Portugais du portugal
Coach sportif
Dessin
Initiation informatique
Coach sportif
Maths
Solfège
Initiation informatique
Superprof une communauté de
1.421.871
professeurs particuliers indépendants
TOP 10 professeurs
Français
Maths
Italien
Maths
Espagnol
Piano
Danse
Coach sportif
Portugais du portugal
Coach sportif
Dessin
Initiation informatique
Coach sportif
Maths
Solfège
Initiation informatique
Français
Maths
Italien
Maths
Espagnol
Piano
Danse
Coach sportif
Superprof une communauté de professeurs particuliers indépendants
TOP 10 professeurs
Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Le chinois mandarin : une langue tonale ?

De Philippe, publié le 14/04/2017 Blog > Langues > Chinois > Les Tons en Chinois

« La langue bute toujours sur la dent qui fait mal. »

Proverbe chinois

Beaucoup de Français ont déjà bien du mal à s’y retrouver avec l’anglais, dont la prononciation est très particulière et pas toujours en adéquation avec ce qu’il nous semble lire…

Le chinois a la réputation d’être une langue difficile à maîtriser, comme en témoigne le réflexe commun : « je n’y comprends rien, c’est du chinois ! »

Si l’écrit, avec ses idéogrammes qui ont de quoi dérouter nos esprits latins, est déjà peu aisé à assimiler, faisant appel au meilleur de la mémoire humaine, il serait faux de croire que l’oral soit plus facile.

Apprendre la langue chinoise, c’est se heurter très rapidement à la question des tons.

La plupart des sinophiles qui abandonnent leurs cours par correspondance ou particuliers de mandarin le font à cause des tons, un obstacle leur semblant – à tort – insurmontable.

Et donc, pour qu’une petite difficulté ne devienne pas rapidement une grosse épine dans le pied, mieux vaut désamorcer le problème en le prenant à bras-le-corps, à sa base, pour le comprendre tout à fait !

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Les tons, qu’es-aquo ?

Le français, ne serait-ce que comparé avec les dialectes de nos voisins, est une langue atone – les Italiens, si chantants, diraient peut-être « monotone » ?

Le mandarin est quant à lui une langue tonale : des syllabes de structure identique sont différenciées selon l’accentuation donnée.

Traditionnellement, les linguistes distinguent 4 dons différents en chinois.

Ce sont un peu les quatre dimensions des langues chinoises, distinguées les unes des autres par des hauteurs de prononciation d’une même syllabe divergentes.

En encadrant nos cordes vocales comme dans une portée musicale, nous pourrions donner le schéma suivant pour différencier les quatre grands tons mandarins :

L'oralité est essentielle, comme le lexique ou la syntaxe, en chinois : que l'on soit baryton, ténor ou soprano, rien de sorcier ! Modulation vocale | Comme pour la clef de sol, plus on est haut plus c’est aigu ; plus on est bas plus c’est grave

Ainsi, une syllabe ma (nous prenons l’exemple préféré des professeurs de mandarin) peut avoir plusieurs acceptions en fonction de l’intonation donnée.

Les tons chinois permettent donc de multiplier les combinaisons phonétiques avec les caractères disponibles.

À titre de comparaison, le système tonal cantonais est encore plus développé, avec 9 tons : cette complexité lui permet d’éviter plus facilement les situations de quiproquo.

Découvrez également ce qu’est le pinyin !

L’importance des accentuations chinoises

La maîtrise des tons en Extrême-Orient est essentielle pour se faire comprendre.

Là-bas, l’intonation ne sert pas à exprimer des émotions : non, elle fait partie intégrante du sens d’une phrase, comme si elle appartenait à la grammaire !

Imaginez-vous vouloir être poli avec une personne importante mais, par erreur de prononciation, dire un gros mot…

Une méprise qu’il vaut mieux, vous en conviendrez, éviter en s’efforçant dès le début de son apprentissage de la langue chinoise de faire attention à sa prononciation.

Évidemment, comme un débutant n’est pas censé déchiffrer n’importe quel idéogramme dès sa première année de cours de chinois, il est courant d’utiliser des retranscriptions en alphabet latin pour se familiariser avec la prononciation chinoise.

Dans ce cas-là, les tons sont différenciés sur les voyelles par des accents, également appelés « signes diacritiques ».

La meilleure façon de se rendre compte de l’importance des tons en chinois, c’est de se pencher sur un chef-d’œuvre de la littérature mandarine : le texte « (Le lion qui mangea le poète) ».

Sur l’équivalent de 10 vers, une seule et même syllabe revient : shi.

Ce serait redondant à écouter et sans queue ni tête… si ce n’était les fameux tons donnant un sens très précis à chaque terme !

Il faut quand même avouer que cette prouesse a été facilitée par le fait que le poète dévoré s’appelle… Shi ! Histoire d’en rajouter une couche.

Tout ce qu’il vaut savoir sur le premier ton (阴平)

Le premier ton du chinois est le plus simple de tous : c’est l’absence d’intonation, la voyelle étant stable, mais sur une note « haute ».

Logiquement, dans la transcription écrite, le premier ton chinois est indiqué par un accent plat.

En reprenant notre exemple de base, nous obtiendrions mā (la mère).

Les traditions chinoises, comme le calendrier chinois et une histoire impériale multiséculaire avec la Grande muraille de Chine, sont épatantes et un réel stimulant pour étudiant la langue, la culture et la civilisation des provinces chinoises. Cuisine chinoise | Si c’est elle qui vous a lancé dans l’étude de la langue, apprêtez-vous à être mangé à toutes les sauces ! | source : stocksnap.io

Cela semble facile pour se mettre en train, mais il faut faire attention : tout comme il est impossible de rester totalement immobile au repos (les muscles tremblotent toujours un minimum), il n’est pas évident de garder un niveau de voix égal tout en étant élevé.

Ne stressez pas si vous avez tendance à chevroter… C’est en ne se prenant pas la tête, en s’entraînant et en se détachant que l’on parviendra à enregistrer d’importants progrès !

Le mieux est de faire comme un « la » de diapason avant un chant en groupe.

Découvrez aussi l’histoire du chinois !

Le deuxième ton du mandarin (阳平)

Le deuxième ton chinois suit une courbe ascendante : on part d’en bas et on monte rapidement.

On le retranscrit logiquement par un accent aigu, dont la pente illustre bien la courbe suivie par la voix : (le chanvre).

C’est peu ou prou l’intonation quand vous répondez au téléphone : « Allô ? »

La troisième tonalité en chinois (上声)

Le troisième ton de la langue chinoise mandarine est sans doute le plus inhabituel pour une Européen.

Là, il ne s’agit plus de suivre une trajectoire rectiligne, mais de décrire un long mouvement commençant mi-bas, descendant encore, puis remontant haut.

C’est pour cette raison que le troisième ton est signalé par un genre d’accent circonflexe renversé (ou une parabole).

Exemple :  (le cheval).

En français, ce serait un peu comme re-prononcer la même voyelle en suivant (« graal »), ou alors le mot de surprise : « quoi ?! »

L’usage mandarin montre bien que le troisième ton est le plus difficile de tous à prononcer. Il est parfois humainement impossible de l’intercaler dans certaines phrases…

Eh oui, toute langue a ses exceptions qui confirment la règle !

Chez les tons chinois, tout est fonction de rapports entre graves et aigus, le médium servant de repère pour chaque voix, laquelle doit savoir « se placer », comme s'il s'agissait de chanter. Mathématiques ou philologie ? | La linguistique est finalement très proche de la musicalité, où la précision est de mise ! | source : visualhunt.com

Cette limite complique tout, puisque si un troisième ton a dans une phrase une place telle qu’il précède un autre troisième ton, le premier des deux est prononcé à l’oral comme un deuxième ton, tout en gardant son signe de troisième ton à l’écrit.

De façon plus générale, quand un troisième ton est suivi d’un autre ton (quel que soit son type), il est dans les faits rogné, ne remontant pas beaucoup.

Cela facilite la liaison, mais gêne les apprenants dans leur compréhension orale…

Découvrez quelle langue chinoise apprendre en priorité…

Le quatrième ton (去声) !

Le dernier ton canonique du mandarin ressemble davantage au deuxième ton, dont il est en quelque sorte le reflet.

On part du plus haut possible (sur la même base que le premier ton), puis on descend de manière homogène (jusqu’à atteindre le point le plus bas atteint par le troisième ton).

Sans surprise, c’est l’accent grave qui vient illustrer cette intonation verbale : mà (insulte).

C’est une intonation sèche, un peu comme l’allemand des comédies avec Funès et Bourvil… Faites comme si vous donniez un ordre !

Un cinquième ton (轻声) ?

Vous croyiez que nous en avions terminé ? Eh non !

Si les experts en idiome chinois retiennent communément quatre tons positifs pour le mandarin, il est tout à fait possible de leur en adjoindre un cinquième.

C’est le ton nul ou zéro, tellement léger que la voyelle concernée… ne s’entend quasiment pas. Les spécialistes préfèrent l’expression de « ton neutre ».

Ce n’est pas toujours évident de s’y retrouver… et mieux vaut avoir l’oreille fine.

Fort logiquement, ce ton-là (ou cette absence de ton ?) est mis en exergue pas la voyelle brute, sans accent : ma (une particule interrogative).

Connaissez-vous l’influence du chinois en Asie ?

Comment maîtriser les tons en mandarin ?

Notre long exposé pourra avoir paru indigeste, et la langue chinoise particulièrement scrupuleuse – pour employer un mot respectueux.

Le taureau doit être pris par les cornes (à moins qu’il ne faille parler de « dragon » pour l’Empire du Milieu ?), et il faut avouer que, seul, il est à peu près impossible de se dépatouiller dans ces histoires de prononciation.

Ne pas rester seul, aujourd’hui, c’est chose possible en restant chez soi et sans quitter son écran d’ordinateur : Internet est une véritable mine d’or.

Les nouvelles technologies nous offrent de quoi satisfaire à une condition sine qua non d’une réelle progression en chinois : l’écoute, rendue pédagogique et presque interactive par des supports audiovisuels conçus exprès pour l’apprentissage des tons.

 

Sinon, l’idéal est de pouvoir suivre des cours de chinois avec un professeur diplômé et fin pédagogue. Les établissements scolaires sont de plus en plus nombreux à en dispenser, de même que les grandes universités françaises proposent le chinois au moins comme option.

Des organismes privés, parascolaires, organisent des sessions collectives, tandis que les cours particuliers chinois sont de plus en plus nombreux, eu égard à la demande croissante.

Un enseignant digne de ce nom saura s’adapter aux besoins de chaque élève, d’autant plus que nous avons tous nos défauts d’audition ou d’élocution, voire d’appréciation des accents (il y a un fossé entre un habitant du Bassin parisien et celui de la Provence en la matière !).

Encore mieux : le voyage dans un pays sinophone (et pourquoi ne pas y travailler avec une entreprise occidentale ?), bien que ce soit lointain et parfois politiquement compliqué.

Si vous n’avez qu’un cours par correspondance sous la main, ce qui est déjà très bien, et que vous recherchez des exercices oraux supplémentaires, vous trouverez sans mal de quoi entendre parler chinois sur le Web.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz