Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Découvrez Mico et son univers fantastique aux couleurs orientales

De Simon, publié le 23/07/2015 Blog > Cours particuliers > Belles histoires > Mico, SuperPROF de musique orientale à Neuchâtel en Suisse

Aujourd’hui nous vous invitons à partir à la rencontre de Mico, un SuperPROF qui donne des cours de chant et de musique orientale sur notre site suisse.

Chanteur, compositeur et joueur de buzuk, Mico est ce que l’on peut appeler un artiste complet.

Le buzuk (prononcé « bouzouk »), pour ceux qui l’ignorent, est un instrument à cordes oriental qui ressemble à un luth mais avec un manche plus long et qui trouve son origine dès l’époque byzantine dans de nombreux pays des Balkans et de la méditerranée orientale. Il a beaucoup évolué au fil du temps, passant d’un instrument rural et plutôt populaire à un élément indispensable à la performance de la musique  savante  arabe. Notons qu’il est également connu pour être l’instrument de prédilection des communautés tziganes établies en orient. Ressemblant mais pas tout à fait comme le bouzouki grec ou le saz turc, découvrez le son unique du buzuk avec notre SuperPROF du jour, Mico.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Une histoire de tradition et de passion

Notre professeur a toujours su depuis son plus jeune âge que la musique allait prendre une place essentielle dans sa vie. Il est né en 1966 dans une famille kurde au nord de la Syrie, à la frontière turque, où il a été élevé dans une atmosphère emplie de chansons et de musique. Bercé de contes et d’épopées fantastiques, c’est lors des longues veillées en famille et grâce aux histoires chantées de sa grand-mère qu’il s’est imprégné de cette tradition orale kurde et millénaire.

Riche de toutes ces influences, Mico chante en arabe (cours d’arabe) et en kurde lors d’événements festifs pendant son enfance et avec l’aide de son frère il s’amuse à inventer de petits spectacles. Il apprend en autodidacte à jouer du buzuk et petit à petit il va enrichir et développer son répertoire musical avec une prédilection particulière pour les musiques persanes et turques.

Dès votre plus jeune âge, la musique a toujours fait partie de votre quotidien, avez-vous toujours su que vous feriez de votre passion, votre métier ?

« Quand on a le virus de l’art dans le sang, et que nous avons déjà les symptômes de cette merveilleuse maladie avant même  notre naissance, nous n’avons pas d’autre choix que de le laisser s’exprimer, mais il arrive que le déroulement des événements de la vie modifie, plus ou moins, le degré d’évolution de notre passion. »

Effectivement, les parents de Mico, jugeant que le métier de musicien est trop précaire, rêvent d’une tout autre carrière pour leur fils et le poussent à faire des études de droit à Alep, en Syrie. Finalement on n’échappe pas à sa destinée et c’est dans cette ville connue pour être la capitale musicale du pays qu’il va approfondir sa formation au contact de musiciens confirmés. A son arrivée en Suisse en 1999, il complète ce brillant parcours  par une formation de deux années en musique occidentale à l’École de Musique de Neuchâtel.

A cette époque, vous avez décidé de partir à la recherche de sources musicales authentiques issues de votre région natale, qu’est-ce qui vous a motivé pour entreprendre cette démarche ?

« Je pense que nous ne pouvons pas inventer, créer ou initier des tendances nouvelles sans se fonder sur des éléments classiques et authentiques. Bien sûr, en ce qui concerne mon parcours personnel, il y avait des aspects identitaires et existentiels qu’il me tenait particulièrement à cœur de faire connaître, au-delà du fait que je trouvais ces sources extrêmement riches et de grande valeur. »

L’aventure musicale et la belle histoire de musicien continuent pour Mico. Il va exhumer des enregistrements anciens et ainsi recenser des centaines de chansons traditionnelles kurdes. Dans son propre album, il réinterprète ces classiques en y ajoutant sa touche personnelle et, fort de ce succès, il participe à de nombreux événements et festivals à travers l’Europe et aux États-Unis, comme par exemple le Festival San Francisco World Music ou bien Les Heures d’Eté à Nantes.

Vous êtes un musicien reconnu, vous produisant lors de concerts et d’émissions radiophoniques, alors qu’est-ce qui vous a poussé à devenir professeur particulier ?

« D’abord, j’aime partager mon savoir avec les autres, ensuite je constate qu’en enseignant on apprend également énormément en retour. Vous savez, les savoirs se constituent pendant des millénaires où chaque génération passe la main à la suivante, tout en modifiant et enrichissant le patrimoine de la précédente. Le partage du savoir est une révolution ! C’est également un geste de reconnaissance vis-à-vis des femmes et des hommes qui ont travaillé durement pour améliorer les conditions de la vie. Enfin, cela me permet de gagner ma vie tout en exerçant ma passion. »

Quels sont les cours que vous proposez ?

« Je propose des cours individuels de musique orientale, chant et instrumental, surtout sur la gamme orientale (le mâqam) avec l’apprentissage des fameux quarts de ton si caractéristiques de la composition de cette musique. Mes cours sont destinés aux musiciens mais également aux amateurs et aux curieux. J’enseigne aussi la pratique du buzuk à tous ceux qui veulent essayer autre chose que la guitare. »

Quels sont les profils de vos élèves et leurs objectifs ?

« La principale motivation de mes élèves est la curiosité de découvrir quelque chose de différent, de s’ouvrir à l’autre, à une autre culture pour mieux se connaître et se comprendre. Je reçois mes élèves individuellement et m’adapte à leurs besoins selon leur niveau. Beaucoup sont déjà musiciens et souhaitent pouvoir chanter ou jouer le quart de ton et comprendre le système des gammes orientales. »

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

« Je pense à une personne à laquelle j’ai donné des cours particuliers pendant au moins six mois, sans savoir réellement ce qu’elle faisait dans la vie et un jour celle-ci m’a dit : « Tu sais, je suis, tout comme toi, professeur de musique mais dans un domaine musical différent. » C’était incroyable ! Pendant tout ce temps, nous n’avons fait que « vivre » la musique orientale et à aucun moment je n’ai su que je donnais des cours à un professionnel ! ».

Cela prouve bien que l’on a toujours quelque chose à apprendre de quelqu’un, quel que soit notre niveau ou notre expérience !

Quels sont vos projets à venir ?

« J’ai actuellement plusieurs projets en préparation dont l’enregistrement d’un album intitulé Buzuk en balade qui sera spécialement dédié à cet instrument. Je travaille également sur un projet de spectacle musical qui s’intitulera Soufies en dialogue et qui mêlera poésie soufie et chant oriental en quatre langues : turc, kurde, arabe et persan. »

Si vous êtes en Suisse dans le canton de Neuchâtel et que vous avez envie de découvrir l’univers musical de Mico, retrouvez son annonce de cours de musique orientale.

 

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 2,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *