Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Quel est le salaire d’un professeur de mathématiques ?

Par Simon le 30/03/2016 Blog > Soutien scolaire > Maths > Combien Gagne un Prof de Maths dans l’Education nationale ?
Table des matières

Régulièrement, on entend un mécontentement du côté des professeurs à propos de leurs mauvaises conditions de travail, d’une déconsidération totale ou de salaires trop bas.

Mais combien gagne un professeur de mathématiques par exemple ? Sa rémunération est-elle trop basse ?

Est-ce que les salaires sont égaux selon que l’on est au collège, au lycée, à la fac ? Quelle différence faire entre un professeur de maths certifié et un prof de mathématiques agrégé ?

Y a-t-il des différences au niveau du salaire pour donner des cours de maths ?

Une fausse égalité de traitement entre les professeurs

Le salaire d’un professeur de maths dépend de sa qualification mais aussi de son ancienneté.

Toutefois, l’égalité de traitement entre les professeurs est loin d’être respectée : entre les mieux lotis et les moins bien payés, il y a parfois un écart de 1 à 4 et ce sont souvent les hommes qui conservent (encore) les postes les plus rémunérateurs.

Aujourd’hui, selon le ministère de l’Education nationale, il y a près de 845000 professeurs dont la rémunération moyenne serait de 2469 euros par mois.

Mais… des inégalités éclatent au grand jour : en effet, entre un jeune professeur des écoles et un prof de classe préparatoire, la fourchette peut s’étaler entre 1660 euros et 7000 euros, notamment lorsque le professeur est en fin de carrière.

Comme dit précédemment, le salaire d’un professeur dépend notamment de son ancienneté mais en règle générale, on constatera qu’un professeur agrégé gagne nettement plus qu’un professeur des écoles ou qu’un professeur certifié.

Le salaire d'un prof de maths est-il toujours le même ? Un cours de Travaux Dirigés en maths

En ce qui concerne l’ancienneté, on remarque là aussi des écarts incroyables entre les jeunes profs de maths et les plus anciens : les plus de 50 ans touchent un salaire – hors primes – supérieur de 40% à celui d’un jeune prof de maths (moins de 30 ans) dans le primaire et de 60% dans le secondaire.

La France est un pays qui paie moins bien ses professeurs débutants pour des cours de maths mais la différence tend à se réduire au fur et à mesure de la carrière du professeur de maths.

Salaires dans l’Éducation Nationale

Il faut d’abord savoir qu’il existe 3 types de professeurs et que leur rémunération est différente des tarifs demandés par un prof de maths (cours particulier maths) :

  • Le professeur des écoles (souvent appelé instituteur en primaire) : il enseigne des les écoles maternelles et primaires et est recruté à l’issue d’un concours organisé par son académie.
  • Le professeur certifié : cet enseignant travaille exclusivement dans les collèges et les lycées. Il est titulaire d’un diplôme de prof de maths appelé CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) pour l’enseignement général ou du CAPET (Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement technique) pour les disciplines techniques.

Les différentes catégories de professeurs de maths (enseignant de maths/ prof de maths). Quels sont ceux qui gagnent le plus ? Mon prof ce héros !

  • Le professeur agrégé: il enseigne principalement dans les lycées, parfois au collège mais peut aussi prétendre à travailler dans les classes préparatoires, à l’université ainsi que dans les sections de technicien supérieur comme pour le BTS. Chaque professeur agrégé est recruté en passant par le concours d’agrégation (concours interne et concours externe).

Les grilles de salaires des profs de maths

Pour le professeur des écoles

Le professeur des écoles, autrement dit l’instituteur, n’enseigne pas uniquement les maths mais propose aussi un enseignement plus général que le traditionnel programme de l’Education nationale en maths avec du français, de l’histoire-géographie, du calcul, de l’instruction civique, etc.

Parmi les 3 catégories de professeurs, c’est celui qui gagnera le moins.

En fonction de son ancienneté, les salaires s’échelonnent entre 1584 euros et 3030 euros.

  • en tant que stagiaire, le professeur des écoles gagne 1584 euros nets mensuels
  • au bout de 2 ans d’ancienneté, le salaire s’élève à 1666 euros.
  • Au bout de 10 ans, il oscille entre 1800 et 1915 euros
  • Au bout de 20 ans, il sera entre 2360 euros et 2545 euros
  • Enfin, au bout de 30 ans, le professeur des écoles peut espérer toucher entre 2545 euros et 3030 euros.

Pour le professeur certifié

Le professeur de mathématiques certifié est dans un premier temps stagiaire lui aussi dans sa catégorie, cela dure environ entre 9 mois et 1 an tout au plus. Ensuite, il entame véritablement sa carrière en tant que professeur certifié.

Durant l’année de stage, le professeur de maths certifié doit suivre un stage et formuler des vœux pour leur première affectation en tant que titulaire.

Le corps des professeurs certifiés comporte 2 grades que l’on appelle aussi « classes », à savoir : une classe normale qui comprend 11 échelons et une « hors-classe » qui comprend 6 échelons.

Comme pour n’importe quel fonctionnaire en France, la rémunération d’un prof de maths certifié s’accroît au fur et à mesure qu’il monte les échelons au sein de son grade.

A chaque échelon correspond un indice (un certain nombre de points multipliés par la valeur du point en cours de maths) qui va déterminer le montant de la rémunération principale.

La classe normale

Les échelons de la classe normale s’étalonnent de 1 à 11 et les indices associés sont entre 349 (pour un salaire mensuel de 1607 euro) à 658 (salaire mensuel de 3030 euros).

Attention, on parle de salaire brut.

L’avancement d’un échelon à un autre s’effectue selon 3 possibilités et débute à partir du 3e palier :

  • Le professeur de maths passe selon la méthode du « grand choix » : chaque échelon est franchi en 2 ans et demi en moyenne.
  • Le professeur passe « au choix », c’est-à-dire que chaque échelon est gravi en 3 ans 1/2 environ.
  • Le professeur passe « à l’ancienneté »: en 4 ans en moyenne.

En résumé, les échelons peuvent se passer en 20 au minimum et 30 ans tout au plus.

Le « hors classe »

C’est une qualité que l’on obtient dès le 7e échelon de la classe dite normale.

La grille comporte 6 échelons avec un indice minimum de 495 pour un salaire brut mensuel de 2244 euros et un indice à 741 en fin de carrière pour un salaire de 3359 euros.

L’avancement en « hors classe » permet de franchir les échelons en 2 ans ½ en moyenne.

Pour le professeur agrégé

Comme pour le professeur certifié, le professeur de maths agrégé voit son salaire évoluer en fonction de son ancienneté.

Au départ, à l’instar du prof certifié, le professeur agrégé est considéré comme stagiaire et cela dure en moyenne 1 année au terme de laquelle le stagiaire est validé et considéré comme titularisé.

Pour obtenir le statut de professeur agrégé, en plus de la réussite à l’agrégation, il faut nécessairement, en tant que fonctionnaire stagiaire, effectuer un stage rémunéré d’un an à l’issue duquel un jury validera votre titularisation.

La rémunération du professeur agrégé comporte 2 classes, une classe normale et une « hors classe ».

Si l’on devait exprimer en chiffres l’évolution du salaire d’un professeur de maths agrégé, cela donnerait la grille suivante (Tableau de rémunération des professeurs agrégés-Données au 1er septembre 2014).

Situation Salaire mensuel brut minimum Salaire mensuel brut maximum Salaire mensuel net minimum Salaire mensuel net maximum Indemnités (montants bruts)
Année de stage
(3 premiers mois) (1)
1 755 € 1 755 € 1 439 € 1 439 € Prime d’entrée dans les métiers d’enseignement, d’éducation et d’orientation versée en deux fois à la première titularisation : 1500 €

Indemnités mensuelles :
– heure supplémentaire année (HSA) : 171 € (classe normale) à 188 € (hors classe)
– indemnité éducation prioritaire (3)
– indemnité suivi et orientation des élèves : 99,93 €
– indemnité de professeur principal agrégé : 134 €

Année de stage
(9 derniers mois) (1)
2 019 € 2 019 € 1 655 € 1 655 €
Année de titularisation (2) 2 264 € 2 264 € 1 857 € 1 857 €
Après 2 ans de carrière 2 436 € 2 436 € 1 997 € 1 997 €
Après 10 ans de carrière 2 940 € 3 167 € 2 411 € 2 597 €
Après 20 ans de carrière 3 626 € 3 801 € 2 973 € 3 117 €
Après 30 ans de carrière 3 801 € 4 459 € 3 117 € 3 656 €

Mais le statut de professeur agrégé est souvent sur-évalué. En effet, le salaire d’un professeur agrégé comparé au secteur fonctionnaires est plus bas en moyenne.

Environ 13 500 professeurs agrégés ou certifiés du secondaire enseignent dans le supérieur, en IUT, école d’ingénieurs ou à l’université. Leurs profils sont très variés. Le salaire d’un professeur agrégé comparé au secteur fonctionnaires

Les Professeurs agrégés (PRAG) ou les Professeurs certifiés (PRCE) ont une charge d’enseignement de 384 heures, soit le double de celle d’un maître de conférences, mais ils n’ont théoriquement pas de travaux de recherche à effectuer. Ils peuvent bénéficier de décharges d’enseignement s’ils prennent des responsabilités pédagogiques ou s’ils préparent un doctorat.

Il faut noter que beaucoup de PRAG effectuent des heures supplémentaires afin d’améliorer leur salaire.

Professeur à l’université

Le professeur de maths à l’université a un statut très différent de ses confrères et son salaire est en conséquence.

Le professeur de maths est entièrement libre de proposer l’enseignement qu’il désire avec le contenu qu’il souhaite.

Ses horaires de cours de maths sont réduits pour qu’il puisse se concentrer sur d’autres activités en lien avec son statut comme la recherche, le suivi de travaux d’étudiants, la direction d’un laboratoire de recherche, la publication d’articles et d’ouvrages, ou encore la conception des programmes, etc.

Le professeur de maths participe également à des jurys pour des concours, des examens et des thèses.

Dans le monde des fonctionnaires, le professeur agrégé en maths se situe au top du top de la pyramide des enseignants dans le supérieur : c’est en effet un grade très recherché.

Etre professeur à l'université : le top de la hiérarchie Donner des cours à l’université

En termes de salaire, un professeur de maths d’université commencera sa carrière à environ 3000 euros mensuels nets et pourra terminer sa carrière aux alentours de 6000 euros nets mensuels.

Tout ceci sans oublier les diverses primes (primes d’encadrement, prime pour la recherche, etc.) et éventuellement des revenus provenant d’activités complémentaires comme la participation à des conférences, une expertise, les droits d’auteur sur la publication d’un ouvrage, etc.)

Des primes, des primes en complément du salaire

Si le professeur de maths est enseignant dans une ZEP (Zone d’Education Prioritaire), le ministère de l’Education Nationale fait en sorte de le « récompenser » afin de revaloriser sons statut et son salaire.

Un professeur des écoles en ZEP perçoit aujourd’hui une prime mensuelle de 96 euros environ, soit près de 1150 sur une année.

Pour ce qui est du secondaire, le professeur de maths (certifié) se voit augmenté de 117 euros chaque mois et de 100 euros s’il s’occupe de l’orientation et du suivi scolaire de ses élèves en mathématiques. Les heures supplémentaires dites HSA sont de 120 euros et celles des professeurs des écoles spécialisées de 129 euros.

Pour le professeur agrégé en maths, la prime ZEP est de 96 euros + 100 euros s’il suit et conseille pour l’orientation des élèves.

Le grand écart demeure néanmoins pour les enseignants du secondaire et des classes prépa qui ont le droit à des heures supplémentaires très bien rémunérées, en moyenne entre 120 et 169 euros de l’heure, ce qui permet de booster leur salaire mensuel de manière non-négligeable.

Quoiqu’il arrive, si vous vous posez la question « que faire après un Bac S ? », vous avez d’ores et déjà un aperçu du métier de professeur de maths. Cette profession est souvent méconnue et les possibilités d’évolution sont rarement expliquées aux étudiants.

Découvrez qui se cache derrière votre prof de maths ? Un prof de maths comme on aimerait en avoir !

Fin du gel du point d’indice et nouvelles grilles de rémunération

2017 sera l’année du changement pour les carrières enseignantes, notamment avec la fin du fameux gel du point d’indice, qui avait été mis en place depuis 2010. Il avait augmenté en juillet 2016 de 0.6 % atteignant 55,897 €. Il augmentera à nouveau en février 2017 de 0.6 % pour arriver à 56,232. Cette hausse du point d’indice s’accompagne d’autres changements significatifs dans les grilles de rémunération des enseignants.

La nouvelle grille de rémunération des enseignants

En effet, le 31 mai dernier, Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a annoncé la modernisation et la revalorisation des carrières des personnels enseignants. Le décret a été publié au Journal Officiel le 29 novembre 2016 pour une mise en œuvre au 1er janvier 2017.

Dans le cadre du PPCR (Protocole Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations) dans la fonction publique, les échelons de la grille de rémunération sont revalorisés en classe normale et en hors-classe. La mesure prévoit également la création d’un 3ème grade : la classe exceptionnelle.

L’avantage ? Chaque enseignant pourra atteindre le grade hors-classe. « Le sommet du grade hors classe, devient le grade normal d’avancement dans la carrière » comme cela est précisé sur le site de l’Education Nationale. La classe exceptionnelle sera quant à elle accessible au mérite, « prioritairement (à hauteur de 80 % des promotions) aux personnels enseignants qui, à partir du 3e échelon de la hors-classe, auront exercé en éducation prioritaire ou occupé des missions ou responsabilités particulières, pendant au moins huit ans. »

Autre grand changement de la grille des échelons pour les professeurs certifiés et les professeurs agrégés : la suppression en classe normale des différentes méthodes de passage des échelons (choix, grand choix, ancienneté). Désormais, la durée des échelons est fixe et définie.

Faire carrière dans l'éducation nationale. Pour les profs, les échelons seront gravis plus rapidement avec la nouvelle réforme !

Cette revalorisation des salaires des professeurs va s’échelonner jusqu’en 2020. Les professeurs vont ainsi profiter de meilleures conditions de rémunération. Le système va également permettre aux jeunes professeurs de débuter leur carrière avec une meilleure rémunération et de progresser plus rapidement dans les échelons dès les premières années d’activité.

Le déploiement de la réforme

La mise en œuvre de ces nouvelles dispositions interviendra progressivement. De janvier 2017 à janvier 2019, les changements vont être intégrés petit-à-petit :

  • Janvier 2017 : revalorisation de la rémunération de base (Indice Majoré),
  • Février 2017 : 2ème hausse de 0.6 % du point d’indice,
  • Septembre 2017 : entrée en vigueur de la carrière rénovée synonyme de reclassement des enseignants qui changeront d’échelon et verront augmenter leur rémunération de base,
  • Janvier 2019 : nouvelle revalorisation de la rémunération de base.

Cette réforme représente un coût d’1 milliard d’euros jusqu’en 2020. Elle s’accompagne également de changements dans l’évaluation des professeurs. Les inspections aléatoires seront remplacées par 4 grands rendez-vous de carrière permettant aux enseignants d’être égaux face à leurs possibilités d’évolution professionnelle.

C’est une réforme qui vise à rendre plus attractif le métier dès l’entrée dans la carrière d’enseignant. En 2017, l’Education Nationale recrute ainsi 25 000 enseignants. C’est le moment de s’inscrire aux concours !

Le salaire du professeur contractuel/vacataire

Nous venons de faire le point sur les salaires des professeurs titulaires, mais qu’en est-il pour les professeurs non certifiés et non agrégés ? Selon les chiffres de l’Education Nationale l’enseignement de second degré comptait 7.5 % d’enseignants non titulaires en 2013, en grande majorité des contractuels. Les 2/3 d’entre eux exerçaient leur activité à temps plein.

Les contractuels sont recrutés en CDD à temps plein ou à temps partiel. Au bout de 6 CDD ils doivent se voir proposer un CDI.

La rémunération des enseignants contractuels

Les enseignants contractuels sont recrutés par le recteur d’académie. Un récent décret entré en vigueur au 1er septembre 2016 permet d’uniformiser ce statut et de clarifier les conditions d’embauche, de travail et de rémunération. C’est également une mesure attractive, sachant que l’Education Nationale manque de titulaires et que 26 000 contractuels exercent au sein des établissements scolaires. Un effectif qui a doublé en 10 ans. Certains établissement, notamment en zones prioritaires, peinent encore à recruter.

Le décret simplifie la catégorisation des contractuels, auparavant répartis en 3 catégories comprenant chacune 8 échelons. Désormais, deux catégories seulement :

  • 1ère catégorie : Les contractuels qui remplissent les conditions de diplômes pour se présenter aux concours internes ou, pour l’enseignement technique et professionnel, une expérience professionnelle leur permettant de se présenter aux concours internes
  • 2ème catégorie : Les contractuels justifiant deux années d’études après le bac.

Le nouveau statut des enseignants contractuels. Les enseignants non titulaires ont désormais un statut plus avantageux !

Des rémunérations minimum et maximum sont fixées pour ces deux catégories. Pour la 2ème catégorie (bac + 2), l’indice majoré doit être compris entre 321 et 620, soit un salaire net compris entre 1217 euros et 2325 euros. Pour la 1ère catégorie, l’indice majoré varie de 367 à 821, soit un salaire net compris entre 1376 euros et 3103 euros.

Le décret fixe également les conditions de rémunération des heures supplémentaires.

Les points positifs du nouveau statut de contractuel ?

Désormais, les professeurs contractuels recrutés pour l’année scolaire verront leur contrat prendre fin à la veille de la rentrée scolaire suivante. Un point important car avant cela, les contrats pouvaient prendre fin avant les vacances d’été. Les contractuels devaient donc attendre un nouveau contrat en septembre, perdant ainsi deux mois de salaire.

Autre avancée significative : les contractuels recevront désormais, à mission égale, les mêmes primes que les professeurs titulaires. Enfin, après 3 ans de contrat, ils profiteront également d’une évaluation pouvant s’accompagner d’une revalorisation de salaire. De cette manière l’évolution et l’accompagnement professionnel seront simplifiés.

En parallèle, un contractuel exerçant à l’année et à temps complet dans deux établissements de la même commune ou trois établissements de communes différentes pourra bénéficier d’une heure de moins dans ses obligations de service.

Et les vacataires dans tout ça ?

Les vacataires quant à eux faisaient des remplacements et ne pouvaient effectuer plus de 200 heures par an. Un statut particulièrement précaire. Les enseignants vacataires pouvaient faire des remplacements ponctuels dans différents établissements. Leur salaire était donc basé sur le nombre d’heures effectuées. Le taux horaire était défini par l’arrêté du 3 décembre 1989 et inchangé depuis. Il était de 34.30 € bruts.

Le décret n°2016-1171 paru au Journal Officiel le 31 août 2016, abroge tout simplement ce statut.

Avec les améliorations apportées au statut de professeur contractuel, cela peut constituer une bonne opportunité de se faire une idée précise du métier d’enseignant, même sans avoir suivi le cursus classique menant au CAPES. De nombreux enseignants ont commencé de cette façon avant de passer le concours pour être titularisé. Avec le nouveau décret encadrant le statut des contractuels renforce l’attractivité des métiers de l’enseignement.

Quelles disparités de salaire dans l’Education Nationale ?

Après avoir détaillé tous les statuts possibles pour exercer le métier de professeur de maths et les différentes rémunérations, il est important de faire le point sur quelques disparités de salaires entre professeurs.

Hommes-femmes, privé-public… Constate-t-on des différences significatives de rémunération ?

Avec le bilan social de l’Education Nationale et la  publication des salaires des professeurs exerçant dans l’enseignement public comme dans l’enseignement privé sous contrat, les disparités sont plus faciles à identifier et donc à réduire.

Parmi les points mis en avant en 2015, l’écart de salaire entre professeurs hommes et femmes est de 8 %. Très loin de la moyenne nationale de 19 % selon l’observatoire des inégalités de l’Insee. En plus, cet écart dans l’enseignement peut notamment être expliqué par le fait qu’il y a moins de femmes agrégées et qu’elles ont moins de possibilités d’avoir recours aux heures supplémentaires pour augmenter leur salaire. Les femmes sont également moins représentées dans les postes les mieux rémunérés, comme celui de chef d’établissement.

On constate également des disparités entre le public et le privé. Un professeur des écoles dans le privé gagne en moyenne 200 euros de moins que dans le public. Selon l’Insee, son salaire atteint en moyenne 2189 euros dans le public contre 1995 euros dans le privé. La différence de traitement s’explique ici par des cotisations retraite plus importantes et une ancienneté plus faible dans les établissements privés.

Combien gagne un enseignant ? Will Hunting… Elève rêvé pour les professeurs de mathématiques ?

Globalement, la situation des professeurs et notamment de mathématiques, est en progression. La nouvelle réforme offre de nouvelles perspectives de carrière. Sans oublier bien sûr que l’enseignement est avant tout un métier passionnant ! Même si comme partout, il y a toujours des raisons de se plaindre… Au fond, quand on sait que le salaire médian net en France est de 1730 euros, le métier de professeur reste une bonne opportunité de carrière !

Si vous doutez encore de la formidable richesse de ce métier, n’hésitez pas à découvrir le regard de cette professeur de maths et blogueuse sur sa profession, sur l’enseignements de maths et sa passion pour cette discipline ou encore à Grégory, ce prof de maths au parcours tout à fait atypique.

Aujourd’hui, il est temps de dépoussiérer l’image du prof de mathématiques, que ce soit en donnant des cours de maths particuliers ou étant au sein d’une structure comme un collège, un lycée ou une université.

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,75 sur 5 pour 4 votes)
Loading...
Simon
SuperPROF et Digital Addict ♥ Véritable passionné du partage de connaissances et militant pour une meilleure transmission des savoirs !

Commentez cet article

avatar
Ordre:   Les plus récents | Les plus anciens | Les plus populaires
Manu Hité
Invité
Manu Hité

Cet article dérive dès qu’il s’agit du supérieur. Le statut d’agrégé n’est pas le « top du top » comme cela est supposé. Au contraire, c’est le statut le plus bas: Agrégé = bac +5, Maitre de Conférence ou PR= bac +8 (souvent un MCF est aussi agrégé mais aussi possède l’HDR après le doctorat). Un MCF ou PR est un chercheur dans un laboratoire CNRS et un enseignant pour l’université. Par contre, en ce qui concerne le salaire, en effet, un agrégé est aussi bien payé qu’un MCF, un agrégé hors-classe mieux qu’un PR2, allez comprendre la logique de l’Etat français…

wpDiscuz