Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Les cours de piano et d’orgues avec un Superprof

Par Roxane le 04/02/2015 Blog > Cours particuliers > Belles histoires > Nöel Maximilien, professeur de piano et d’orgue, sans étiquette
Table des matières

Avez-vous toujours eu l’envie de partager un savoir ?

Il y a dix ans, à 24 ans, l’enseignement ne m’attirait absolument pas. Je n’avais aucune patience, notamment avec les débutants. Puis j’ai eu différentes expériences professionnelles, à la suite de mes études. J’ai été professeur en conservatoire à Paris. Puis j’ai été engagé dans un orchestre militaire car je voulais être payé pour jouer de la musique, et en effet j’ai eu la possibilité de beaucoup m’entraîner entre chacune des prestations de l’orchestre : défilé du 14 juillet, inauguration de monuments, etc. Mais les rapports hiérarchiques étaient compliqués et ce que j’ai finalement préféré, c’est faire mes classes ! Je suis alors retourné travailler dans un conservatoire de province en tant que directeur adjoint, poste où l’administratif prenait entièrement le pas sur la musique ! À la fin, je ne cautionnais plus le cursus et la méthodologie en vigueur dans les conservatoires.

« Je suis un explorateur musical, encore en pleine phase de recherche ».

Photo-Noel MaximilienÀ la suite d’un « burn out », il y a cinq ans, j’ai construit un nouveau projet, je me suis réorienté. J’ai réalisé petit à petit que je désirais recommencer à enseigner, mais selon ma méthode cette fois, et non seulement l’orgue et le piano, mais aussi d’autres musiques. À cette époque, j’ai découvert la musique électronique, la techno, j’ai repris le chant. Être organiste et rockeur, n’est pas encore chose aisée à faire accepter. On est vite mis dans une case lorsque l’on a un cursus classique. Or, si on met de belles harmonies sur de la techno, on peut faire de la belle techno ! Les méthodes varient, l’harmonie reste. Par exemple, en composition classique, je pars de textes de poésie ancienne pour élaborer la mélodie. J’ai un groupe de rock en Allemagne, et là, c’est l’inverse !

Si je devais me définir (sic), je dirais que je suis un explorateur musical, encore en pleine phase de recherche !

Depuis combien de temps êtes-vous professeur particulier et est-ce votre activité principale ?

Dès que j’ai pu, vers l’âge de 15 ans, j’ai donné des cours particuliers de musique, pour gagner quelques sous. Mais c’est réellement devenu ma passion depuis cinq ans et mon activité principale depuis trois ans !

Comment avez-vous connu SuperPROF et que vous apporte le site ?

Une amie était inscrite sur Cherche-Cours (ndlr : Cherche-Cours a fusionné avec SuperPROF en 2013), je me suis inscrit à mon tour. Je donne d’ailleurs encore des cours à l’un de mes premiers élèves. Je propose des cours dans les domaines que je maîtrise le mieux, c’est-à-dire le solfège, le piano (deux tiers de mes élèves) et l’orgue (un tiers de mes élèves). SuperPROF fonctionne très bien, notamment pour trouver des élèves de cours particuliers d’orgue.

La vidéo que j’ai téléchargé sur mon annonce m’a apporté beaucoup de demandes de cours particuliers. Cette vidéo a été vue 3000 fois sur YouTube, on m’y voit jouer à une Master Class d’orgue très renommée, la Master Class d’improvisation à la Madeleine :

Je pratique la guitare électrique rock depuis maintenant deux ans. Je ne propose pas encore de l’enseigner mais j’y viendrai peut-être….avec l’aide de SuperPROF ! Une jeune élève d’éveil au piano, âgée de 5 ans et demi, a reçu une guitare électrique en cadeau à Noël et sa mère m’a demandé de lui donner des cours. C’est une artiste, elle encourage sa fille à explorer tous azimuts le champ des arts.

Et l’orgue, c’est autant demandé que le piano ?

orgue_eglise Orgue d’ église

Pas tout à fait…mais il ne faut pas croire, il y a de la demande pour des cours particuliers d’orgue ! Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cet instrument n’est pas réservé aux élèves qui ont dix ans de piano derrière eux. C’est certes mieux de commencer par le piano, mais il y a de la demande pour l’orgue de la part de musiciens débutants. Il suffit juste d’avoir les pieds qui atteignent les pédales ! Par exemple, j’ai commencé le piano à l’âge de 7 ans et l’orgue à 12 ans. On peut s’exercer soit sur l’orgue d’une église – quelle expérience fabuleuse pour l’élève ! -, soit sur un orgue électrique. L’investissement financier est similaire à celui d’un piano droit.

Vous donnez aussi des cours en groupe  ? Comment cela se passe-t-il ? (ndlr : les SuperPROFs peuvent désormais publier sur leur annonce leur offre de formations ou stages en petits groupes)

J’ai eu une expérience très réussie de cours d’improvisation à l’orgue, avec un groupe, dans le cadre d’une masterclass. Je ne connaissais pas cette option sur le site SuperPROF. Je souhaite justement proposer des stages et des cours thématiques !

Si vous donnez des cours par webcam, est-ce que ça change beaucoup par rapport au face à face ?

J’ai eu deux élèves habitant à l’étranger, en Italie et en Suisse. La webcam est un outil pratique, cependant je ne réitérerai pas l’expérience avec tous mes élèves. En effet, il n’est pas facile de surveiller et corriger la position des bras, des doigts et la posture générale, car la webcam est plutôt axée sur le visage de l’élève au piano ou à l’orgue. Donc jamais de cours par webcam pour un débutant au piano, mais pourquoi pas avec des élèves avancés, notamment pour l’improvisation ou l’interprétation ! En outre, j’ai mes habitudes en face à face, pour repérer les défauts : par exemple, je surveille le reflet des mains dans le vernis du piano, ou l’avachissement de la posture quand l’élève est fatigué, etc. Et enfin, avec la webcam, il manque l’énergie du professeur. Je peux certes écouter la prestation et prendre des notes, comme en face à face, cependant je ne peux pas interagir, transmettre mon énergie pour pousser l’élève, compter et battre physiquement la mesure.

Par contre, j’envisagerai volontiers la webcam pour un cours de guitare électrique : je verrai les mains de l’élèves sur les cordes si la caméra est bien face à lui et la musique est assez simple, au début, sur cet instrument.

Comment évaluez-vous la progression d’un élève, sans interro ou examen ? Leur donnez-vous des exercices à faire à la maison ?

Photo Concert Noël Noël en concert de piano

Après avoir hésité longuement, car je trouvais le procédé un peu trop scolaire, j’attribue maintenant un carnet de cours à chaque élève, où je note ce qu’on a fait et ce qui est à faire pour la prochaine fois. Pour les enfants, qui appellent ça leurs « devoirs », mais également pour les adultes. C’est un carnet de notes, pour être sûr de pas oublier des points importants à travailler et ne pas perdre de temps dans la progression.

Pour progresser, il faut passer par les exercices de doigts. Bien sûr, la durée et la fréquence d’exercice varient d’un élève à l’autre. J’ai eu comme élève un parfait débutant de 28 ans, très régulier et assidu à son cours hebdomadaire. Il avait immédiatement accepté l’idée de faire des exercices de musculation de la main et s’exerçait à raison….d’une heure par jour : six mois plus tard, il jouait une des « Inventions » de Johann Sebastian Bach, une courte pièce à vocation pédagogique. Or, le débutant moyen ne joue pas ce morceau en seulement six mois. Je n’aurais jamais pu prévoir un tel progrès. Il ramait au début, et puis son jeu s’est débloqué.

Votre secret pour maintenir la motivation de l’apprenant ?

Il faut pousser l’élève à persévérer mais ne pas le forcer. La frontière est délicate à délimiter entre la persévérance et le dégout. Certains élèves peuvent travailler le même morceau de piano pendant quatre mois. Je fais rapidement comprendre aux élèves que cet apprentissage demande du temps. Mais je sais aussi m’adapter si j’en sens l’impatience ou le découragement poindre : soit je simplifie le morceau, soit je ne m’attarde pas dessus et le prochain sera le bon !

Appliquez-vous une méthode d’apprentissage particulière ?

Mon moto : toujours m’adapter à l’élève. J’ai un protocole de base, mais contrairement à la pédagogie en conservatoire de musique, je sais le faire évoluer pour chaque élève.

Avec les adultes, à chaque cours, je commence par la technique, c’est à dire les exercices de doigts, dont la durée, adaptée à chaque élève, peut aller de cinq minutes à une heure. Puis, vient la méthode d’apprentissage de jeu. Avec les enfants, j’introduis de la technique à chaque cours, sauf lorsque l’enfant a vraiment envie de jouer son morceau. Je m’appuie généralement sur les méthodes Michael Aaron pour enfants et « Doigt au but » pour adultes. Mais au fond, peu importe la méthode, l’essentiel est de toujours s’adapter à l’élève, maintenir le plaisir du jeu, pour ne pas le faire fuir. Contrairement à la méthode d’apprentissage en vigueur dans les conservatoires de musique, la mienne a changé depuis mes 24 ans ! En deux mois, un débutant peut apprendre à lire la musique. Une fois ces notions de solfège ancrées, il peut se permettre de ne plus faire de solfège avec son professeur particulier. À l’exception du cas de l’élève qui veut en faire son métier. J’orienterai un tel élève vers un conservatoire afin qu’il apprenne la pratique collective.

Être SuperPROF, c’est aussi partager avec la communauté votre expérience et vos bonnes idées.

Avez-vous des anecdotes à partager ? Un grand défi que vous avez relevé avec un élève ?

Un garçon habitant San Sebastian dans le pays basque espagnol, m’a abordé un jour à Biarritz. Il souhaitait préparer le concours d’entrée au Conservatoire National Supérieur de Paris, avec moi, à Paris, en trois ou quatre mois ! Il a effectué les trajets San Sebastian-Paris chaque semaine pour se rendre à mon cours. Il a réussi avec succès son concours d’entrée au conservatoire.

J’ai une élève de 78 ans qui prend des cours d’improvisation à la harpe. Elle en avait fait étant jeune. De mon côté, j’ai commencé l’improvisation et la composition en stage d’été au Mans, et je donne des cours particuliers depuis quatre ans. Elle avait déjà une harpe celtique chez elle mais ce modèle possède de nombreux taquets, peu pratiques. Elle a donc décidé d’acheter une harpe à pédale neuve et elle s’y est remise. Pour l’improvisation, on reste sur la harpe celtique. Je trouve formidable qu’elle ait fait cet investissement à son âge, une belle preuve de curiosité et de goût pour la découverte, d’autant qu’elle n’a même pas choisi un professeur de harpe !

Qu’est ce que nous ignorons sur votre métier de professeur particulier ?

Electronic_Organ Orgue électronique

J’ai eu une élève d’une cinquantaine d’année qui était bloquée en cours et s’excusait dès qu’elle faisait une fausse note. Un jour, elle m’a avoué que son conjoint, organiste professionnel, la reprenait dès qu’elle faisait une fausse note. Je lui ai « prescrit » de ne jouer qu’en l‘absence de monsieur, et d’arrêter de s’excuser dès qu’elle se trompait !

Une de mes élèves de piano avait arrêté le piano suite à un très grave accident dans sa jeunesse. Elle reprenait le piano vingt ans plus tard. Sans qu’elle ait besoin de rien dire, j’ai vite compris que je devais apprendre à lui parler : « Le passé est le passé, vous ne vous souvenez peut-être pas des partitions, mais ce n’est pas grave, passons à autre chose ».

«  Comprendre l’élève, c’est le comprendre psychologiquement aussi ! » (Noël Maximilien)

Il est primordial de s’adapter à l’élève, de communiquer : je prévois toujours quinze minutes de plus pour échanger avant et après le cours. Sans rentrer dans l’intimité, tout en gardant mes distances car je ne suis pas psychologue, je considère qu’il y a une dimension humaine indéniable dans le cours particulier. Car comprendre l’élève, c’est le comprendre psychologiquement aussi ! Selon moi, c’est la différence majeure avec une méthode d’apprentissage en ligne ou sur CD.

Votre projet de demain ?

Faire de la scène et monter des projets musicaux ! J’ai un groupe de rock en Allemagne, dans lequel j’accompagne nos morceaux à l’orgue. Mon objectif ultime : apporter l’orgue sur scène. En attendant, je développe à fond mes projets sur scène et j’essaie d’intégrer à nos maquettes rock mes enregistrements à l’orgue réalisés dans les églises.

Retrouvez Noël Maximilien sur annonce de cours particuliers de piano, d’orgue, d’harmonie, de solfège, d’éveil musical et d’improvisation (tous instruments), ainsi qu’en vidéo :

Un cours particulier d’improvisation à l’orgue et en anglais :

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
Roxane
• Aime apprendre la langue des autres • A marché 100 km en équipe en 29h30 pour OXFAM-juin 2015

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz