’une collaboration ?

Le soir du vernissage d’une installation de peinture urbaine, nous avons réalisé que nous n’avions pas d’électricité pour éclairer la friche : une généreuse voisine habitant au 1er étage de l’immeuble voisin a proposé de fournir l’électricité en gardant sa fenêtre ouverte toute la soirée afin de faire passer une rallonge électrique. Entraide et participation de tous !

Votre partenariat avec la Nuit Blanche 2014 était une première. Comment s’est déroulée cette collaboration ?

Le bilan est très positif : peu de moyens financiers nous ont été alloués mais de beaux partenariats avec des associations, avec SuperPROF.fr, le site de partage de connaissances, des collectifs d’artistes, et une petite entreprise de cuisine de rue. Tout le monde était bénévole. Il s’agissait de notre première collaboration avec la Nuit Blanche et la communication de la mairie de Paris sur le programme « off » de la Nuit Blanche dans le 18ème arrondissement a été formidable.

S’il fallait évoquer des points plus négatifs, je dirais : 1- La Nuit Blanche était organisée cette année principalement sur la rive gauche donc cela n’a pas été aisé de faire venir les gens à la Goutte d’Or, dans le nord de Paris. En outre, il s’agissait d’un parcours donc les gens circulaient et donc il n’y a jamais eu beaucoup de monde au même endroit. 2- Si c’était à refaire, l’idéal serait d’être doté de bénévoles et de prestataires en amont, et pas seulement pendant la Nuit Blanche, afin d’aider à la production de ce type d’événement, qui est passionnante et néanmoins très lourde à mettre en place pour une toute petite équipe de bénévoles.

Quelles sont vos prochaines actualités ?

En décembre dernier, Réseau Friche a investi le jardin de La Goutte Verte pour contribuer à l’animation de l’espace et au développement d’ateliers participatifs. On vous attend nombreux/ses dans le jardin situé au 4 rue Cavé 75018 à partir de janvier 2015 !

Par ailleurs, la mairie de Paris et son équipe du développement local a sollicité Réseau-Friche pour intégrer les friches de la Goutte-d-Or au programme de la semaine du développement durable en avril 2015. Les propositions de projets dépendent encore de l’obtention ou non de l’autorisation d’investir le parvis de l’Eglise Saint-Bernard. Mais nous travaillons d’ores et déjà sur des projets définis : une installation autour de l’agriculture urbaine avec scénographie de bacs à potager urbain réalisés par des étudiants en architecture et une exposition.

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
Roxane
• Aime apprendre la langue des autres • A marché 100 km en équipe en 29h30 pour OXFAM-juin 2015

Commentez cet article

avatar
Ordre:   Les plus récents | Les plus anciens | Les plus populaires
Iris
Invité
Iris

Belle initiative !

wpDiscuz