Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Pour quelles raisons le Dieu de la religion musulmane nous parle-t-il en arabe ?

Par Samuel le 12/02/2017 Blog > Langues > Arabe > Pourquoi Allah a Choisi La Langue Arabe ?
Table des matières

« La langue qu’Allah a choisie est la langue arabe. Il a fait descendre son précieux livre (le Coran) en arabe, et en a fait la langue du dernier des prophètes. Et pour cela, on dit qu’il est du devoir de chacun capable d’apprendre l’arabe de l’apprendre, car elle est la première langue« . Achafi’i (772-826).

En 2010, 1,6 milliards d’individus sur la Terre étaient musulmans, ce qui fait de l’islam la seconde religion la plus répandue au monde après le christianisme (2,4 milliards de pratiquants).

Dans la chronologie de l’Histoire, l’islam fut la troisième religion monothéiste a naître après le judaïsme et le christianisme.

Les musulmans reconnaissent en leur foi l’existence d’un Dieu unique, qui s’impose aux humains et à qui ils doivent tout : Allah (اللّه en langue arabe).

Cette divinité suprême serait indivisible (sans enfant), sans image, et ferait l’objet d’une totale soumission des croyants en l’islam (الإسلام, islam signifiant « soumission à Dieu » en langue arabe).

Instituée par le livre sacré du Coran, la religion de l’islam aurait été révélée par le prophète Mahomet (vers 570- vers 632), chef politique, religieux et militaire originaire de la Mecque (Arabie Saoudite), considéré par les musulmans comme ayant été le dernier des prophètes.

L’exégèse ainsi que les recherches sur les origines de l’islam ont donné lieu à une véritable discipline parmi la communauté musulmane, la science coranique, et animent les débats des chercheurs orientalistes depuis le 19ème siècle.

  • Quelles sont les réelles interprétations du Coran ?,
  • Pourquoi le Saint Coran est-il rédigé en langue arabe ?,
  • Apprendre l’arabe coranique est-il plus difficile qu’apprendre les autres langues étrangères ?

Superprof s’interroge sur les raisons de la suprématie de la langue arabe choisie par Allah pour rédiger le Coran.

Allah, un mot arabe d’origine sémitique et multiconfessionnelle

Allah est le mot arabe qui, comme on le sait tous, désigne la divinité de l’islam.

L’histoire de ce terme est féconde d’enseignements.

Les apprenants qui prennent des cours d’arabe coranique à la mosquée, ou les élèves qui apprennent la traduction littéraire de l’écriture arabe le sauront : en langue arabe, l’écriture de Dieu se compose de l’article « al » – ال -, qui signifie « le », et du mot arabe « ilâh » – إِلَاه -, signifiant dieu.

La grande marche à travers tout le monde arabe pour un voyage culturel et linguistique. De nos jours, certains musulmans des pays maghrébins au Caire viennent encore à La Mecque par amour pour le Coran !

Par agglutination, les deux termes donnerait Allah (اللّٰه) pour signifier « le dieu ». Le Coran insiste sur l’unicité absolue d’un dieu, un monothéisme qui s’appelle le Tawhîd (le Dieu unique).

En outre, si l’on réserve exclusivement ce mot arabe à l’évocation de la religion musulmane, c’est en réalité un contre-sens historique.

Vraiment ?

Et oui, le mot « Allah » tire son origine dans la langue sémitique arabe et hébraïque.

Il existait bien avant la publication du Coran en langue arabe, et son usage est donc bien antérieur à l’islam monothéiste.

Ce mot était en fait déjà connu des peuples pré-islamiques :

  • Les Akkadiens utilisaient le terme « ilu » pour évoquer Dieu, entre 4000 et 2000 avant notre ère,
  • En hébreu, les juifs nomment Dieu par « Elohim ». Encore aujourd’hui, certains juifs des pays du Maghreb ou du Moyen-Orient emploient le terme d’Allah,
  • Dans la Bible, les chrétiens dont la langue est l’araméen (langue maternelle de Jésus-Christ) nomment leur dieu par « Allaha »,
  • Les chrétiens Arabes de Syrie et d’Arabie, persécutés au 3ème siècle, employaient le mot Allah aussi.

Pour plus de compréhension : les termes Allah et Elohim proviennent en fait de la même racine sémitique !

En Arabie pré-islamique – c’est-à-dire avant l’hégire de 622 et la fondation de l’islam par Mahomet -, Allah avait des divinités associées qui étaient ses fils et ses filles.

Le Saint Coran lui-même révèle plusieurs divinités pan-arabes, vénérées à La Mecque, à Alep et à Palmyre (en Syrie) :

  • Al-Lât,
  • Houbal,
  • Manat,
  • Al-Ozzâ.

Les premiers Arabes du monde musulman étaient donc polythéistes, au même titre que les Romains et les Grecs durant l’Antiquité !

Une petite anecdote : 

En 2009, la Cour Suprême de Malaisie a interdit l’utilisation du terme « Allah » par les Malais d’obédience chrétienne. Un fait juridique qui témoigne que à quel point notre époque est enfermée dans des revendications identitaires pouvant paraître archaïques à certain(e)s !

La langue arabe comme instrument de l’expansion de l’islam

Il y a 1400, l'hégire imposait l'arabe comme idiome de la religion musulmane. Et si on allait à La Mecque, berceau de la langue arabe, sur les traces du prophète Mahomet ?

Pourquoi Allah aurait choisi l’arabe pour édicter ses lois ?

Il est relativement difficile de trouver des sources et des travaux scientifiques fiables à ce sujet, notamment parc qu’Allah n’est pas un personnage ayant réellement existé.

L’on ne peut donc avoir que des hypothèses.

C’est néanmoins parce que le Coran fut révélé en langue arabe, que le dieu unique se prénomme « Allah ».

Cette exaltation et la reconnaissance de l’unicité divine (Tawhîd) – qui conditionne l’entrée d’un fidèle dans l’islam – provient de la nécessité des prêcheurs du 7ème siècle de faire se convertir au monothéisme les Arabes polythéistes de la péninsule arabique.

C’est très certainement parce que Mahomet était originaire d’Arabie Saoudite et qu’il avait donc l’arabe pour langue maternelle, que le Coran fut « révélé » et répandu en langue arabe.

Apprendre à lire et parler arabe – surtout l’arabe coranique – pour un musulman pratiquant, permet de comprendre les versets du Coran.

C’est donc un moyen de se faire comprendre par les tous croyants de l’islam.

La culture islamique raconte que l’islam est né en 610, lorsque Mahomet – alors en retraite spirituelle sur le mont Hira – reçut de l’archange Gabriel la révélation, la parole sacrée de Dieu.

De retour à La Mecque, Mahomet se serait alors présenté comme l’envoyé de Dieu, puis entreprit de répandre la parole sainte.

Or la tradition musulmane relate que le prophète Mahomet aurait été analphabète : il n’aurait donc eu d’autres moyens que sa langue natale pour enseigner les versets du Coran et propager langue et culture islamique à travers la péninsule arabique.

Dieu aurait choisi la langue arabe pour édicter les lois de l’islam – nommées la sunna – parce qu’il s’agissait de la langue la plus adéquate pour cet objectif.

L’on comprendra par « objectif » la nécessité de rencontrer le plus de personnes enclines à adhérer au nouveau dogme.

Entre 602 et 628, l’Arabie pré-islamique était tiraillée par la guerre entre l’empire Byzantin à l’ouest méditerranéen et l’empire Persan à l’est (actuel Iran).

Les pertes territoriales et la victoire des Arabes contre la Perse des Sassanides en 636 marquent les débuts de l’expansion de l’islam par les Arabes au Proche-Orient, après la mort de Mahomet en 632.

L’arabe comme langue officielle de l’islam, pour fédérer les musulmans

A l’époque pré-islamique de l’hégire – lorsque Mahomet quitta La Mecque pour Médine en 622 -, les arabophones n’étaient pas tous monothéistes.

Comme pour toutes les religions, la foi islamique a ses rituels bien ancrés. Prier même dès le plus jeune âge à la mosquée : les piliers de l’islam n’oublient personne !

Certains étaient juifs, d’autres chrétiens. Pourtant, si Mahomet a été le messager d’une révélation, il eût bien fallu que celle-ci soit comprise par ses confrères.

L’on supposera ici plusieurs hypothèses parmi d’autres recueillies dans nos recherches documentaires :

  • L’islam et le Coran furent créés en langue arabe tout simplement parce que le dernier prophète (Mahomet) était Arabe,
  • Le Coran est écrit en langue arabe parce qu’il s’adressait aux arabophones à sa parution,
  • Allah a choisi un prophète arabophone car la cité de La Mecque n’avait pas encore été avertie de l’existence de Dieu,
  • Ce serait un appel à la méditation et au raisonnement pour les musulmans,
  • L’arabe aurait été choisi pour lancer un défi d’éloquence et de rhétorique aux populations Arabes.

Quoi qu’il en soit, l’islamisation de l’Arabie, la conversion progressive à Allah et la diffusion de l’islam dans les pays arabo-musulmans et dans tout le Moyen-Orient, semble être une résultante des annexions successives de territoires d’est en ouest à la fin du 7ème siècle.

La soumission à Allah – qui signifie islam en langue arabe – semble avoir pour but d’éradiquer les croyances polythéistes et d’instaurer un dogme unique qui inféoderait tous les musulmans.

Apprendre la langue arabe permet de pratiquer l’islam

« Par la langue arabe, on comprend le Coran, et par elle on connait les règles islamiques, celui qui ignore la langue arabe est ignorant de l’islam. »

Lorsque l’on adhère à la confession musulmane, le repère est le Saint Coran.

L’apprentissage de l’arabe classique devient donc obligatoire pour quiconque souhaite suivre les préceptes du prophète Mahomet.

La liturgie coranique, une science et à la fois un art réservé aux savants ! Les cours à la mosquée pour apprendre à lire l’arabe, comprendre le Coran et devenir meilleur… Si l’on croit le prophète !

L’arabe classique ? C’est quoi ?

La langue du Monde Arabe a presque 2000 ans d’histoire, et le Coran fut rédigé au 7ème siècle dans une forme ancienne d’arabe, dans une version censée être comprise par tous les arabophones : l’arabe littéraire.

L’arabe littéraire se distingue de l’arabe dialectal, qui lui, est parlé selon le dialecte de chaque pays arabe. Le Darija, par exemple, qui est l’arabe marocain.

Une majorité de natifs arabophones des pays du monde musulman apprennent l’arabe littéraire standard, la langue arabe qui a été modernisée au 20ème siècle.

Cependant, afin d’être en mesure de comprendre les versets et les sourates du Coran, il importe d’apprendre un autre niveau de langue proche de l’arabe classique ancien : l’arabe coranique.

Il s’agit de l’arabe littéraire tel qu’il est – encore aujourd’hui – pratiqué dans les textes sacrés et liturgiques de l’islam.

Cependant, il y a une caractéristique plus importante qu’ils ont négligée: l’arabe est la langue la plus phonétique (facile à prononcer) car il n’y a que quatre voyelles en arabe.

C’est l’une des langues avec les plus faibles voyelles et avec la prononciation la plus facile parmi les langues du monde.

La difficulté de la prononciation d’une langue est directement liée au nombre de voyelles dans cette langue.

Comme on le sait, il y a huit voyelles en turc.

En anglais et en français, il y a plus de 10 voyelles.

Les autres langues du monde ont plus de sept ou huit voyelles.

Cependant, il n’y a que quatre voyelles (A, E, I et U) en arabe, et elles sont présentes dans presque toutes les langues et sont les plus utilisées.

Ainsi, un Arabe qui veut apprendre une autre langue et la parler bien doit apprendre quelques sons qui ne sont pas présents en arabe et doit s’y habituer.

Cependant, quelqu’un qui n’est pas arabe n’aura aucune difficulté à s’habituer aux sons en arabe parce que les sons en arabe sont les principaux sons qui sont largement utilisés dans sa langue.

Si l’on considère qu’il est nécessaire de réciter le Coran dans sa langue originale pour les musulmans non-arabes aussi, on comprendra combien il est facile pour les musulmans non arabes et pourquoi l’islam est un langage universel.

Prendre des cours d’arabe coranique et d’arabe littéraire peut vite devenir une étape fondamentale pour :

  • Améliorer sa communication orale,
  • Connaître l’origine de son prénom arabe,
  • Apprendre l’alphabet arabe,
  • Apprendre la grammaire arabe pour écrire en arabe,
  • Étendre sa connaissance de mots arabes,
  • Apprendre la calligraphie arabe,
  • Découvrir Avicenne et la poésie arabe,
  • Recevoir une éducation islamique de qualité,
  • Pratiquer l’art du tajwid – se rendre meilleur par la récitation du Coran -,
  • Comprendre le Coran,
  • Apprendre à lire l’arabe.

Pour cela, rien de plus simple : il suffit de se rendre à la mosquée la plus proche, des cours de langue arabe et de formation islamique y sont très souvent dispensés.

La mosquée est trop lointaine ?

Les cours d’arabe littéraire en ligne n’attendent plus que vos questions !

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 3,33 sur 5 pour 3 votes)
Loading...
Samuel
Passionné d'écriture, de voyage et de musique. Curieux, j'aime découvrir et apprendre. J'aime aussi les chats, Brassens et les coquillettes. Basé à Montpellier, j'écris des livres pour moi et pour les autres.

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz