Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Attester de son niveau pour enseigner la langue anglaise

Par Philippe le 07/12/2016 Blog > Langues > Anglais > Quels Diplômes et Certificats de Langue pour Donner des Cours d’anglais ?
Table des matières

Être tenté par l’aventure des cours particuliers, c’est une chose. Mais avoir la capacité de prodiguer des enseignements de qualité, c’en est une autre.

L’adage est bien connu : la motivation fait beaucoup, notamment dans un projet professionnel.

Il est cependant indispensable d’avoir un excellent niveau dans la discipline que l’on souhaite enseigner !

Pourtant, ne serait-ce que pour trouver des clients grâce à un profil qui mette en confiance, il faut pouvoir afficher dès le stade de la petite annonce son niveau d’anglais, et cela de façon irréfutable.

Différents tests, diplômes et certifications linguistiques existent pour se situer par rapport aux autres anglophones. Nous nous pencherons particulièrement parmi les plus connus et reconnus à l’échelle mondiale.

Il est évident que, selon le public que l’on souhaite capter, les capacités de chacun ne seront pas les mêmes.

Enseigner l’idiome de nos voisins d’outre-Manche à un enfant de CE1, c’est très différent que de faire du perfectionnement pour un élève de prépa…

Les cours à domicile, faisant partie intégrante du monde économique en dépit de leur nature intellectuelle, sont soumis aux lois de la concurrence.

Les demandeurs ne se gêneront pas pour comparer a priori les annonceurs, en fonction du niveau d’anglais affiché et de leur tarification.

TOEFL, TOEIC, GMAT : quel diplôme d’anglais choisir ?

De nos jours, les étudiants sont de plus en plus familiarisés avec certaines épreuves informelles ayant pour objectif de donner des indications sur l’aisance en langue étrangère.

Nous évoquerons spécialement le TOEFL, le TOEIC et le GMAT, qui demeurent les certification d’anglais et les plus prisés à travers le globe.

En effet, si le DCL (diplôme de compétence en langue du ministère de l’Éducation nationale, à l’attention des adultes) et la CLES 2 (Certification de compétences en langues de l’enseignement supérieur de niveau 2) ont leurs qualités, force est de constater que peu de gens les connaissent…

D’ailleurs, c’est à peu près toute la nomenclature du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues) qui est méconnue du grand public.

À part assommer les parents d’élèves de palabres…

Les certificats délivrés par des organismes internationaux ou des universités anglo-saxonnes exercent sur l’imaginaire une fascination en grande partie justifiée.

C’est un gage de sérieux, et surtout d’authenticité, puisque ces précieux bouts de papier sont émis par des institutions 100% anglophones !

Revenons à nos moutons ! Dans tous les cas, quelle que soit la formule choisie, sachez qu’il est formateur d’éprouver ses facultés via des critères universels.

Une révision tous les jours, quotidienne, avant de se tester, c'est le meilleur des exercices d'anglais. Test d’évaluation | Un test gratuit et des cours d’anglais en ligne ? Ça existe ! | source : visualhunt.com

Le TOEFL (Test of English as a Foreign Language) exclut par définition ceux dont l’anglais serait la langue maternelle. Il est prisé pour les études supérieures.

Ce test concocté par ETS (Educational Testing Service) au sein de l’université américaine de Princeton prend la forme d’un QCM.

Il évalue quatre domaines : la compréhension écrite et le lexique ; la compréhension orale ; l’expression orale ; l’expression écrite.

On peut le passer sur différents supports : papier (PBT, noté sur 677 points) et Internet (iBT, sur 120 points). Cette dernière possibilité a supplanté le CBT (version informatique hors réseau, abandonnée courant 2006).

Comptez une bonne centaine d’euros et trois à quatre heures, pour une attestation valable deux années.

Il n’y a pas de réussite ou d’admission proprement dite, mais un score indicatif, qui permet de se situer sur un échelle par rapport à tous les autres candidats.

Le TOEIC (Test of English for International Communication) est un autre rejeton d’ETS. Sa vocation est très clairement professionnelle et commerciale.

Deux volets distincts existent : le Listening & Reading (2h) pour la compréhension dans sa globalité ; le Speaking & Writing (1h20 environ) pour l’expression sous toutes ses coutures.

Le second est noté sur 400 points, tandis que le premier l’est sur 990. Pour situer d’un seul coup d’œil les impétrants, différents seuils sont marqués par des codes de couleur : or, bleu, vert, brun et orange en allant du meilleur au moins bien.

Cette certification, également payante, est appréciée par de nombreuses entreprises, surtout en Asie. Certaines l’exigent dans leur processus de recrutement et, parfois, elles la font régulièrement repasser à leurs employés.

Le GMAT (Graduate Management Admission Test) s’adresse en particulier aux étudiants en management ou en école de commerce, faisant office de passe pour accéder à un MBA.

Expressions et compréhensions écrites et orales sont jugées, pour établir un score noté sur 800 points.

L’expérience anglophone

Il semble que le très professionnel GMAT ne soit pas nécessaire pour attester son niveau d’anglais afin de donner des cours.

Le TOEIC est en revanche un bon indicateur dès lors qu’il s’agit de manier une langue professionnelle internationale : après tout, de nombreux travailleurs du privé sont demandeurs en cours particuliers afin d’obtenir une promotion ou des perspectives d’évolution, de carrière.

Le TOEFL a l’avantage de pouvoir être passé au moment des études, ce qui est parfait pour l’étudiant non natif qui voudrait arrondir sa bourse et ses fins de mois.

Mieux que les livres anglais et que l'étude théorique du present perfect, l'immersion en campus est incontournable pour se débrouiller en conversation. Compétences linguistiques | Envisager un semestre dans de grandes écoles du Royaume-Uni, c’est un effort qui sera récompensé | source : unsplash.com

Nous aurions encore pu parler de l’IELTS du British Council, mais il est surtout pris en considération par les nations anglophones elles-mêmes, plutôt que par le public francophone.

De même, l’OPI et l’OPIC sont d’un genre spécialisé, vraiment axé sur l’oral et le monde pro.

L’université de Cambridge au Royaume-Uni propose de nombreux examens adaptés à tous les âges et à toutes les situations.

Là aussi, rien d’obligatoire, mais tout ce qui peut attester de votre expérience en anglais est bon à prendre.

Bien des personnes sont sensibles aux diplômes : alors une avalanche de certificats linguistiques sur un CV peut également faire mouche !

Le plus difficile est probablement de démarcher ses premiers clients, qui seront avant tout enclins à cibler les compétences.

Si la qualité pédagogique suit, vous les fidéliserez et, par le bouche à oreille, vous trouverez assez naturellement de nouveaux élèves.

Vous êtes natif ?

Être bilingue inspire grandement confiance. Surtout quand la personne qui se propose de donner des cours est née et a grandi dans un pays britannique !

Nous mettons là le doigt sur l’avantage naturel qu’ont tous les étudiants étrangers anglophones qui viennent en France et qui, parallèlement à l’Université, dispensent divers petits cours de soutien à des collégiens, lycéens et autres. C’est une réalité du marché.

Si tel est votre cas, tant mieux ; sinon, vous pouvez toujours tenter l’aventure en sens inverse, avec le FLE…

Mais il n’y a pas que le lieu de naissance qui compte. Avoir passé plusieurs années à l’étranger est un sacré plus qu’il ne faudrait pas oublier de mettre en avant.

Dans une économie mondialisée, il n’est pas rare de croiser des personnes ayant accompli une partie de leurs études universitaires ailleurs, ou ayant été scolarisées dans un établissement britannique pour cause d’expatriation professionnelle des parents…

Qui a besoin de diplôme ?

En soi, pour enseigner la grammaire, le vocabulaire et les subtilités de la langue d’Albion en cours particuliers, aucun diplôme n’est nécessaire. C’est juste un atout.

En revanche, le diplôme s’imposera pour quiconque voudra quitter cet univers professionnel pour devenir professeur fonctionnaire.

Un séjour linguistique est parfait pour apprendre l'anglais, pour parler anglais et être incollable concernant les verbes irréguliers. Oxford University | Un contexte de prestige pour un progrès constant en grammaire anglaise élémentaire ! | source : morguefile.com

Un niveau M2 (bac+5) est obligatoire, couplé au passage d’un concours : le CAPES pour le second degré, le CAFEP dans l’enseignement privé sous contrat, l’agrégation pour le supérieur, et autres équivalents pour les écoles professionnelles ou spécialisées.

Même dans le privé hors contrat, une licence universitaire est un minimum légal pour enseigner une matière !

Les professeurs des écoles voient eux aussi leur niveau d’anglais être évalué.

Précisons qu’être enseignant de carrière n’empêche guère de continuer à assurer des cours de soutien !

Justifier une expérience professionnelle

Nous parlions il y a quelques instants des anglophones et bilingues « natifs ». Ils sont nés ou ont grandi à l’étranger, ou alors l’un de leurs parents est britannique…

Cette chance-là n’est pas donnée à tout le monde. Elle est accordée aux uns ou aux autres par la Providence, sans que l’on puisse y faire grand-chose… Mais il est bien des champs d’action où chacun peut prendre son destin en main !

Parmi ceux-ci, nous pensons principalement à l’expérience professionnelle.

Le marché de l’emploi en France et bouché ? Le poids des prélèvements obligatoires diminue d’autant les salaires ?

Alors pourquoi ne tenteriez-vous pas votre chance aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, où la crise semble déjà reculer !

Une expérience professionnelle en pays anglophone correspond à une véritable immersion, comme des études, mais avec une gravité qui donne aux choses un aspect plus sérieux encore.

Un bon plan pour son CV, qui ne dispense d’ailleurs pas de prouver le niveau acquis en anglais en passant un certificat de langue…

Plutôt que de réviser, le voyage à l'étranger est l'idéal pour progressser et se perfectionner. Anglais professionnel | Il ne tient qu’à vous d’être un gentleman pour enseigner un anglais interactif et éducatif | source : stocksnap.io

*

Selon les situations, la réponse diffère.

La première étape, c’est de se demander le public que l’on souhaite viser. Pour faire carrière dans l’EN, le diplôme universitaire s’impose, et le concours afférent.

Côté cours particuliers, rien n’est obligatoire, mais, si l’on peut se contenter de peu en direction des enfants du primaire et des collégiens, les choses changent à partir du lycée.

Le TOEFL sera alors un bon moyen d’attester de ses compétences, sans oublier le TOEIC si l’on souhaite s’adresser à des adultes et des professionnels.

Un stage intensif à l’étranger ne vaudra jamais un long séjour d’étude ou de travail. C’est en outre un excellent moyen de goûter à la culture locale, élément qui ne devrait pas être oublié pour enseigner la langue anglaise…

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...
Philippe
Amateur de matières littéraires et de langues, autodidacte touche-à-tout, transmettre des savoirs par les mots à l'heure du numérique me tient à cœur.

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz