Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les lettres russes à l’honneur

De Philippe, publié le 15/05/2017 Blog > Langues > Russe > La Prolifique Littérature Russe

C’est une notion universellement partagée : la prononciation du russe est particulièrement charmante, notamment quand il s’agit de mouiller les r !

Cet accent si particulier vient réjouir nos oreilles… jusque dans le FLE (français langue étrangère).

Quoi qu’il en soit, les raisons motivant l’apprentissage de la langue russe sont fort nombreuses : désir de devenir professeur de russe, projet de voyage en Russie, volonté de faire une partie de ses études dans un pays russophone, mariage en vue, expatriation… ou amour de la civilisation russe.

C’est ce dernier domaine qui retiendra toute notre attention aujourd’hui, en visitant la culture slave à travers sa littérature.

Ce voyage à travers le temps, les provinces slaves et les livres va vous donner le tournis… et l’envie de de devenir bilingue français-russe !

Les produits du vieux-russe

La Russie du Moyen Âge ne connaît qu’un embryon de littérature vernaculaire, la plupart des textes étant sacrés et en slavon (langue russe liturgique).

Les premières traces notables d’œuvres ni juridiques ni religieuses datent seulement de la fin de la période : elles sont écrites en vieux-russe.

Mais la littérature ne se cantonne pas qu’à l’écrit… À cette époque, elle est surtout orale : les foyers russes se transmettent des histoires, de génération en génération.

Ce sont les bylines, à la fois empreintes de christianisme, de byzantinisme et de paganisme ancien.

Ces contes populaires forment la base de la littérature russe (ou, à ce moment, Словесность : l’« art des mots »).

Pour se perfectionner en phonétique et apprendre la langue ou sa conjugaison, le débutant doit trouver une bonne leçon d'apprentissage des langues dans une école de langue ou via des cours particuliers sous un mode intensif pour mieux progresser en s'amusant : voilà comment apprendre les langues vivantes ! Apprendre le russe | Les cours de langue et de conversation doivent se doubler d’un séjour linguistique | source : visualhunt.com

Ce n’est que plus tard, au siècle des Lumières, qu’est employé le terme Литература, réservé aux seuls textes écrits.

La plupart des ouvrages en vieux-russe sont anonymes, comme le Dit de la campagne d’Igor (fin du XIIe siècle).

Le religieux Avvakoum ouvre de nouvelles voies à la langue russe vernaculaire, en composant son autobiographie au XVIIe siècle : on y voit un précurseur de la linguistique russe moderne.

C’est vers cette époque qu’a lieu une première occidentalisation, avec l’introduction du théâtre sous l’égide de Natalia Narychina, la mère du tsar Pierre Ier !

Les œuvres modernes de la Russie et l’apogée du roman à la russe

Les Russies, comme on disait autrefois, semblent changer de visage avec le règne de Pierre Ier le Grand (1682-1725).

Non seulement le pays s’occidentalise, mais il réfléchit aussi sur ses racines, et notamment sur sa langue : la célèbre grammaire du poète Lomonossov (1711-1765) est à sa façon un chef-d’œuvre, quoique grammatical, fondateur de la langue russe moderne.

Il est en outre le créateur de la première université de son pays, et fait partie de la première « vague littéraire » russe proprement dite.

On le voit dans l’architecture de la ville nouvelle qu’est Saint-Pétersbourg, mais aussi dans la fondation des premiers journaux russes et la simplification des lettres en usage : l’alphabet cyrillique cède sa place à un alphabet russe à proprement parler, conçu grâce à des rapprochements avec l’alphabet latin.

La sécularisation progressive des sciences et de l’éducation permet l’essor de nouveaux thèmes littéraires.

Que diriez-vous d'apprendre le français, d'apprendre le russe en ligne, d'apprendre le chinois, d'apprendre l'allemande, d'apprendre l'anglais langue officielle, apprendre l'italien, apprendre le portugais, apprendre le turc, apprendre le russe gratuitement ou encore d'apprendre l'espagnol ? Transcription du russe langue étrangère | Des compétences linguistiques sont nécessaires pour gérer le clavier russe ou un clavier cyrillique | source : stocksnap.io

La chanson d’amour apparaît, au même titre que les romans de chevalerie ou d’aventures.

Dans l’univers de ces Повести inédits, on retrouve souvent des éléments traditionnels et populaires 100% russes, mais aussi des adaptations d’œuvres étrangères à succès.

Les personnages sont volontiers des gentilshommes puis des marins, tandis que l’action se déroule de plus en plus souvent en terre étrangère, pour ajouter une pointe d’exotisme à l’ensemble.

Parallèlement, c’est la poésie russophone qui connaît un immense succès à l’intérieur des frontières de l’empire.

Les noms à retenir, et dont explorer les maîtres ouvrages, sont Trediakovski (1703-1769) et Derjavine (1743-1816) pour les vers ; Cantemir (1708-1744), Radichtchev (1749-1802) et Karamzine (1766-1826) pour la prose ; tandis que Soumarokov (1717-1777) et Fonvizine (1745-1792) marquent les balbutiements du théâtre national.

La langue russe moderne conçue grâce à ce premier et à Lomonossov est un savant mariage entre langage populaire et slavon d’Église, réalisé en 1755.

C’était la première fois dans l’histoire de la Russie que sa langue nationale était normalisée !

Avec l’ouverture des tsars au reste du monde, de nombreux néologismes sont importés d’Europe pour désigner des réalités techniques ou conceptuelles jusqu’alors inconnues des Slaves orientaux.

Le XIXe siècle : âge d’or de la langue russe

Contrairement à ce que l’on croit communément, le roman russe est né dès le XVIIIe siècle, en se calquant généralement sur des modèles français traduits en russe courant.

Le premier auteur romanesque russophone est Emine (1735-1770)… mais il n’était pas originaire de Russie !

L’engouement qu’il provoque, aujourd’hui oublié en raison de la qualité très moyenne de son style d’écriture, fait des émules, comme Tchoulkov (1743-1793) et le fabuliste et dramaturge Krylov (1769-1844).

Sans surprise, c’est le dialecte moderne de Moscou qui s’impose peu à peu chez les élites de toute la nation.

La romantisme russe, comme le français, trouve ses origines en Allemagne, et se répand vers l’est dans la première moitié du XIXe siècle.

Ce mouvement artistique inédit met en lumière des générations de génies littéraires russes : c’est le siècle d’or d’une littérature russe encore toute fraîche.

Un dictionnaire russe : voilà l'un des atouts nécessaires sur un campus ou une faculté de sciences humaines en Ukraine, pour un semestre ou plus, en formation continue ou non ! Fédération de Russie | Un stage linguistique pour s’immerger dans la vie quotidienne orthodoxe ? | source : unsplash.com

Certains noms ne sont plus à présenter : le touche-à-tout Pouchkine (1799-1837), le mystique Gogol (1809-1852) dont Les Âmes mortes s’inspirent d’ouvrages occidentaux,  le génial Dostoïevski (1821-1881), le francophile Tourgueniev (1818-1883), le maître incontesté du théâtre russe Tchekhov (1860-1904) et Léon Tolstoï (1828-1910) dont Guerre et Paix et Anna Karénine sont les deux titres les plus connus.

Tous les russophiles étudiant le russe à l’Université ont intérêt à lire Crime et ChâtimentL’IdiotLes Démons et Les Frères Karamazov, autant de chefs-d’œuvre signés Dostoïevski…

La portée philosophique de son œuvre est indéniable : c’est souvent l’une des qualités essentielles des grands romans.

À côté de ces géants de la plus belle des langues russes, il y a une myriades d’écrivains moins connus mais talentueux : Joukovski (1783-1852) célèbre pour ses chants patriotiques contre Napoléon, l’artiste complet Lermontov (1814-1841), le poète classico-symboliste Tiouttchev (1803-1873), Gontcharov (1812-1891) avec son roman de mœurs Oblomov applaudi par Tolstoï et Dostoïevski, le satiriste Saltykov-Chtchedrine (1826-1889), ou encore le publiciste Leskov (1831-1895)…

La poésie est toujours très prisée, comme au siècle précédent, notamment avec le poète métaphysique Baratynsky (1800-1844),  l’élégant Alexis Tolstoï (1817-1875), bien qu’infiniment moins connu que son cousin ou que son homonyme du XXe, ainsi qu’Afanassi Fet (1820-1892), chef de file de l’art pour l’art.

Dans d’autres domaines, cette liste pourrait être complétée avec Herzen, Kropotkine, Nekrassov, Ostrovski et… Bakounine, la littérature politique étant une constante de l’époque contemporaine, en Russie comme ailleurs.

La littérature russophone du XXe siècle

Jusqu’ici, nous avons vu que l’art poétique était l’un des genres littéraires les plus appréciés par l’âme russe.

Eh bien, cette loi vaut encore pour le siècle dernier, qui s’ouvre avec l’acmé du symbolisme, dont les principaux représentants sont Biély, Khlebnikov et Volochine.

Maintenant que la littérature russe a près de deux siècles d’existence et qu’elle a eu le temps de faire ses preuves en enfantant de nombreuses plumes talentueuses, il était possible d’y jeter un regard critique.

C’est le formalisme russe qui développe le plus ce versant théorique des bibliographies russophones de l’époque.

Après l’apogée du XIXe siècle, on a parlé d’« âge d’argent » pour cette courte période dont l’élan a été prématurément brisé…

L'autodidacte pourra profiter de son emploi du temps pour donner des cours de français en expression russe. Pétrograd | Enseigner la traduction sur un mode interactif demande beaucoup de pédagogie | source : morguefile.com

Et pour cause : en 1917, la révolution bolchevique va bouleverser la Russie de fond en comble.

Lénine a réformé l’alphabet russe hérité de Pierre le Grand, mais ce n’est pas là le plus grand effet de la Révolution.

Celui-ci est malheureusement à trouver du côté de l’instauration d’un art officiel : les artistes qui s’en dissocient n’ont qu’à s’exiler ou à risquer la prison, la déportation, la mort.

La NEP permet à peine la restructuration de la littérature russe autour de l’Oberiou et du mouvement de Saint-Sérapion, car l’avènement de Staline à la tête de l’URSS vient porter un coup fatal aux écrivains russes.

L’art abstrait sous toutes ses formes est proscrit, à l’inverse du réalisme socialiste devenu obligatoire pour tous : les auteurs patentés doivent, sous la surveillance de commissaires, louer l’ordre établi et ses réalisations soviétiques.

Heureusement, les samizdat (brochures littéraires clandestines) permettent à des écrivains de continuer à écrire dans le secret, mais à leurs risques et périls : Boulgakov et Vassili Grossman en sont probablement les plus insignes représentants.

Tracassés par le régime, ils meurent tous deux de maladie et non de méthodes coercitives directes.

Les grandes plumes de l’époque se sont exilées : Bounine, Chmeliov et… Soljenitsyne, mondialement connu pour avoir décrit parmi les premiers les horreurs de L’Archipel du Goulag et les aspects maléfiques du communisme. Il apparaît pour beaucoup comme étant un philosophe et un prophète plutôt qu’un romancier au sens classique du terme.

Quid des genres littéraires russes d’aujourd’hui ?

Avec l’effondrement de l’URSS, c’est un vent de liberté qui souffle de nouveau sur les lettres russes.

Cet événement est encore relativement proche (un quart de siècle), de sorte que nous n’avons pas de recul suffisant pour en prendre toute la mesure.

Le national-bolchevique Limonov nous est connu par la biographie qu’en a laissée Emmanuel Carrère d’Encausse.

Voyou, écrivain culte, leader politique idéologiquement glauque ou héros romanesque : qui est Edouard Limonov ? Édouard Veniaminovitch Savenko, dit Édouard Limonov, né le 22 février 1943, est un écrivain franco-russe et dissident politique, fondateur et chef du Parti national-bolchevique.

Mais il ne doit pas cacher d’autres talents en germe ou avérés : Elena Tchoudinova qui a écrit de la science-fiction ou des romans d’histoire sur la France et l’Angleterre, Mikhaïl Chichkine, Vladimir Sorokine…

Une chose est sûre : l’extrême vitalité de la littérature russe, malgré la parenthèse stalinienne, n’a pas dit son dernier mot.

La Russie puise de nouveau dans ses traditions, et il ne fait aucun doute qu’elle donnera encore à l’humanité des auteurs de génie, que tous les Français commençant à apprendre à parler russe liront dans quelques années ou décennies comme autant de chefs-d’œuvre !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz