Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager
33
1

La guitare : une passion qu’il faut sans cesse nourrir

De Simon, publié le 06/10/2016 Blog > Cours particuliers > Belles histoires > Jules, un Prof de Guitare Passionné et Dévoué à ses Élèves

J’habite Lyon (le 7ème, plus précisément) depuis septembre 2015.

Au départ, je viens de Grenoble, à une petite heure de route d’ici. J’y ai grandi, et fait mes premiers pas (aussi bien dans la musique que dans la vie), et j’ai décidé de tenter l’aventure lyonnaise, curieux de découvrir une « grande ville » à taille humaine.

En termes d’études, je ne suis pas vraiment ce que l’on pourrait appeler un « exemple à suivre », dans la mesure où je n’ai que le Bac (OIB Espagnol, série Littéraire, obtenu à la CSI Grenoble).

Bon, et le brevet, admettons, dans le même établissement. Les études, j’aurais pu, mais mon truc c’était la musique, la scène essentiellement, d’ailleurs, et je n’ai trouvé aucune filière dite « classique » (au format Licence Master Doctorat) qui convienne à mon projet professionnel.

Je n’ai d’ailleurs jamais fait de passage (autre qu’éclair) aux  Conservatoires et Écoles de Musique.

Sinon, accessoirement, mon nom, c’est Jules Mennessier, mais au boulot, c’est Swan Vaude (et c’est sous ce nom que l’on peut me retrouver sur internet, hors activités d’enseignement).

Depuis quand développez­-vous une passion pour la musique ?

J’ai su casser les oreilles des voisins avant de savoir lire. Click To Tweet

J’ai commencé à jouer du piano vers mes deux ans, approximativement.

Pour faire bref, vous voyez les pianos éducatifs pour les enfants, avec une octave ou deux seulement ?

Eh bien j’étais le bambin qui s’amusait avec.

La guitare a suivi vers l’âge de cinq ans, apprentissage dont a découlé la basse assez naturellement, dans une logique d’approfondissement et de curiosité jamais rassasiée, et finalement la batterie, aux alentours de mes douze, treize ans.

Comment apprendre à jouer de la gratte en région lyonnaise ? Jules : un musicien complet !

Au départ, ç’a été un pur loisir, le jeu d’un bambin. Plutôt que trois petites voitures, un petit piano, une petite guitare. J’en jouais en permanence, et je songe (presque) sérieusement à écrire une lettre à mes voisins de l’époque pour m’excuser de la gêne auditive occasionnée !

Vous souvenez­-vous de ce qui a déclenché cette passion musicale pour la guitare  ?

Famille d’artistes, déterminisme social.

La réponse est aussi simple que ça !

Un père metteur en scène, guitariste, pianiste et chanteur, une mère comédienne et chanteuse, il ne m’en a pas fallu beaucoup plus pour tomber dans la marmite.

Le « pas beaucoup plus » en question s’est trouvé en les personnes d’une tante et d’un grand-père violonistes, un oncle guitariste chanteur, un entourage mélomane en général.

Qu’est-ce que la guitare peut apporter de positif aux futurs élèves ?

J’aimerais répondre (pouvoir répondre) simplement à cette question, malheureusement (comprendre heureusement), elle n’a, et cela n’engage que moi, pas de réponse unique.

On a tous quelque chose à apprendre de la musique.

Quelque chose à lui prendre, puisqu’elle nous l’apporte si gracieusement.

Dans mon cas, j’aurais tendance à dire qu’elle m’apporte une dimension que j’aime à considérer comme étant fondamentale dans ma vie : la curiosité.

Curiosité prosaïque et stoïque de s’interroger : « Tiens, et si j’associais à une note sa tierce et sa quinte ? DINGUE, ça fait un accord vachement joli !

On l’appellera un 5, ou accord parfait ! », curiosité aussi à consonance plus introspective : « Qu’est-ce qui me plaît ?

Et par-là, comment je me définis en tant que musicien, dans un univers de sons et de goûts auditifs ? ».

« De là, la satisfaction de la réussite, l’amertume de l’échec toujours riche en enseignements, l’envie d’aller plus loin, de mieux la connaître pour mieux se connaître. »

C’est un domaine qui, pour enfin répondre concrètement, apporte aux gens ce qu’ils viennent y chercher.

À coup sûr, mais par étapes progressives, à force de patience.

Quel est votre répertoire musical ? (vos influences)

Mes influences sont très variées, et je crois difficile d’en établir une liste exhaustive tant d’artistes  me viennent en tête.

De manière très générale, j’aimerais citer le Rock, et ses piliers (tant Pink Floyd que Noir Désir, Dire Straits que Placebo…), certains aspects du Metal (le Nu puissant de Korn ou Deftones, le Djent entraînant de Periphery, Animals As Leaders ou Atmospheres), et surtout les sonorités, gammes et logiques orientales.

Nier que je m’inspire de la musique savante serait une hérésie, tant elle est source de (presque) toute chose contemporaine, mais l’affirmer ne le serait pas moins, en ceci que je ne me considère pas comme assez instruit, expérimenté, pour m’autoriser à piocher sciemment dans ce réservoir infini de savoir.

Avez-­vous un « héros » qui symboliserait votre discipline ?

Mon grand-père, sans aucun doute, qui pourtant évoluait dans tout, sauf les mêmes domaines musicaux que ceux qui sont aujourd’hui les miens (ou plutôt auxquels je m’affilie le plus humblement possible).

Sinon, j’aurais tendance à citer Tosin Abasi (Animals As Leaders), Joe Satriani ou encore David Gilmour, pour ne citer qu’eux. Je ne suis pas du genre à idolâtrer quelqu’un par-dessus tout, en réalité.

Comment composer des morceaux de guitare ? Le travail de composition !

J’apprécie le travail de composition et interprétation d’un artiste, et essaie de m’en inspirer.

Qu’appréciez­-vous dans les cours particuliers de musiques ?

J’aime à dire que j’apprends plus de mes élèves qu’ils n’apprennent de moi !

L’enseignement en tant que tel n’est pas ma vocation première (je suis l’heureuse prise d’une addiction dévorante à la scène, que pas un seul instant je ne cherche à endiguer), pourtant je me retrouve dans nombre de ses aspects.

La dimension de transmission est pour moi très importante, dans la mesure où l’on peut apprendre la guitare seul, mais l’on a toujours besoin de plus « grand » que soi pour corriger les mauvaises habitudes intégrées au fur et à mesure du travail.

J’apprécie également de plus en plus apporter ma petite contribution à la découverte d’un si vaste monde, notamment aux nouveaux musiciens, qu’ils soient de cinq ou soixante cinq ans !

Ce sont peut-être les étoiles dans les yeux d’une personne qui réussit à jouer un air aimé de manière satisfaisante qui me poussent à continuer, ce moment de pure extase.

Quels sont les profils de vos élèves ? (niveau, motivation, particularité…)

Pour ainsi dire, j’ai un peu de tout.

L’enfant de six ans qui découvre, en périscolaire, un instrument, comme le trentenaire diplômé qui cherche un aspect créatif supplémentaire à sa vie. J’ai également des niveaux intermédiaires comme des niveaux avancés.

Je ne fais pas pas travailler tout le monde sur la même chose.

Il m’est arrivé d’avoir des élèves qui venaient me voir en me disant « je suis guitariste confirmé, je veux simplement des conseils sur (exemple) du sweeping, à la guitare. On peut se programmer quatre séances pour bosser ça ? ».

Quelle doit être l’attitude d’un élève qui veut progresser, selon vous ?

Ma devise tient en quelques touches d’ordinateur : «  5m / j » !

Si cet obscur dicton est loin de la sagesse des proverbes chinois, il illustre cependant parfaitement ma pensée : cinq minutes par jour. Les cinq minutes ne sont ici bien évidemment qu’indicatives.

Comment apprendre la guitare avec un prof guitariste ? Il faut garder la motivation à la guitare !

Ce n’est pas, selon moi, avec ce laps de temps, que l’on peut réellement espérer progresser. Mais la clef tient pour moi en un seul mot : régularité.
S’instaurer un planning, s’y tenir. Je fais tout de suite la différence entre un élève qui a travaillé, même cinq minutes, tous les jours, et quelqu’un qui a fait cinq heures intensives la veille.

Celui qui a fait cinq heures intensives arrivera sans difficulté (je l’espère !) à passer le plan que je lui ai donné à travailler.

En revanche, il ne pourra pas en jouer un autre dans le même esprit.

Celui qui a travaillé cinq minutes sera polyvalent et prêt à passer à l’étape suivante de travail.

Quelles sont les principales difficultés pour dominer le perfectionnement à la guitare ?

La motivation, toujours mise à (très) rude épreuve. La musique n’est que rarement gratifiante, et surtout pas immédiatement.

Il faut de longues années de pratique pour arriver à un résultat, et pas toujours celui espéré initialement, d’ailleurs.

Cela permet également de faire mûrir sa réflexion et son projet. Il suffit d’être patient et déterminé.

Quel sont les avantages à prendre des cours particuliers plutôt que des cours en école ou au conservatoire ?

En prenant des cours particuliers, vous avez un professeur à l’écoute, qui saura s’adapter à votre projet.

Pas de pression d’examen de fin d’année, possibilité de travailler ce que l’on souhaite (exemple : travailler du Latino, mais pas de Rock).

L’aspect « solfégique » passe également au second plan, bien que restant important dans le cadre d’un élève souhaitant réellement approfondir sa maîtrise de l’instrument.

Qu’est-­ce qui fait de vous un « superprof » ?

Le « superprof » écoute son élève avant tout. Il s’adapte à lui, fait en fonction de lui, est à son service pour lui permettre d’avancer le plus rapidement et le plus efficacement possible.

Finalement, il permet d’instaurer une relation de confiance entre l’élève et le professeur, et c’est ce que je m’efforce de faire en permanence !

Les élèves peuvent par exemple m’envoyer, à tout moment, un message me demandant conseil pour l’achat d’un instrument, ou son entretien, une question technique, etc.

Où trouver des leçons de guitare à Lyon ? Annonce Superprof de Jules.

Quels sites musicaux recommanderiez-vous à vos élèves afin de les faire progresser ?

Je recommanderais le site Audiofanzine, où l’on trouve à peu de choses près tout pour progresser de manière efficace.

Les sites des grands magazines de guitare (Guitariste, Guitar Part…) peuvent également se révéler plein de ressources.

Avez-vous des anecdotes ? (belles histoires, rencontres marquantes)

L’histoire qui m’a marqué est survenue grâce à Superprof, et dans un contexte on ne peut plus classique : une jeune femme vient me trouver en me demandant de lui enseigner la guitare.

Jusqu’ici, rien d’anormal. Les cours de guitare commencent, et elle me demande de travailler une chanson en particulier. Après avoir maîtrisé l’aspect guitaristique du titre, relativement simple, elle me demande de lui en faire travailler le chant.

Elle m’annonce, après plusieurs séances de travail, qu’elle voulait en réalité faire une surprise à son fiancé, et lui chanter lors du mariage. C’est chose faite, réussie, et quelle belle expérience !

Pourriez-­vous nous citer un livre, un film, une musique, un voyage parmi vos préférés ?

 Dans un parc de Londres, un jeune photographe surprend ce qu'il croit être un couple d'amoureux. Il découvre sur la pellicule une main tenant un revolver et un corps allongé dans les buisssons... Blow-Up ; une expérience cinéphilique sensorielle et inclassable.

  • Hollywood, livre de Charles Bukowski
  • Blow-Up, film de Michelangelo Antonioni
  • Knife Party, titre de Deftones
  • Un voyage en Afrique du Sud que j’avais effectué il y a quelques années pour travailler bénévolement dans une réserve (Welgedacht)

Combien vos cours dispensés grâce à Superprof vous rapportent-ils?

Les cours me rapportent (plus ou moins, car ils peuvent être sujets à annulation, du fait des emplois du temps parfois incompatibles des deux côtés) 560 euros par mois (compter quatre semaines dans un mois).

Concrètement, au moment de réaliser mon annonce, j’ai décidé de mettre toutes les chances de mon côté.

C’est dans cette optique que je me suis permis de la partager sur un maximum de réseaux sociaux, en y mentionnant à chaque fois Superprof (qui me soutenait en retweetant, relayant mes publications).

J’ai également demandé le conseil et le commentaire (sur le site, via la fonction « laisser un avis sur ce professeur ») de plusieurs amis musiciens, avec qui j’avais eu l’occasion d’effectuer des concerts, des tournées. Je me suis également tourné vers d’anciens élèves, afin d’obtenir leur soutien.
Ainsi, mon annonce a été partagée, vue et revue un grand nombre de fois, ce qui me permet aujourd’hui d’enseigner à bon nombre d’élèves, grâce à la plateforme.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 4 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz