Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Qu’apporte le soutien scolaire et quelles en sont les limites ?

Par Michèle le 25/08/2015 Blog > Soutien scolaire > Français > La Vision d’une Prof de Français sur les Cours de Francais
Table des matières

Eh oui ! C’est la rentrée. Pendant que vous affiniez votre bronzage et profitiez des derniers apéros de l’été, j’écrivais cet article à la demande d’un des médiateurs de mon site préféré.

Sujet imposé : Racontez votre expérience de professeur particulier de français.

Quelle est l’utilité des cours de français ?

Voilà ma copie !

Le soutien scolaire individualisé, pour qui ? pour quoi ?

Des jeunes, de plus en plus nombreux font appel à un professeur particulier pour les aider dans une matière où ils rencontrent des difficultés ou parce qu’ils se sentent dépassés par la complexité des tâches à exécuter : mémoriser, comprendre un cours difficile, progresser en cours de français des enfants dyslexiques, fixer son attention, s’organiser, en somme parce qu’ils ne savent pas faire leur « métier d’élève ».

Pour plagier Montesquieu, comment peut-on être professeur de français à domicile ? Le temps du préceptorat serait-il revenu ?

Il y a d’abord des évidences.

On prend des cours particuliers de français pour revoir les bases, pour combler des lacunes, améliorer ses résultats scolaires, réussir un examen de français, éviter un redoublement.

Quatre ou six heures hebdomadaires, selon le niveau, de cours avec son professeur ne suffiraient donc pas ?

Remédier aux carences de l’enseignement traditionnel collectif par un accompagnement personnalisé

L’Éducation nationale reconnaît implicitement dans sa nouvelle réforme les limites de l’enseignement traditionnel collectif en mettant en place des heures hebdomadaires d’ « Accompagnement personnalisé » à raison de deux heures chaque année au lycée, trois en sixième et une dans les autres niveaux du collège[1] .

Les carences de l'enseignement collectif. Ministre de l’Education Nationale (en fonction)

« Les évaluations nationales et internationales sont sans appel : le collège aggrave la difficulté scolaire, particulièrement dans les disciplines fondamentales.

Sans mettre en cause la compétence et l’engagement des enseignants, force est aujourd’hui de reconnaître lucidement que le collège cristallise les défauts de notre système éducatif. Il est profondément inégalitaire, triant les élèves davantage qu’il ne les accompagne dans la réussite. Il est monolithique dans son approche disciplinaire, suscitant parfois l’ennui, voire la perte du goût pour le travail et l’effort.

Il est inadapté au développement des compétences indispensables à la future insertion des collégiens et peu efficace sur l’orientation et la lutte contre le décrochage. En définitive, le collège actuel est souvent peu motivant pour les élèves, anxiogène pour les parents et frustrant pour les professeurs, auxquels il ne laisse que peu d’autonomie. »

Ces initiatives sont très importantes ; espérons qu’elles tiendront leurs promesses. Néanmoins, ce soutien se fera par groupes de huit à quinze élèves.

Comment ceux-ci seront-ils constitués ? Sur quels critères ? Concrètement, sera-t-il possible de regrouper les élèves selon leurs points faibles ? Parviendra-t-on à traiter les problématiques particulières comme de sauter de façon récurrente des mots ou des syllabes en écrivant, la pensée de l’enfant devançant sa plume, de ne pas être capable de donner du sens à certains écrits simples alors que les autres aptitudes intellectuelles sont bonnes[2], ou de ne pas connaître le français quand ce n’est pas sa langue maternelle ?

De plus, les travaux d’Antoine de la Garanderie nous ont appris que nous n’avons pas tous le même mode de fonctionnement pour étudier.

Certains apprenants ont besoin que le professeur se serve beaucoup du tableau car ils ne comprennent bien que ce qu’ils voient (schéma, carte, tableau, mots clés du cours) tandis que d’autres sont gênés par le visuel et préfèrent que les explications soient verbales.

Ces exigences sont difficiles à prendre en compte même dans le cadre des heures d’Aide personnalisée. Les profils pédagogiques sont malléables; il faut être à même de discerner les aptitudes scolaires de chacun.

Face à cela, la pression des notes et des conseils de classe, la crise de l’emploi et la course aux diplômes nourrissent l’inquiétude des familles. Pour que leur enfant réussisse, elles se tournent soit vers une association de bénévoles qui assurent un soutien scolaire gratuit soit vers le cours particulier souvent onéreux.

Quelle est la valeur ajoutée des cours particuliers ?

Difficile à quantifier, elle repose néanmoins, toutes matières confondues, sur trois points importants :

Les cours particuliers participent à la mise en confiance des élèves

La base du volontariat et motivation est indispensable pour la bonne réussite de l’enfant. Prenez les devants !

En premier lieu, la mise en confiance de l’élève et la restauration de son estime de soi lorsque celle-ci a été lourdement entamée. Dans une relation duale, il est essentiel que « le courant passe » entre le professeur et l’élève.

Si c’est le cas, ce dernier pourra oser avouer ses difficultés et poser des questions sans craindre le jugement de l’enseignant ni les moqueries de ses camarades.

Ce professeur est perçu comme un « coach » bienveillant car, à la différence de son collègue de collège et de lycée, lui ne note pas, ne fait aucun commentaire à l’encre rouge sur ses copies.

Au contraire, il encourage car il est là pour aider à progresser.

Cela peut être vrai dans une classe ; loin de moi l’idée que le professeur en fonction dans un établissement scolaire soit un sadique ne pensant qu’à humilier ses élèves.

Toutefois, un 0 sur 20 en orthographe (comment progresser en orthographe ?), une remarque un peu vive échappée dans un moment de fatigue sont souvent des causes de ressentiment et de découragement profond. Mis en confiance, soutenu, l’élève retrouve l’espoir de réussir et sa transformation peut être immédiate.

C’est un vrai plaisir de voir un visage maussade s’éclairer. Va s’installer alors un cercle vertueux : l’enfant ou l’adolescent participent davantage aux cours, reçoivent en récompense les encouragements du professeur de leur classe, apprennent mieux leurs leçons et … si les lacunes ne sont pas trop importantes, les notes remontent.

Tout n’est pas toujours aussi idyllique et rapide mais, même s’il faut un peu de temps, le processus de réussite est enclenché.

Les cours particuliers sont plus efficients que les cours « traditionnels »

En second lieu, le professeur à domicile peut travailler sans que des distractions (bruit, rires, entrée intempestive d’un surveillant …) ne perturbent ses explications. L’élève est actif du début à la fin, tellement impliqué que souvent il ne voit pas le temps passer. L’heure de cours est donc plus efficace que celles passées entre les murs de la classe.

Les cours particuliers sont organisés « sur mesure », en fonction des besoins de l’élève

En troisième lieu, le professeur particulier de français fait du « sur mesure ». Il observe et écoute attentivement son élève, décèle les causes de blocage dans son apprentissage, les erreurs auxquelles il faudra remédier, les méthodes inadéquates à corriger.

Il n’est tenu par aucun programme officiel, aucun calendrier. Il adapte son enseignement aux particularités de l’élève.

Il prend en compte par exemple un problème de dyslexie _ en complément de l’aide indispensable d’un(e) orthophoniste _ de langue et de culture avec un étudiant étranger ou encore d’élocution (bégaiement).

Il peut passer trois heures sur un point qui résiste à la compréhension et qui demande du temps pour être assimilé et ne pas s’attarder sur ce qui semble sinon acquis tout au moins en bonne voie d’acquisition.

Son seul objectif est de donner à chacun des outils pour devenir autonome, comme le préconisait Montaigne « quelquefois lui ouvrant le chemin, quelquefois le lui laissant ouvrir ».

Le monde merveilleux du cours particulier n’aurait-il donc aucun défaut ?

Non, bien sûr. Parfois, les efforts n’aboutissent pas. Les causes en sont diverses. Si la personnalité de l’enseignant et celle de l’élève s’opposent, si ce dernier a des problèmes psychologiques et familiaux qui parasitent son apprentissage, il faudra passer la main à un autre aidant et s’effacer.

De plus, les cours particuliers sont assez onéreux et le budget des familles ne permet pas toujours cette dépense.

Enfin, certains adolescents ne font aucun effort d’attention en classe puisque le professeur que papa et maman payent leur expliquera la leçon ou mieux les aidera à faire leurs devoirs.

Très habiles, ils feignent de ne pas savoir faire les nombreux exercices de mathématique, la rédaction ou le compte-rendu de lecture que le méchant professeur leur a donnés … la veille pour le lendemain ! Loin de les rendre autonomes, le cours est alors une béquille et une bon moyen de ne pas se fatiguer. Au professeur particulier de ne pas se laisser piéger.

Du point de vue de l’enseignant, c’est une toute autre façon d’enseigner

Et l’enseignement du français ?

Quelle expérience en ai-je, en tant qu’ancien professeur de Lettres en poste dans un collège puis un lycée parisien, aujourd’hui retraitée et recevant depuis quelques années à mon domicile des jeunes de tout âge  dans une relation de tête à tête ?

L’enseignement « traditionnel » laisse parfois place à un sentiment d’impuissance pour le professeur

Disons d’abord que mon métier de professeur avec des classes fut passionnant. Il existe dans ce contexte une dynamique de groupe qui permet des échanges très enrichissants et stimulants. Parfois les idées fusent.

Pas toujours j’ai connu des classes soporifiques et sans doute l’ai-je été moi aussi mais une réflexion sur l’étonnante actualité d’un texte vieux de trois cents ans, la lecture d’un poème, une remarque à brûle pourpoint et la magie opère.

Cependant, la pédagogue en moi était frustrée. Comment aider tel adolescent qui avait décroché ? Ou cet autre, au quatrième rang, qui savait si bien se rendre invisible ?

Trop d’élèves, manque de temps. Programme, Préparations, Copies, la trilogie du professeur …

Pourquoi prendre des cours parrticuliers ? Des professeurs de l’Education Nationale débordés

Donner des cours particuliers de français permet d’aider les enfants, tout simplement !

Le cours particulier restaurent le dialogue pédagogique entre l’enseignant et l’élève

Au contraire, le cours particulier favorise le dialogue pédagogique qui fait émerger des potentialités insoupçonnées chez certains élèves. Nous évoquons un auteur, je cherche un de ses livres sur un rayon de ma bibliothèque (je donne les cours chez moi), je lis une page, nous en parlons.

La littérature est à portée de main. Nous lisons, nous écrivons.

Bien sûr, je n’oublie pas que l’orthographe, la grammaire sont les fondements de l’expression écrite (comment progresser en français à l’écrit ?) à tous les niveaux ni qu’au lycée il faut se préparer aux épreuves du bac.

Nous étudions donc la méthodologie, la vraie, celle qui consiste à savoir comment analyser un sujet, un texte, un document iconographique, par quoi commencer, comment s’y prendre. L’oral est plus facile en face à face mais cela se travaille aussi.

Donner des cours : une passion à partager

Plus de copies à corriger, à lire seulement lorsque le devoir noté me revient. Plus de discipline à faire respecter : l’ambiance est à la fois studieuse et détendue. Le français en cours particulier c’est sans le moindre doute une autre façon d’enseigner et un bonheur que j’espère faire partager.

[1]   Nouvelle réforme de la Ministre de l’Education nationale Najat Vallaud Belkacem.

[2]   Exemples authentiques que j’ai rencontrés.

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...
Michèle
Après 40 années d'enseignement de la littérature et de la langue française dans un établissement secondaire privé, ayant toujours la passion de transmettre et d'aider les jeunes, j'apporte, depuis six ans, mon soutien à plus d'une soixantaine d'élèves en difficulté, ponctuelle ou récurrente.

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz