Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Le poème au centre de l’étude linguistique

De Philippe, publié le 20/12/2016 Blog > Soutien scolaire > Français > Utiliser la Poésie pour Donner des Cours de Français

« La poésie est cette musique que tout homme porte en soi. »

William Shakespeare

Ses spécificités sont telles que le langage poétique constitue une espèce de langue à part.

En histoire politique, il est coutumier de parler d’« État dans l’État ». Dans le cas qui nous intéresse, nous pourrions évoquer une « langue dans la langue » !

Cette mise en abyme idiomatique se double de bien d’autres jeux avec les mots, propres à la poésie.

On joue avec les symboles, les images, les sonorités, les rythmes, les coupures (hémistiches), les dissonances et harmonies…

En plus d’un message littéral, il est possible de faire passer un ou plusieurs messages seconds, plus ou moins cachés. On peut confiner à la littérature inspirée.

Les amoureux l’ont bien saisi !

Fort de cette richesse incomparable, l’œuvre du poète a toute sa place dans un cours de langue vivante.

Et cette place est un véritable piédestal, auquel l’accès est loin d’être évident.

Pour le découvrir, rien de mieux que d’être guidé par un enseignant qualifié dans une sorte de parcours initiatique nous introduisant peu à peu aux secrets et aux mystères de l’esprit humain…

Voyons tout de suite ce qu’il en est pour notre belle langue de Molière ! Ou quand la culture est au service de la langue française

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Comprendre la poésie, c’est utiliser la langue française avec légèreté

Que l’on ne s’y méprenne pas !

Ici, le mot légèreté n’est en rien péjoratif et ne doit pas faire penser à quelque chose de futile.

Il s’agit au contraire d’un terme venant s’opposer à tout ce qui pourrait faire songer à des lourdeurs ou maladresses de langage.

Savoir apprécier un poème n’est pas nécessairement inné.

Le texte, à première vue, semble obscur à la grande majorité des élèves, que ce soit dans l’enseignement primaire comme dans le second degré.

De nombreuses subtilités demandent des explications pour être pleinement savourées par les jeunes gens.

La poésie, c’est une étude qui se rapproche parfois de l’analyse musicale ou mathématique.

Il y a la métrique, concernant les vers et leur nombre de syllabes (de « pieds », pour certaines langues anciennes et étrangères), les rimes (féminines ou masculines), et les formes poétiques avec des strophes (ode, ballade, sonnet…).

Une école de langue étrangère universitaires est top pour un learning intensif ou un test de français d'évaluation. Université | Un cours du soir ou des cours particuliers pour acquérir des compétences en poésie, pourquoi pas ? | source : stocksnap.io

En faisant un sondage à la sortie d’une école primaire, les enfants nous répondraient bien vite que ce qui caractérise selon eux la verve poétique, c’est la rime, allant de pair avec le vers.

Pourtant, avec l’émergence de la poésie contemporaine, ses vers libres et son émancipation vis-à-vis des canons classiques ou traditionnels, un poème peut être plus volontiers en prose et sans aucune rime.

Dès lors, la petite étincelle qui fait le poiein – la création, en grec – se situe au-delà de simples règles littéraires.

La poésie, c’est en réalité une façon de sentir les mots et d’appréhender la langue pour diffuser une signification concernant l’essence de l’homme, du créé ou de la divinité.

Quoi qu’il en soit, qu’il s’agisse des alexandrins de Racine, du théâtre romantique de Musset, des sonnets de Baudelaire ou des parfums épars de Saint-John Perse, l’amateur de bonne littérature en aura pour son compte (découvrez par ailleurs l’influence de la littérature sur la langue française).

Savoir apprécier un poème et s’en réjouir est un divertissement à peu de frais !

Une fréquentation assidue du genre poétique a une influence positive sur le cerveau.

La compréhension de votre langue maternelle grimpera en flèche, de même que vos connaissances lexicales et que les idées d’associations de mots harmonieuses.

Vous accéderez à un registre supérieur de langage, qui vous rendra plus aisé tout travail de rédaction ou de composition, exercice qui dépite souvent plus d’un collégien ou lycéen…

Apprendre la poésie, c’est jouer avec les assonances et les rimes

Encore au-dessus de la simple compréhension écrite de la poésie, il y a sa déclamation orale et solennelle, puis sa pratique à proprement parler.

Lire pour soi, dans sa tête, un recueil de quatrains, est un plaisir cérébral qui satisfait l’imagination et le goût de la langue.

Mais la lecture à voix haute est infiniment supérieure et plus bénéfique.

Là, toutes les richesses sémantiques et sonores de l’ouvrage se dévoilent au grand jour : on ne plus passer à côté du moindre trésor caché.

C’est aussi un moyen de partager sa passion avec d’autres personnes.

L’idée d’un café-poésie ou d’un cercle d’études poétiques est loin d’être mauvaise.

Le film Le Cercle des poètes disparus, se déroulant aux États-Unis au sein d’un prestigieux collège de la upper class, bien qu’à la fin tragique, obtint un immense succès (1989) en jouant sur cette corde.

Il y a cependant mieux encore que la banale lecture à haute voix. C’est la récitation après un apprentissage par cœur.

Cet exercice exige beaucoup plus de temps ainsi qu’un effort mental non négligeable – mais dont les retombées positives sont également considérables.

La réussite académique et scientique est un tremplin pour enseigner le français ou apprendre une langue telle que l'espagnol ou l'allemand. Échange | La Sorbonne à Paris, lieu privilégié de la culture française et de la francophonie | source : unsplash.com

Réciter une poésie intimement apprise, connue et ressassée, c’est l’assurance d’une diction claire et facile, sans les accrocs possibles dans la lecture d’un texte que l’on découvre pour la première fois – ou presque.

Ces récitations sont identiques à celles d’un comédien. Il faut y mettre toutes ses tripes, travailler ses pauses, ses rythmes ; prendre les intonations voulues par l’auteur.

Tout individu qui déclame un poème, même vieux de plusieurs siècles, s’en approprie une partie.

D’une certaine façon, il re-crée cette pièce d’art immatérielle, en se donnant la peine de l’incarner, que ce soit pour lui-même ou pour un public.

Comme un bénéfice ne vient jamais seul, ce plaisir décuplé s’accompagnera de grands progrès de concentration, de mémoire, d’expression (aussi bien gestuelle qu’orale) et d’élocution.

Le temps que vous aurez passé à travailler votre texte ne sera jamais perdu !

Enfin, pour terminer, l’idéal reste la pratique de la poésie.

Dans cette perspective, une appétence et des compétences particulières sont requises. Il y faudra un certain talent et un certain goût pour manier les vers sans que cela ne soit que purement mécanique.

C’est une épreuve assez fréquemment demandée dans les collèges et lycées, un jour ou l’autre, par les professeurs de français.

Écrire des poèmes à ses heures perdues reste plus rare, mais qui sait si un grand génie ne se cacherait pas dans l’obscurité ?

On dit souvent que la poésie est une musique, mais saviez-vous que la musique avait transformé la langue française, elle aussi ?

Quels sont les poèmes les plus étudiés en cours de français ?

Les professeurs agrégés ou certifiés dans le secondaire, et les instituteurs dans le primaire, font apprendre ou étudier à leurs élèves les œuvres qui leur tiennent le plus à cœur.

Dans les grandes classes, il peut arriver que l’enseignant permette à ses élèves de choisir eux-mêmes un poème, en respectant certains critères de choix.

Paradoxalement, les ados ne s’écartent alors que très rarement des grands classiques !

Bien que la science statistique soit en cette matière très difficile à mettre en application à cause d’un défaut de données, essayons-nous à une brève esquisse des poèmes les plus appris…

L'apprentissage du français requiert une parfaite maîtrise de la communicqtion via la conversation. Civilisation | Apprendre le français en France, l’occasion d’une immersion et d’un séjour linguistique et culturel ? | source : visualhunt.com

Chez les CM, Le Corbeau et le Renard reste sans conteste la fable la plus universellement récitée.

Cette généralité n’empêche pas certains professeurs des écoles de lui préférer Le Loup et l’Agneau, Le Chêne et le Roseau ou autre.

Au collège, les textes de Baudelaire recueillent un grand suffrage, car ils sont nombreux et concernent souvent des thèmes en particulier.

Ainsi, pour ce qui est de la mer, L’Albatros et L’homme et la mer arriveront naturellement en tête.

Le Bateau ivre, Le Dormeur du val et Les Effarés, selon le niveau, sont régulièrement analysés.

En revanche, chez des auteurs aussi prolifiques que Victor Hugo, il serait difficile de trouver une pièce davantage mise en avant qu’une autre…

La poésie est un univers plus grand encore que notre planète !

Qui sont les poètes les plus emblématiques de la langue française ?

La littérature francophone est éminemment féconde. Elle compte un nombre à croyable de poètes grandioses, à faire pâlir les autres nations.

Pourtant, forcés de faire un choix, nous nous bornerons à ne retenir au fil des siècles que les dix poètes qui nous semblent être les plus étudiés dans notre pays, mais aussi ailleurs (cours de FLE).

Pierre de Ronsard et Joachim du Bellay, héritant au XVIe siècle des influences toscanes, mettent à l’honneur la poésie nationale en langue vernaculaire, enchantant la cour et l’aristocratie d’alors.

La rose du premier est connue de tous les élèves de prépa, tandis que la Défense et illustration et Les Regrets du second sont des incontournables dans l’enseignement supérieur et dans l’histoire culturelle.

Après les fables de La Fontaine que déclament tous les élèves du primaires (et ceux qui apprennent le français langue seconde) et le théâtre classique et hautement moral de Racine s’inspirant des sources antiques, passons à l’ère des romantiques.

Victor Hugo traverse le XIXe siècle comme Louis XIV avait pu dominer le sien…

Ce poète est un label de qualité pour tout nouvel apprenant européen en école de français. Victor Hugo | Améliorer son éducation demande de connaître les chefs-d’œuvre | source : commons.wikimedia.org

Ce géant a touché à tous les genres littéraires, du roman au théâtre.

Sa poésie atteint l’extraordinaire avec Les Contemplations, où il démontre que des mots jugés « laids » (crapaud, putois, etc.) peuvent trouver leur place dans les plus belles pièces de notre littérature !

Charles Baudelaire nous touche au même moment avec son spleen qui sort de ses entrailles, et ses sonnets si bien taillés.

Il se permet d’aborder des sujets jusqu’alors tabous, dans ses Fleurs du mal.

Arthur Rimbaud est apprécié des profs certifiés, notamment en raison de sa fraîcheur juvénile et de son parcours pour le moins précoce, atypique et dramatique.

Paul Verlaine lui fait naturellement pendant, tandis que Paul Valéry révolutionne la rythmique en diminuant l’alexandrin traditionnel en un vers à onze syllabes, pour gagner en rapidité, en énergie et en jeunesse.

Guillaume Apollinaire, généralement chouchouté pour le bac français, poète pris dans les affres de la Grande Guerre, clôt de façon conventionnelle l’époque des poètes devenus « classiques » – en attendant, les Éluard, Aragon, Char et Prévert.

Découvrez l’impact du cinéma sur la langue de Molière

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *