Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Organisation du marché des cours particuliers en France

Par Romain le 24/11/2016 Blog > Cours particuliers > Soutien scolaire > Comment se Structure le Marché Français du Soutien Scolaire ?
Table des matières

En France, nous pouvons dire que le marché scolaire se porte bien.

Nous sommes même le premier pays à faire appel à ce type de prestation de service à la personne.

De nombreuses structures anciennes ou plus récentes se taillent la part du gâteau.

Organismes privés, soutien scolaire en ligne, sites pour aider les parents et les étudiants à trouver un professeur particulier : l’offre est très importante.

Quels sont les principaux acteurs du marché du soutien scolaire en France ?

Focus sur ce secteur très dynamique.

Les organismes de soutien scolaire

Si vous vous intéressez au soutien scolaire pour votre enfant ou pour donner des cours particuliers, vous vous rendez compte qu’il existe un grand nombre d’organismes dédiés à l’accompagnement pédagogique des élèves, de l’école primaire au collège. Sans oublier le lycée (avec la réussite du baccalauréat à la clé) ou la classe préparatoire.

En 2014, nous comptions plus de 30 000 organismes dédiés au service à la personne. Parmi ceux-ci, certains sont spécialisés dans les cours de soutien en local, dans le soutien scolaire à domicile ou la remise à niveau sur internet.

Quelle est la part des organismes privés dans le domaine du soutien scolaire ? Les grands acteurs historiques du marché des cours particuliers sont les organismes privés.

Parmi les plus connus, nous pouvons vous citer :

  • Cours Legendre ;
  • Acadomia ;
  • Maxicours ;
  • Telelangue ;
  • Les Éditions Bordas ;
  • Le CNED ;
  • Complétude.

Comment marchent les organismes privés ?

Vous trouvez deux types de structures : les organismes prestataires et les organismes mandataires.

Généralement, quand vous avez affaire aux organismes les plus connus, vous vous rendez compte qu’ils sont de type mandataire.

Cela signifie qu’ils s’occupent seulement de la mise en relation et de la partie administrative liée au soutien scolaire en français, à l’accompagnement scolaire en physique chimie ou aux cours de mathématiques qui vous intéressent. La famille est l’employeur.

Les organismes de type prestataire embauchent des formateurs professionnels. La famille est cliente.

D’après un article du Monde, ces entreprises offrent des prestations au tarif assez élevé. Proposés sous forme de forfait, les prix pour un élève du secondaire peuvent monter jusqu’à 50€ de l’heure.

Avantage des organismes associatifs : leur gratuité.

Pour les familles les plus modestes, il existe une alternative intéressante : les associations tenues par des bénévoles.

Pour en trouver, il faut vous renseigner auprès de votre mairie, de votre établissement scolaire ou de la CAF de votre département.

Ce type de structure peut proposer une aide aux devoirs aux élèves d’école primaire (38 % des enfants), un soutien en maths aux étudiants de collège pour faire face à l’échec scolaire (44 %) ou un encadrement intensif des lycéens (18 %).

Certaines associations peuvent même faire intervenir un enseignant chez l’élève pour des cours à domicile spécifiques.

Quid des autres prestataires ?

Dans le secteur des cours particuliers à domicile, un autre type de professionnel a vu le jour : le conseiller pédagogique en entreprise individuelle.

Plutôt que de proposer une offre générale (regroupant au sein du même établissement des cours d’anglais, d’histoire géographie, des cours de français ou de philosophie), ce type de professionnel est expert dans un domaine précis.

C’est le choix, par exemple, d’étudiants qui veulent obtenir un complément de revenu, de professeurs de l’Éducation nationale à la retraite ou encore de professionnels de la pédagogie qui veulent tester le marché avant de se lancer.

Les sites de mises en relation élèves/professeurs

À côté des organismes d’aide à la scolarité classiques se trouvent de nouveaux acteurs qui ont surfé sur la vague internet pour proposer une offre nouvelle.

Bien plus intéressants que de simples cours en ligne, ces sites ont développé un concept de mise en relation libre entre élèves et professeurs.

Là où ce type d’offre est novatrice, c’est que vous n’avez plus à passer par des organismes aux recrutements parfois douteux pour permettre à vos enfants d’acquérir de nouvelles connaissances ou de retourner sur le chemin de la réussite scolaire.

Le concept de ces sites de mises en relation est de vous fournir une liste de professeurs à côté de chez vous.

Auparavant, ces derniers auront rempli une fiche détaillée avec leurs compétences, leur formation, les diplômes obtenus, leur méthodologie pédagogique et leur tarif. Puis, l’élève (ou un parent) le contacte afin de prendre un premier rendez-vous.

Sur Superprof, la plupart de nos intervenants vous offrent la première heure de cours. Ainsi, vous pouvez vous lancer en toute sérénité. Si le ou la pédagogue ne vous plait pas, rien ne vous empêche d’en tester un(e) autre.

Parfois qualifiée de plateforme de cours à distance, la réalité est toute autre.

En trouvant le professeur qu’il vous faut, vous l’invitez à vous rendre à votre domicile ou vous vous déplacez vers le lieu que vous aurez convenu ensemble.

Pourquoi les plateformes de mise en relation élève/prof ont changé la donne ? Peu importe le lieu ou votre niveau, Superprof vous aide à dénicher l’enseignant adéquat.

Chez Superprof, nous faisons payer les élèves au moment où ils trouvent leur professeur. Nous sommes un site généraliste où il est aussi facile de trouver :

  • Un prof particulier pour des cours de langue ;
  • Un spécialiste des sciences physiques ;
  • Un prof pour des cours de maths ;
  • Un expert en guitare ;
  • Un coach sportif individuel ou en groupe ;
  • Un prof de dessin.

D’autres sites sont plus spécialisés :

  • AllegroMusique pour la musique ;
  • Sportadom pour le sport.

L’avantage, c’est que vous savez exactement à qui vous avez affaire.

Le travail au noir

D’après une enquête de l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss), le travail au noir représenterait 7 milliards d’euros au total.

Le marché du soutien scolaire serait sévèrement touché puisque 80 % des prestations sont affectées partiellement ou en totalité par le travail au noir (d’après les chiffres de l’INSEE).

Que signifie travailler au noir dans le secteur du soutien à domicile ?

Quand vous faites appel à un professeur de soutien scolaire, la famille devient l’employé et l’enseignant le salarié.

Ainsi, les employeurs doivent s’inscrire à l’URSSAF, établir un bulletin de paye et s’acquitter des charges sociales liées à la prestation d’accompagnement de l’élève.

Que vous payiez le professionnel en espèce, par chèque, par virement, par carte bleue ou par CESU (Chèque Emploi Service Universel), c’est la même chose.

Vous êtes obligé de déclarer chaque salaire versé.

Certaines fois, les deux parties décident de se mettre d’accord pour verser un salaire en sous-main, sans le déclarer. Cela pour ne pas payer de charges sociales supplémentaires.

Attention : ne pas déclarer un salarié revient à ne pas lui fournir de couverture sociale ni la garantie d’être payé au moins au SMIC.

En théorie, si tout se passe bien entre l’employeur et le salarié, il y’a peu de risques de se faire prendre.

Dans les faits, c’est plus compliqué.

Tout simplement parce que si la relation entre l’employeur (les parents et/ou l’élève) et l’employé (le professeur) se dégrade, ce dernier peut se retourner contre la famille pour faire valoir ses droits.

Quels sont les risques en cas de travail au noir ?

Si le salarié se retourne contre son employeur, il peut obliger ce dernier à régulariser la situation devant le conseil des prud’hommes.

Concrètement, cela signifie qu’il peut demander des indemnités de licenciement (s’il y’a rupture de contrat) ainsi que des rappels de salaire.

Le travail au noir : un fléau qui touche énormément le soutien scolaire. Évitez de vous faire prendre : déclarez votre salarié à domicile.

Différentes sanctions peuvent être appliquées aussi bien pour l’employeur que pour le salarié.

Parmi celles-ci, nous trouvons :

  • Des sanctions pénales ;
  • Des sanctions civiles ;
  • Des sanctions administratives (pour les professionnels).

Pour les employeurs, les sanctions pénales peuvent être :

  • Le paiement d’une amende de 45 000 € ;
  • Une peine d’emprisonnement de 3 ans ;
  • L’impossibilité d’exercer un métier au sein de la fonction publique ;
  • L’interdiction des droits civiques, de famille et civils.

Concernant les sanctions civiles, les employeurs peuvent être obligés de payer :

  • Une indemnité forfaitaire pour travail dissimulé et prouvé (6 mois de salaire) ;
  • Différentes indemnités complémentaires (en fonction des cas) ;
  • Une réparation du préjudice éventuelle ;
  • En cas d’accident de travail : remboursement intégral des frais médicaux et remboursement d’une rente (s’il y’a lieu d’être) ;

Sans oublier :

  • L’impossibilité d’obtenir la réduction ou le crédit d’impôt ;
  • Le paiement des cotisations sociales, majorées de 25 %.

S’il est prouvé que le salarié a travaillé au noir en toute connaissance de cause, il risque :

  • 2 ans d’emprisonnement ;
  • 30 000 € d’amende ;
  • Le remboursement des allocations et aides sociales perçues en cas de fraude aux prestations sociales.

Pourquoi le travail au noir n’est pas si intéressant du point de vue financier ?

Pour certains élèves, le tarif d’un cours de soutien à domicile peut représenter une somme assez élevée.

C’est d’ailleurs pour cela que des parents choisissent de ne pas déclarer ce professionnel de l’accompagnement de l’assistance sociale.

Pourtant, différentes mesures tendent à renverser la donne.

La plus intéressante concerne la déduction fiscale (sous la forme d’un crédit d’impôt ou d’une réduction d’impôt) de 50 % de la prestation de l’intervenant.

Ainsi, si vous demandez à un enseignant de venir à votre domicile, vous ne le payez véritablement que la moitié de son tarif (plafonné à 12 000 € majoré de 1 500 € par enfant à charge).

Quelles sont les mesures mises en place par l'Etat pour contrer le travail au noir ? Grâce à un calcul rapide, vous vous rendez compte qu’il peut être très intéressant d’embaucher légalement un prof particulier.

Si vous mettez dans la balance les sanctions punitives appliquées par les lois en vigueur, vous comprenez que le travail au noir devient de moins en moins attirant.

Quel que soit le côté de la barrière où vous vous situez (élève à la recherche d’un professeur ou professeur à la recherche d’étudiants), vous savez maintenant tout de l’organisation du marché du soutien à domicile.

Avec la montée en puissance d’internet, gageons que d’ici quelques années, ce média sera un élément majeur dans ce secteur.

C’est d’ailleurs déjà le cas puisqu’en plus des sites de mises à relation, nous voyons de plus en plus d’enseignements en ligne, payants ou gratuits.

D’ailleurs, aujourd’hui, la plupart des grands acteurs de ce marché proposent une prestation sur le web (cours à distance, possibilité de récupérer des éléments éducatifs en ligne, etc.).

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
Romain
Tombé dans l'écriture depuis tout petit, je suis aussi rédacteur web de métier. Mes passions : les jeux vidéo, le cinéma et les livres. Curieux de tout, j'ai une soif insatiable de nouvelles connaissances.

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz