Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment progresser rapidement en mathématiques ?

De Laurent, publié le 19/06/2015 Blog > Soutien scolaire > Maths > Comment Avoir de Meilleures Notes en Mathématiques ?

Cette semaine, nous avons rencontré Laurent, coach scolaire et professeur particulier de mathématiques à temps plein et depuis sa sortie de l’E.S.S.E.C en 2006.

Il nous livre ses secrets pour réussir en maths tout au long de l’année :

Les mathématiques sont en France la matière sur laquelle s’exerce la plus grande sélectivité. C’est aussi celle où il est le plus facile de progresser, en un temps relativement court. C’est enfin la seule pour laquelle il est possible d’avoir 20 à quasiment tous les D.S.T. : notre objectif – ni plus, ni moins. En visant la note maximale, on peut atterrir un peu en dessous, mais avec 18, 16 ou 17, tout le monde est content.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Refaire tous les exercices traités en classe, sans exception

La première règle à respecter est simple et il faut s’y tenir à la lettre : il suffit pour avoir de bonnes notes en maths toute l’année d’être systématiquement capable de refaire tous les exercices proposés en classe par le professeur. D’abord en les cherchant seul. Puis, si cela n’a pas fonctionné, après leur correction en classe. Chaque propriété doit être apprise non pas abstraitement mais en relation immédiate avec une question type qui sera posée en D.S.T.

Je fais toujours en sorte que les élèves repartent de notre heure et demie de cours particulier en sachant refaire par cœur – c’est-à-dire non pas en les récitant, mais après les avoir compris –, les exercices proposés en classe par leur professeur. Il suffit d’en inventer des similaires pour mieux comprendre les maths.

On procède donc en trois temps : un pour montrer à l’élève le principe, un deuxième que nous faisons à deux – je pose alors des questions à l’élève pour qu’il s’implique –, et un troisième qu’il peut réaliser seul sans mon aide, se prouvant ainsi à lui-même qu’il a compris.

Pour le bac et le brevet : travailler le plus tôt possible les sujets d’annales

Mon expérience de professeur m’a appris que réviser dans la dernière ligne droite avant les examens est un mauvais choix. Je vais essayer de vous donner une stratégie en trois points pour progresser en maths tout au long de l’année.

Repérer les structures d’exercices qui sont récurrentes

Ensuite, pour les classes dont l’année se termine par examen, c’est-à-dire en Terminale S, ES, ainsi que L pour certains, et bien sûr en Troisième avec le Brevet, il est essentiel de travailler le plus tôt possible sur des sujets d’annales. Le site de l’A.P.M.E.P. propose l’intégrale des sujets corrigés. Ces corrigés sont gratuits. Il faut absolument et dès le début de l’année, se familiariser avec ces sujets. Leur présentation est homogène. Certaines structures d’exercices reviennent sans arrêt et ce sont ces points qu’il faut repérer. C’est naturellement tout le travail d’un professeur particulier que d’aider l’élève à prendre ce recul.

Prendre en compte les changements induits par la réforme de 2013

Pour le Bac, une réforme est intervenue en 2013 introduisant notamment la notion d’algorithmes ainsi qu’un exercice dit de ‘’prise d’initiative’’. Ce sont donc les sujets de 2013, 2014 et à présent 2015 qu’il faut refaire en toute priorité. Ceux des années précédentes ne couvrent pas tout le programme et présentent des chapitres qui n’y sont plus (par exemple les équations différentielles, en S, ou la formule d’intégration par parties.)

Travailler les sujets pour éviter les surprises le jour de l’examen

Pour le Brevet, quelques sujets judicieusement choisis dans les séries de 2013 et 2014, notamment ceux de Métropole, seront indispensables. La forme de certaines questions de cette épreuve et leur côté « situation pratique » les rendent sensiblement différentes de celles proposées par les professeurs en D.S.T. Elles peuvent déstabiliser les élèves. D’où la nécessité de s’y préparer, en ne se contentant pas de refaire les sujets de contrôles. Il s’agit toujours d’un mur, d’un toit à recouvrir de carreaux ou à peindre, d’un devis à réaliser pour artisan etc. Contrairement à ce que leur forme peut laisser penser, ces questions ne sont pas dures. Il suffit de se les représenter concrètement et d’organiser sa réponse.

Dans tous les cas, c’est au fur et à mesure de l’année et selon l’ordre des chapitres traités en cours que l’on complète ces annales de façon à n’avoir plus aucune surprise le jour de l’examen. Les élèves qui font ce travail deviennent capables, à la simple lecture d’une question, de repérer immédiatement le point de cours en jeu et se réciter mentalement une rédaction type.

Une période cruciale à partir du mois d’avril : il faut intensifier ses révisions

Le mois d’avril est synonyme de fin de programme et des épreuves anticipés. C’est la période idéale pour intensifier ses révisions. Les beaux jours arrivent et les journées s’allongent mais il s’astreindre à un rythme de travail constant pour être préparé pour le jour de l’examen. Dans cette perspective, je vais essayer de vous donner quelques pistes de révisions qui vous permettrons de bien vous entrainer.

Travailler les annales des Lycées français à l’étranger

S'entrainer sur les sujets de mathétiques tombés dans les Lycées francais à l'étrangerDernier point essentiel pour le Bac de maths et le Brevet : à partir des mois d’avril et mai, les sujets de l’année en cours se mettent à tomber dans les Lycées français à l’étranger : Pondichéry, Liban, Amérique du Nord, Centres étrangers, Polynésie et Asie. Il faut absolument les faire tous, dans les conditions de l’examen, c’est-à-dire en cherchant d’abord toutes les questions faciles puis en traitant le maximum de points dans les exercices qui vous semblent plus durs.

Le programme en cette période est normalement bouclé, ou presque, et tous les exercices peuvent êtres traités. Ces sujets donnent clairement le ton de celui qui sera proposé à l’élève le jour du Bac ou du Brevet quelques semaines plus tard. Vous pourrez facilement vous en convaincre en repérant les similitudes entre les sujets de Métropole des années passées et ceux qui les ont précédés.

En 4ème, 2de, 1ère S et ES : récupérer les sujets des années précédentes pour s’entraîner en condition d’examen

L’absence d’examens en fin d’année n’implique en aucun cas qu’il faut relâcher ses efforts. Au contraire, je vais vous expliquer comment tirer profits de ces années cruciales selon deux méthodes.

Comment travailler les sujets de contrôle des années précédentes ?

L’idéal en 4ème, 2de et 1ère – classes qui ne sont pas sanctionnées par un examen de fin d’année et où l’enjeu se situe essentiellement sur les D.S.T. – est de travailler les sujets de contrôle des années précédentes. Certains enseignants ont la délicatesse de les fournir à leurs élèves soit directement, soit à travers des sites Internet du type Vie Scolaire. Faire ces sujets est de très loin la meilleure manière de réussir en maths et de se préparer au contrôle, en ne négligeant pas bien sûr les « petits » exercices faits dans le livre et qui ne sont pas tombés au D.S.T. de l’année passée.

Là encore, ne surtout pas attendre la veille pour les faire mais au contraire les attaquer dès que le cours  du chapitre le permet. Si votre professeur refuse de vous les fournir, essayez de vous les procurer auprès des élèves des années précédentes, cela vous donnera un net avantage par rapport à ceux qui vont au contrôle sans la moindre idée de ce qui les attend.

Essayer d’identifier les exercices privilégiés par votre professeur

Chaque professeur a ses lubies, ses obsessions, ses exercices préférés, il faut le repérer. Ce sont là encore des détails que les profs particuliers sont là pour vous aider à identifier. Ils ont souvent un stock d’exercices à disposition et savent par expérience quels sont ceux que les profs de Collège et Lycée aiment donner. Dans tous les cas, on trouve facilement des sujets sur Internet. N’hésitez pas à fouiller si nécessaire les sites d’autres Lycées.

N’hésitez pas non plus à demander à votre prof quelques idées pour progresser en calcul mental.

En conclusion, avoir des bonnes notes en mathématiques est un objectif parfaitement réalisable

Avoir la note maximale en mathématiques est un objectif parfaitement réalisable.Avoir des bonnes notes en maths tout au long de l’année est donc un objectif parfaitement réalisable pour n’importe quel élève motivé. Au Collège et au Lycée, il est beaucoup plus affaire de volonté que de talent. Il suffit de jouer le jeu et de travailler de manière efficace en suivant des conseils simples.

L’idéal étant de se faire accompagner par un professeur particulier de mathématiques pour travailler dans des conditions optimales.

Surmontez vos difficultés en trouvant un professeur particulier de mathématiques près de chez vous (Paris, Toulouse et ailleurs).

Bonnes révisions et à très bientôt.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *