Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Se reconvertir quand on est professeur de l’Éducation Nationale

Par Sophie le 21/10/2016 Blog > Cours particuliers > Donner des Cours Particuliers > Quelle Reconversion pour un Prof ?
Table des matières

Le métier d’enseignant fut longtemps considéré comme étant le plus beau métier du monde.

Transmettre son savoir, aider des élèves à progresser avec pédagogie, leur permettre d’acquérir des nouvelles compétences : enseigner est une tache noble et passionnante, qui a longtemps fait rêver.

Aujourd’hui encore, nombreux sont les étudiants à envisager de devenir prof.

En 2016, selon le Ministère de l’Éducation Nationale, ils étaient plus de 27 000 à passer le concours du CAPES (pour être professeur dans l’enseignement public ou privé sous contrat) et 68 529 à faire leur inscription au concours du CRPE (concours professeur des écoles).

Néanmoins, la réalité du métier peut parfois ternir cette vocation.

Quelles sont mes options de reconversion dans la Fonction Publique ?

En tant que fonctionnaire et professeur, vous pouvez :

  1. Passer des concours évoluer pour dans la fonction publique
  2. Faire une demande de détachement pour être placé dans un corps ou cadre d’emplois différent
  3. Faire une demande de mise en disponibilité pour exercer une activité professionnelle pendant une certaine période
  4. Faire une demande de démission à l’administration
  5. Faire une demande de cumul d’activité pour exercer une activité à titre accessoire

Les raisons qui poussent les profs à se reconvertir

Les classes surchargées, les professeurs non remplacés ou encore les enseignants agressés sont autant de facteurs qui expliquent peut-être pourquoi certains enseignants envisagent de se reconvertir.
Les conditions de travail dans le système éducatif représentent parfois un frein pour s’épanouir professionnellement.

Comment se reconvertir dans la fonction publique ? Le métier d’enseignant peut parfois être éprouvant.

Un sondage Ifop réalisé en 2014 révélait en effet que 68% des enseignants du secondaire avaient déjà envisagé de changer de métier.
Et ce, malgré la sécurité de l’emploi qu’offre l’Éducation Nationale.

C’est peut-être votre cas.
Vous êtes professeur des écoles, professeur certifié ou professeur agrégé et vous avez envie d’autre chose.
Vous ressentez peut-être le désir de rebondir et de changer de voie.

Votre vie de prof ne vous convient plus et votre aspiration professionnelle a changé depuis le jour où vous avez fait votre première rentrée.
Que cette réorientation soit temporaire ou définitive, il est normal que vous éprouviez un sentiment de doute.

Vais-je perdre mon salaire ? Que vont penser mes collègues ?
Suis-je vraiment sûr de moi ? Suis-je prêt à me lancer dans un nouvel emploi?

Rassurez-vous : toutes ces questions sont légitimes.
Mais vous devez savoir que de nombreuses solutions s’offrent à vous.

Qui a dit qu’il n’y avait pas une vie après le boulot d’enseignant ?

Quelles opportunités pour un fonctionnaire ? Quelles opportunités pour un fonctionnaire ?

Pour vous aider à faire le point, Superprof vous propose un guide de reconversion professionnelle à l’usage des professeurs qui veulent du changement.

Passer des concours au sein de l’Éducation Nationale

Au même titre qu’un salarié peut vouloir faire évoluer son poste et son parcours professionnel, un professeur aussi peut avoir envie de progresser sans pour autant quitter l’Éducation Nationale.

Vous avez la motivation nécessaire pour replonger la tête dans les bouquins afin de vous reconvertir ?

Comment obtenir un congé individuel de formation ? Êtes vous prêt à vous retrouver les livres pour vous réorienter au sein de l’Éducation Nationale ?

Cela tombe bien, de nombreux concours s’offrent à vous pour votre évolution professionnelle.
Ils vous donnent accès à des postes très variés :

  • être chef d’établissement (ou proviseur) d’un lycée général ou d’un lycée professionnel
  • choisir l’inspection et devenir inspecteur de l’Éducation Nationale (IEN) ou inspecteur pédagogique régional
  • bibliothécaire ou conservateur des bibliothèques
  • devenir CPE (conseiller principal d’éducation) ou COP (conseiller d’orientation psychologue)
  • personnel ingénieur ou technique de recherche et de formation (ITRF) pour travailler dans l’informatique, la communication ou encore la logistique

Ils sont accessibles à ceux qui, comme vous, justifient d’un diplôme de catégorie A (c’est à dire niveau bac+3 ou plus).

Vous pouvez aussi changer de grade tout en restant dans les métiers de l’enseignement.

Dans ce cas, tentez un concours interne à l’instar de celui l’agrégation (pour enseigner au lycée), le concours CAPES (collège ou lycée), du CAPEPS (éducation physique) ou encore du CAPLP (lycée professionnel).

En tant que prof des écoles au primaire, vous avez la possibilité d’être candidat sur la liste d’aptitude de votre académie pour devenir directeur d’école ou psychologue scolaire (sans concours).
Une demande d’affectation dans une autre ville ou à l’étranger est par ailleurs possible, ainsi qu’un changement de discipline.
Oui, vous pouvez enseigner les maths alors que vous étiez prof de sciences physiques !

Cela dépendra de vos compétences professionnelles et de votre motivation.
Un portail de mobilité des enseignants est accessible sur Internet.

Être enseignant en détachement

Le détachement c’est quoi ?

Dès lors, vous travaillez pour une autre structure. Par conséquent, c’est votre nouvel employeur qui vous rémunère.

Vous continuez cependant à cotiser pour la retraite comme un enseignant et à bénéficier de vos droits à l’avancement.

Le détachement dure de 1 à 5 ans mais peut aussi être renouvelable.

Comment obtenir une affectation dans une autre académie quand on est prof ? Et si vous deveniez un professeur détaché ?

Cette option est accessible à tous les fonctionnaires de l’État.
Elle peut parfaitement vous convenir si vous souhaitez découvrir un éventuel futur métier mais que vous n’êtes pas certain de vouloir quitter définitivement votre emploi d’enseignant.
Il existe précisément 15 cas de détachements.

Certains sont cependant plus fréquents chez les professeurs, qui deviennent alors détachés :

  • auprès d’une administration ou d’un organisme d’État (exemple : adjoint administratif au Ministère de la Défense)
  • auprès d’une collectivité territoriale ( exemple : attaché territorial)
  • auprès d’un établissement public ou sous tutelle de l’Éducation Nationale (exemple : au CNED)
  • pour exercer une fonction élective (exemple : député ou maire)
  • pour accomplir sa scolarité en vue d’un emploi titulaire permanent de l’État (magistrature, police, ENA)

Modèle de Lettre de Détachement

Pour faire votre demande de détachement, la procédure se fait par courrier :

(Télécharger le modèle de lettre de détachement sur Word)

« ……..

À l’attention de [autorité ayant pourvoir de nomination]

S/c [des différents responsables hiérarchiques]

Objet : demande de détachement

[Madame] / [ Monsieur] / [Qualité] ,

J’ai l’honneur de solliciter mon détachement auprès de « dénomination complété de l’organisme d’accueil » à compter du « date souhaitée de mise en détachement » pour une durée de [entre 6 mois et 5 ans] .

……. ».

A adresser à :

Ministère de l’éducation nationale
Direction générale des ressources humaines
72, rue Regnault
75243 Paris cedex 13

 

À la fin du détachement, vous pouvez demander un nouveau détachement, un renouvellement ou bien votre réintégration en tant que prof.

Devenir professeur en disponibilité

On peut aussi devenir enseignant en disponibilité.

Dans ce cas, vous êtes toujours considéré comme fonctionnaire de l’État.
Vous cessez toutefois de cotiser pour votre retraite et vous ne bénéficiez plus de vos droits à l’avancement, et ce durant toute la durée de la disponibilité.

Selon l’association « Aide aux profs », 5800 professeurs seraient mis en disponibilité chaque année.
Pour cela, il faut adresser sa candidature au rectorat ou à l’inspecteur de l’académie à laquelle vous êtes rattaché.

Comment cumuler deux activités quand on est enseignant ? Vous pouvez aussi mettre sur pause votre carrière de prof pour vous occuper de votre enfant.

Il existe trois cas de mise en disponibilité :

  • sur demande, pour reprendre ses études (et passer un autre diplôme universitaire), faire de la recherche (devenir enseignant-chercheur) ou pour raisons personnelles
  • sur demande accordée de droit, pour plusieurs raisons (mutation de conjoint, pour les parents d’un enfant de moins de huit ans, mandat d’élu local…)
  • mise en disponibilité d’office pour raison de santé

Elle peut durer entre trois et dix ans selon les cas.

Pour demander votre réintégration dans votre établissement scolaire, il faut le faire au moins trois mois avant la fin de la disponibilité.

Il est cependant conseillé d’avoir au moins quinze ans d’ancienneté, seuil à partir duquel vous pouvez disposer de vos droits à la retraite.
Effectivement, c’est pendant les quinze premières années de carrière que les échelons, et donc les droits à l’avancement, se gravissent le plus vite.

Avant de prendre cette décision, gardez donc à l’esprit que cela gèle tous vos droits pendant la durée de la disponibilité.

Modèle de demande de mise en disponibilité

Pour faire votre demande de mise en disponibilité, la procédure se fait par courrier :

(Télécharger le modèle de lettre-de-mise-disponibilite mise en disponibilité sur Word)

« ……

Ville] , le [date]

À l’attention de [autorité ayant le pouvoir de nomination]

Objet : demande de disponibilité

[Madame] / [Monsieur]  / [Qualité] ,

J’ai l’honneur de solliciter ma mise en disponibilité pour [motif] à compter du [date souhaitée de mise en disponibilité] pour [durée souhaitée] .

….. ».

A adresser à :

Ministère de l’éducation nationale
Direction générale des ressources humaines
72, rue Regnault
75243 Paris cedex 13

Démissionner quand on est prof : et après ?

Lorsque l’on se découvre une nouvelle vocation ou que l’on souhaite réellement changer de carrière ou changer de vie, il est tout à fait possible de démissionner.
Cette décision irrévocable implique donc d’être sûr de son choix et de réfléchir longuement à sa future orientation professionnelle.

Vous formulez votre demande de démission par écrit auprès de votre inspecteur d’académie ou de votre recteur qui a le pouvoir de l’accepter ou de la refuser.
C’est lui qui fixera aussi la durée de votre préavis.

Si vous envisagez de créer ou de reprendre une entreprise, vous pouvez en outre bénéficier d’une indemnité de départ volontaire (IDV).

Pour que cette requête soit validée, il faut avoir exercé jusqu’à au moins 5 ans avant l’ouverture de vos droits à la retraite.

Avant de démissionner, préparez-vous à votre nouveau métier : vous bénéficiez d’un droit individuel à la formation et d’un congé de formation professionnelle.

Ainsi, pour assurer votre avenir professionnel et dans l’optique de changer de job, n’hésitez pas à prendre ce congé individuel de formation (CIF) afin de vous réorienter et de suivre une formation pour adultes, ou un stage.
Vous toucherez pendant ce congé 85% de votre salaire.

Ce congé est soumis à certaines conditions :

  • avoir exercé pendant au moins trois ans à temps plein
  • formuler sa demande au moins cent vingt jours avant le début de la formation
  • pour une durée maximale de 3 ans consécutifs ou répartis en plusieurs fois

Aussi, ce n’est pas parce que vous avez démissionné que vous ne pourrez plus jamais prétendre à bosser dans le service public !
Vous avez une seconde chance : pour devenir fonctionnaire à nouveau, il vous faudra tout d’abord repasser des concours.

Actuellement, il est possible de déposer son dossier pour passer pas moins de 195 concours des métiers de la fonction publique.
Vous avez donc le choix !

La Fonction publique se divise en trois pôles principaux :

  • la Fonction publique d’État (FPE) qui comprend les ministères, les préfectures mais aussi l’Éducation Nationale (donc vous !)
  • la Fonction publique territoriale (FPT) qui comprend les régions, les départements ou les communes
  • la Fonction publique hospitalière (FPH) qui comprend les établissements publics de santé

Ainsi, de très nombreux métiers divers et variés se présentent à vous, sous réserve bien sûr d’obtenir le concours externe de votre choix.

Le cumul d’activité dans la Fonction publique

Un fonctionnaire n’est pas censé exercer une autre activité.
Cependant, si cela n’affecte pas votre métier de professeur, vous pouvez exercer un autre emploi pour arrondir vos fins de mois.

Certaines professions complémentaires n’exigent pas d’autorisation comme écrivain, bénévole dans une association, ou gestionnaire du patrimoine familial.

Comment trouver une lettre type de mise en disponibilité quand on est professeur ? Et si vous donniez des cours particuliers pour arrondir vos fins de mois ?

Vous pouvez aussi tout à fait envisager de donner des cours particuliers en choisissant le soutien scolaire pour compléter vos revenus.
Aider un élève en difficultés scolaires à trouver sa voie peut en effet être gratifiant.

Si vous souhaitez vous lancer dans la création d’entreprise en parallèle de votre métier d’enseignant, vous devez faire une demande d’autorisation, ainsi que pour :

  • devenir expert auprès d’un organisme privé
  • exercer une activité agricole
  • devenir conjoint collaborateur (commercial, libéral ou artisanal)
  • être aide à domicile
  • travailler dans l’encadrement ou l’animation en milieu sportif et culturel

Que vous envisagiez une reconversion professionnelle ou que vous souhaitiez simplement changer d’air pendant quelques temps, de nombreuses solutions existent.
Elles nécessitent néanmoins une préparation et une réflexion préalables.

Pour vous aider dans le cheminement de votre choix et dans vos démarches, vous pouvez vous rapprocher de votre Conseiller Mobilité Carrière (CMC).
Spécialisé dans les ressources humaines, il est là pour vous renseigner et vous orienter.

À travers un réel accompagnement, il vous aide à mener à bien et à réussir votre projet professionnel.
Chaque académie possède son pôle « conseil carrière et accompagnement professionnel ».

Bon courage, et n’oubliez pas ce que Churchill a dit un jour : « Il n’y a rien de négatif dans le changement, si c’est dans la bonne direction. »

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
Sophie
Passionnée par les mots, les avions, les humains, le café : la vie quoi !

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz