Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager
14

Du précepteur au professeur particulier : l’évolution des cours particuliers

De Simon, publié le 10/02/2016 Blog > Cours particuliers > Prendre des Cours Particuliers > L’histoire des cours particuliers

Les cours particuliers ont aujourd’hui le vent en poupe. Mais au fait, depuis quand les cours particuliers existent ?

Il peut être intéressant de se pencher sur l’histoire des cours particuliers de l’Antiquité à nos jours.

Cette histoire est pleine d’enseignement sur l’Histoire avec un grand H.

Comme vous pourrez le voir, les cours particuliers se sont considérablement développés depuis plusieurs dizaines d’années même si on peut en faire une généalogie ancienne.

Pour tout savoir sur les cours particuliers, suivez le guide…

Les cours particuliers de l’Antiquité au Moyen-Age

Aujourd’hui, les cours particuliers ont une fonction subsidiaire. Ils complètent l’enseignement délivré dans les écoles et établissements scolaires (publics ou privés).

Les cours particuliers ont un rôle secondaire : ils visent à consolider ou à approfondir des connaissances et des compétences apprises d’abord dans les écoles.

On verra tout à l’heure pourquoi les cours particuliers se sont considérablement développés depuis disons les années 1970-1980.

Mais si l’on veut comprendre l’histoire des cours particuliers depuis l’Antiquité, il faut se placer dans un tout autre contexte. A l’époque, le système scolaire tel que nous le connaissons aujourd’hui n’existe pas.

Pendant l’Antiquité et le Moyen-Age, il n’y a pas vraiment d’écoles ou d’établissements scolaires.

Il s’ensuit que les cours particuliers tels que nous les voyons aujourd’hui (en tant que complément à l’enseignement en écoles) n’existaient purement et simplement pas.

A l’époque, personne n’allait à l’école et donc personne ne prenait ne prenait de cours particuliers pour compléter ou approfondir l’enseignement en écoles.

Pour être plus précis, il faudrait dire que l’enseignement était réservé à une certaine élite. Les professeurs particuliers de l’époque, c’étaient les philosophes, les sophistes et autres professeurs de rhétorique.

Les premiers cours particuliers durant l'antiquité. Aristote donnant une leçon particulière à Alexandre le Grand

Aristote par exemple a été le professeur particulier d’Alexandre le Grand.

Pendant l’Antiquité romaine, Sénèque a été le précepteur de l’empereur tyrannique Néron.

On peut d’ailleurs résumer le système éducatif de l’Antiquité en trois points :

  1. Le peuple dans son immense majorité ne bénéficiait d’aucun système éducatif ;
  2.  Les élites n’allaient pas non plus à l’école et
  3. Les élites se formaient à l’aide de professeurs particuliers, appelés « précepteurs ».

D’ailleurs, les précepteurs n’avaient pas seulement un rôle de professeur au sens contemporain du terme. Leur rôle était aussi d’éduquer leurs élèves au sens large du terme. Un précepteur, ce n’était pas simplement quelqu’un qui inculquait des savoirs à ses élèves, c’était également un maître de vie qui apprenait à ses élèves la manière de se comporter dans le monde.

Comme on dit parfois, le précepteur était un sculpteur d’âme, un éducateur plus qu’un simple professeur. Car dans les époques anciennes, les parents de l’élite ne s’occupaient pas de l’éducation de leurs enfants. Mais encore une fois, seules les élites bénéficiaient de cet enseignement au sens large.

A l’heure actuelle, que dire du destin des cours particuliers ?

Les professeurs particuliers ont précédé les écoles

Il y a eu des professeurs particuliers avant qu’il n’y ait d’écoles.

Quand on considère le rôle et la fonction des cours particuliers aujourd’hui, c’est légèrement contrintuitif.

Les professeurs particuliers étaient des sages qui éduquaient les princes et les grands de ce monde.

Mais alors, comment était éduqué le reste du peuple, les gens simples ?

Bonne question. En fait, il ne recevait aucun enseignement « scolaire » et n’avaient pas de professeurs particuliers. C’était les parents qui apprenaient à leurs enfants le métier qu’ils pratiquaient eux-mêmes. Les enfants de paysans étaient très rapidement formés au métier d’agriculteur. Les artisans apprenaient très tôt à leurs enfants le métier d’artisan qu’ils pratiquaient. Evidemment, les enfants de paysans ou d’artisans n’avaient pas les moyens de se payer des professeurs particuliers

Les cours particuliers sont plus anciens que la démocratisation de l'école. Charlemagne devant ses sujets et des élèves

On dit souvent que Charlemagne a inventé l’école. Cette idée a été notamment véhiculée par France Gall dans sa célèbre chanson.

Mais c’est en large partie un mythe. Charlemagne n’est pas du tout l’inventeur de l’école au sens où on l’entend aujourd’hui.

Par contre, il est vrai qu’il a contribué au développement du système scolaire dans le but de former les fonctionnaires de son empire et les aristocrates.

Cette école ne s’adressait bien sûr pas du tout au peuple, mais aux élites uniquement. Charlemagne a notamment créé une école du palais à Aix-la-Chapelle, capitale de son royaume.

A l’époque, l’enseignement est structuré autour de 7 arts libéraux, c’est-à-dire de 7 matières. Ces 7 matières sont réparties en deux groupes : le quadrivium et le trivium. La création de plusieurs écoles de ce type a permis à de nombreuses personnes appartenant à l’élite d’apprendre les savoirs nécessaires à leur fonction auprès d’établissements d’enseignement collectif et non seulement de professeurs particuliers.

Mais même si Charlemagne commence à développer un réseau d’écoles pour les élites sur le territoire de son empire, les nobles continuent de recevoir l’enseignement de professeurs particuliers dès leur plus jeune âge.

Il faudra attendre la fin du Moyen Age pour que les établissements scolaires se multiplient et commencent à s’ouvrir à des populations plus diverses sociologiquement.

C’est en effet à partir du XIIème siècle que la première révolution scolaire intervient.

Certains historiens n’hésitent pas à parler de Renaissance avec un grand « R » pour qualifier cette période du XIIème siècle qui voit pour la première fois de l’histoire l’instruction se développer à l’intérieur de tout le royaume.

C’est à cette époque que les premières universités apparaissent. Dans les villes, les premiers collèges font leur apparition. C’est à cette époque que l’on commence à redécouvrir les auteurs de l’Antiquité grecque et romaine.

Mais même si l’enseignement scolaire se développe à la fin du Moyen Age au sein des congrégations religieuses et des collèges citadins, l’immense majorité des gens n’en profitent pas.

Concernant les cours particuliers, les choses sont claires : aucuns membres des catégories populaires ne peuvent en bénéficier.

Le rôle des précepteurs pendant l’Ancien Régime

Sous l’Ancien Régime, le réseau des écoles se développe dans les villes et même à la campagne. L’enseignement scolaire, c’est-à-dire collectif, commence à devenir réalité. Des écoles se construisent à travers tout le territoire français.

L’immense majorité des écoles et des collèges sont dirigés par l’Eglise.

C’est un fait qui est souvent oublié mais qui doit être rappelé : jusqu’à la fin du XIXème siècle, l’enseignement scolaire est pratiquement exclusivement privé et sous la coupe des congrégations religieuses. L’enseignement public n’émergera qu’au XIXème siècle, et plus précisément à la fin du XIXème siècle.

Sous l’Ancien Régime, l’enseignement est délivré par des congrégations religieuses comme les Jésuites, les frères de l’école chrétienne ou les sœurs de Saint Joseph.

Les précepteurs, ancêtres des professeurs particuliers. Un précepteur avec son élève

L’Ancien Régime marque le début de l’expansion d’une nouvelle classe sociale, promue à un grand avenir : la bourgeoisie. Les bourgeois n’appartiennent pas à la noblesse, mais ils vivent et commercent au sein des villes qui se développent considérablement à l’époque à travers tout le royaume (le terme de « bourgeois » fait lui-même référence à la ville).

Pendant l’Antiquité et le Moyen Age, les écoles sont rares. Quand elles existent, elles ne bénéficient qu’aux aristocrates et aux élites. C’est en partie du fait du développement de la classe de la bourgeoisie que le réseau éducatif s’étend en France.

Sans la révolution de l’émergence de la bourgeoisie, le système scolaire n’aurait sans doute pas pu se développer.

Mais même si l’ordonnance du 13 décembre 1698 tente de développeur l’instruction de base à tous les enfants du royaume (objectif : lire, écrire, compter), force est de constater que l’enseignement profite surtout aux membres de la bourgeoisie.

La France reste un pays à forte majorité paysanne et les paysans n’envoient pas leurs enfants à l’école. A la place, les enfants de paysans sont très vite intégrés au travail quotidien des champs.

Mais qu’en est-il des cours particuliers et des professeurs particuliers ? Sur ce plan-là, très peu de changement à signaler.

Les cours particuliers continuent sous l’Ancien Régime d’être réservés aux nobles et aux riches bourgeois qui commencent à se faire entendre.

Les cours particuliers, sous l’Ancien Régime, restent l’apanage des classes privilégiées ou enrichies. Le tarif des cours particuliers n’est bien évidemment pas le même à l’époque.

Les cours particuliers restent l'apanage de la bourgeoisie. Cours particulier dans la famille d’un notaire

L’immense majorité du peuple n’a toujours pas accès à une éducation digne de ce nom, et a encore moins accès à des cours particuliers.

On commence à comprendre une chose à travers ce rapide tour d’horizon historique.

Les cours particuliers : une étymologie contemporaine

Les cours particuliers au sens contemporain du terme sont une création récente, très récente même.

Il est très difficile de faire une histoire des cours particuliers pour une raison simple : jusqu’au XXème siècle, les cours particuliers au sens où les entend aujourd’hui n’existent pas.

Il existe à la limite des ancêtres des cours particuliers, mais des ancêtres lointains et peu ressemblants avec ce que nous connaissons aujourd’hui.

Il y a une raison pratique et terre à terre à cette émergence très récente des cours particuliers : les cours particuliers, par définition, sont des cours qui ne s’adressent qu’à une seule personne.

Un cours particulier, c’est un professeur qui enseigne son savoir et ses compétences à un seul élève. Il est logique qu’un professeur particulier réclame un « salaire » qui soit en adéquation avec la qualité de son enseignement et avec la quantité de savoirs accumulés au terme de longues années d’études et d’expérience.

Or, jusqu’à très récemment, personne ne pouvait se payer à lui seul un cours particulier, hormis les nobles et les riches bourgeois. L’histoire des cours particuliers, avant le XXème siècle, est donc très pauvre.

La véritable naissance des cours particuliers à partir de la fin du XIXème siècle

Le XIXème siècle est un siècle de grands changements politiques et sociaux. La société d’ordre est supprimée, la monarchie est abattue. Des avatars de monarchie réapparaîtront au début du XIXème siècle, avant que la République soit définitivement proclamée.

Tout le XIXème siècle est marquée par une lutte entre les tenants d’un enseignement public et les tenants d’un enseignement privé, congréciste et dirigé par l’Eglise. A partir de la Troisième République, à la fin du XIXème siècle, l’école publique, gratuite et obligatoire est instaurée (réformes de Jules Ferry). La fin du XIXème siècle marque le début de l’expansion de l’enseignement scolaire primaire.

Il faudra attendre la première moitié du XIXème siècle pour que l’enseignement secondaire se généralise lui aussi.

Mais il est très important de noter que de la fin du XIXème siècle à la première moitié du XXème siècle, les cours particuliers ne se développent pas vraiment. Il faudra attendre la grande vague de démocratisation de l’enseignement et les Trente Glorieuses pour que les cours particuliers commencent à se développer de manière notable.

Certes, à la fin du XIXème siècle et dans la première moitié du XXème siècle, les cours particuliers ne sont plus l’apanage des nobles et des élites.

Mais les gens ordinaires et les fameuses « couches moyennes » vantées par Gambetta n’ont pas encore accès aux cours particuliers.

L’ère de la démocratisation des cours particuliers ne se développera vraiment qu’à partir de la deuxième moitié du XXème siècle. Encore une fois, les cours particuliers sont une réalité très récente. La question de gagner de l’argent en donnant des cours particuliers ne se posait pas aux professeurs de l’époque.

Connaissez-vous les différents organismes des cours particuliers ?

Le développement des cours particuliers à partir de la deuxième moitié du XXème siècle

Il existe plusieurs raisons au développement des cours particuliers dans la deuxième moitié du XXème siècle. Il serait difficile d’être exhaustif. Nous nous bornerons aux raisons les plus évidentes et les plus claires :

  • La deuxième moitié du XXème siècle est synonyme de forte croissance économique, qui permet une élévation générale du niveau de vie des Français. On a beaucoup de mal à prendre la mesure de ce phénomène, même si tout le monde connaît les Trente Glorieuses. La croissance que les pays développés ont connue après la deuxième guerre mondiale est un phénomène inédit dans l’histoire de l’humanité. Depuis des millénaires, les sociétés avaient connu la croissance zéro, ou quasi zéro. A partir du XIXème siècle, les taux de croissance ont commencé à devenir positif. On enregistre au XIXème siècle des taux de croissance annuel de l’ordre de 1% ou 2%. A partir des Trente Glorieuses, les taux de croissance explosent. On atteint en moyenne 5% de croissance par an pendant près de trente ans. La France devient plus riche qu’elle ne l’a jamais été. Première raison.

Le développement des cours particuliers pendant les trente glorieuses. L’émergence de l’idéologie de l’enfant roi

  • Deuxième raison : cette croissance est de mieux en mieux partagé. Les Trente Glorieuses sont synonymes de forte croissance, mais aussi et surtout de croissance partagée. Les taux d’inégalités diminuent drastiquement pendant les Trente Glorieuses. Chacun profite de la croissance. Globalement, tout le monde s’enrichit. La société de consommation se développe. Il existe un revenu disponible qui permet d’accéder à de nouveaux services, jadis inaccessibles.
  • L’après-guerre et les Trente Glorieuses voient aussi l’émergence de l’idéologie de l’enfant roi. Ce phénomène est essentiel pour comprendre l’émergence et le développement fulgurant des cours particuliers. Les parents, plus que jamais, se soucient de l’avenir de leurs enfants. Les enfants et les adolescents sont placés au centre de toutes les attentions. On veut qu’ils réussissent dans cette nouvelle société plus égalitaire, où chacun a véritablement des chances de réussir. On investit plus que jamais dans ses enfants. Les Français se soucient de l’avenir de leurs enfants et font tout pour que ceux-ci fassent mieux qu’eux. C’est une époque où l’on croit fermement à l’ascenseur social et à l’égalité des chances.
  • Le système scolaire se développe comme jamais auparavant. Plusieurs réformes permettent à tout le monde un accès facilité aux études secondaires, mais surtout aussi aux études supérieures. L’éducation secondaire et supérieure se démocratise. La deuxième moitié du XXème siècle est la période de la démocratisation de l’éducation et de la culture.

Les Français bénéficient tous peu ou prou d’une croissance économique inédite. Les parents accordent une place centrale à l’avenir de leurs enfants, et le système éducatif, sous la houlette de l’Etat, se démocratise d’année en année : c’est ce cocktail qui a permis au marché des cours particuliers de se développer à vitesse grand V.

Avant la deuxième moitié du XXème siècle, les cours particuliers restent marginaux. Ils ne concernent qu’une fraction minime de la société, les plus riches et les mieux pourvus. L’immense majorité des Français (et pas seulement des Français) ne savent même pas ce que « cours particuliers » et « professeurs particuliers » signifient.

Mais aujourd’hui, quelle est l’économie des cours particuliers ?

L’explosion récente de la demande de cours particuliers

Si le milieu du XXème siècle marque le véritable décollage des cours particuliers et l’augmentation du nombre de professeurs particuliers, c’est vraiment depuis ces 20 dernières années que le phénomène a pris sa véritable ampleur. Si vous avez 40 ans, vous n’avez peut-être jamais reçu de cours particuliers. Par contre, si vous avez aujourd’hui 20 ans, il y a beaucoup plus de chances que vous ayez pris au moins une fois un cours particulier.

Découvrez également notre panorama mondial des cours particuliers

L'explosion récente de la demande de cours particuliers en France. Les profs particuliers sont de plus en plus prisés

Il y a essentiellement trois raisons à cela :

  • L’ascenseur social fonctionne moins bien. Tous les hommes politiques tentent de renverser cette tendance à la stratification sociale et à l’immobilité sociale, mais en général en vain. Il est de plus en plus difficile pour un enfant d’ouvriers d’acquérir un poste de cadre par exemple. Cela s’explique par au moins une raison : les pays développés, et notamment la France, sont enfoncés dans une crise économique réelle ou latente depuis les années 1980. On pourrait ajouter le fait que les politiques menées depuis plusieurs décennies, à tendance « néolibérale », tendent à favoriser et à légitimer les phénomènes d’inégalités.
  • Les parents sont de plus en plus soucieux de l’avenir de leurs enfants. Ils ont conscience de la crise économique qui touche la France et les pays développés et du chômage de masse. Les parents craignent un avenir plus sombre pour leurs enfants. Ils cherchent à tout faire pour que leurs enfants réussissent et tirent leur épingle du jeu. Pour leur donner le plus de cordes à leurs arcs, les parents décident d’offrir des cours particuliers.
  • Le système scolaire apparaît, à tord ou à raison, de moins en moins qualitatif et efficace. Les Français ont de moins en moins confiance dans la capacité du système éducatif à former leurs enfants au monde qui vient. Ils cherchent des alternatives : les écoles privées, lorsqu’ils en ont les moyens, et les cours particuliers.

Résultat : aujourd’hui, ce sont 40 millions d’heures de cours particuliers qui sont délivrées chaque année en France.

Mais il existe une autre raison au développement fulgurant des cours particuliers depuis plusieurs années : les cours particuliers se sont largement diversifiés.

Hier, un cours particulier se résumait à du soutien scolaire. Par cours particulier, on entendait : cours de français, cours de langue, cours d’histoire, cours de mathématiques, etc. Les cours particuliers étaient restreints au cadre scolaire.

Or, depuis maintenant plusieurs années les cours particuliers se sont progressivement diversifiés. Aujourd’hui, on peut prendre des cours particuliers de yoga, de sport, de piano, de violon, de guitare, de cuisine, de coaching, etc.

La prise de pouvoir des plateformes Web sur les structures physiques

Autrement dit, on a étendu le concept de cours particulier à des types d’enseignement qui il y a encore quelques années en étaient exclus. Forcément, cet élargissement du concept même de cours particulier a eu un impact très important sur le développement global du marché des cours particuliers.

C’est en grande partie l’essor d’internet et des services de mise en relation qui a permis ce formidable essor.

Ce qui permet aux cours particuliers de devenir un véritable échange entre profs et élèves.

Sur Superprof, vous pouvez aujourd’hui trouver n’importe quel professeur pour n’importe quelle matière : yoga, sport, anglais, français, mathématiques, piano, violon, cuisine, sophrologie, histoire, etc. Vous avez un talent, des compétences, une expérience ?

Profitez-en et proposez des cours particuliers gratuitement sur internet ! Vous recherchez des cours particuliers ? Faites votre choix parmi des centaines voire des milliers de professeurs compétents inscrits sur la plateforme !

En effet, de plus en plus de professeurs se posent la question suivante : comment donner des cours particuliers ?

Le développement des services de mise en relation  a largement contribué à l’essor des cours particuliers. Résultat : on estime aujourd’hui à 2,5 milliards d’euros le chiffre d’affaires des cours particuliers en France.

En résumé : les cours particuliers, au sens où on l’entend aujourd’hui, sont une création récente. Ils se sont développés à partir des Trente Glorieuses, suite à l’accroissement du niveau de vie des Français et à l’idéologie de l’enfant-roi. La préoccupation croissante des parents pour l’avenir de leurs enfants et la diversification des cours particuliers a permis une nouvelle phase de développement depuis plusieurs années.

A quoi ressembleront les cours particuliers de demain ?

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 2 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz