Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

L’excellence du français dans le milieu journalistique

Par Valentin le 28/12/2016 Blog > Soutien scolaire > Français > Maîtriser la Langue Française pour Devenir Journaliste
Table des matières

Beaucoup de professionnels vous diront que le métier de journaliste est avant tout un métier de passion. Une passion pour la transmission de l’information.

Le journalisme actuel regroupe de nombreux domaines :

  • La presse écrite,
  • La télévision,
  • La radio,
  • Le web journalisme,
  • Le reportage, etc.

Actualités, faits divers, politique, sport, musique, cinéma… Les journalistes se spécialisent selon leurs centres d’intérêt et leurs affinités avec un support.

Bien plus que de la simple rédaction, le journaliste est un garant de la langue française, doté d’une très bonne culture générale et d’une nature curieuse.

Essayons d’en savoir plus sur cette profession qui fait rêver de nombreux étudiants.

Qui sait, l’âme d’un journaliste se cache peut-être en vous !

Découvrons ensemble comment et pourquoi notre langue maternelle est au cœur de ce beau métier… Et pourquoi le français est une arme professionnelle

Prendre des cours de français lorsque l’on n’a pu intégrer une école de journalisme

À ce jour, il existe 14 écoles de journalisme reconnues par la profession en France, dont 5 se trouvant à Paris et en région parisienne.

Est-ce qu'intégrer une école de journalisme est obligatoire pour travailler dans une rédaction ? Les formations pour devenir journaliste sont difficiles et très exigeantes !

Du DUT communication option journalisme au master spécialisé « journalisme, reportage et enquête », les formations pour devenir journaliste sont nombreuses, mais aussi coûteuses !

Seulement une petite moitié de ces établissements est publique. Six au total.

Parmi les écoles de journalismes, citons entre autres :

  • L’École Supérieure de Journalisme à Lille (ESJ)
  • Le Centre Universitaire d’Enseignement du Journalisme à Strasbourg (CUEJ)
  • L’Institut Pratique du Journalisme à Paris (IPJ)
  • L’École de Journalisme de Grenoble, etc.

Notez par ailleurs qu’un bon niveau de français permet d’intégrer les grandes écoles !

Néanmoins, il n’est pas obligatoire de passer par ces écoles pour être reconnu comme journaliste !

Il existe de nombreux détenteurs de la carte de presse n’ayant jamais foulé le sol de l’un de ces établissements. Ils sont issus de divers domaines comme la communication, le droit, les sciences politiques (écoles IEP), etc.

Posséder un tel diplôme reste tout de même un atout pour intégrer la profession plus facilement et commencer à se créer un réseau professionnel.

Mais pousser la porte de ces formations en journalisme reste encore compliqué.

Un concours d’admission dans une école de journalisme doit au minimum se préparer 6 mois à l’avance, car le jury n’hésitera pas à vous interroger sur des faits d’actualité passés quelques semaines ou mois auparavant.

Au programme des révisions pour le concours :

  • Suivi précis des actualités : pensez à réaliser des fiches avec les noms, dates et événements pour ne rien oublier !
  • Révision générale en histoire et géographie.
  • Revoir ses notions de grammaire anglaise.
  • Réviser sa grammaire française.

Malheureusement, la réussite n’est pas toujours au rendez-vous.

Si votre maîtrise de la langue française vous a fait défaut, mais que vous souhaitez vraiment devenir journaliste et que vous croyez fort en votre projet professionnel, n’hésitez pas à prendre des cours de français pour approfondir vos connaissances dans la langue de Molière (DELF, DALF, CIEP, FLE ou Français Langue Étrangère pour les étudiants d’origine étrangère).

Un professeur particulier de français sera ravi de vous guider à travers des leçons et des exercices (dictées, compréhension écrite, etc.) jusqu’à la réussite !

Pour réussir votre concours, focus sur :

  • La conjugaison française,
  • La syntaxe,
  • L’orthographe française,
  • Les figures de style,
  • Le vocabulaire français enrichi,
  • Les exercices d’écriture…

Apprendre le français avec un professeur particulier de l’enseignement supérieur vous permettra d’accroître vos compétences en langue française à l’écrit comme à l’oral.

Journaliste : l’un des derniers garants de la langue française ?

Qu’il soit critiqué ou adulé par l’opinion publique, le journalisme reste l’un des derniers garants de notre langue maternelle.

Même si la profession est accessible à tous, il est indispensable de maîtriser parfaitement la langue française pour devenir journaliste.

Car le français peut vous aider à trouver un emploi !

Lorsque l’on s’attarde sur notre belle langue maternelle, impossible de faire l’impasse sur la célèbre Académie française créée en 1635 par le Cardinal de Richelieu, dont la mission est :

« La principale fonction de l’Académie sera de travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. » (Article 24 des statuts.)

Les professionnels de la presse sont-ils reconnus par les grandes institutions françaises ? De nombreux journalistes sont présents à l’Académie française : de quoi prouver que la profession est encore à ce jour un garant de notre langue !

L’Académie recherche donc à exploiter toute la diversité de la linguistique française pour en faire sortir des règles et normes que nous avons tous apprises pendant nos cours de français.

Vous l’avez compris, l’Académie française est le premier garant de notre langue officielle.

Mais saviez-vous que de nombreux journalistes français ont la chance de faire partie des membres de cette prestigieuse institution ?

En effet, l’Académie n’est pas seulement composée d’écrivains, de poètes et de romanciers francophones. De nombreux professionnels de la presse ont, eux aussi, leur fauteuil comme :

  • Jean d’Ormesson,
  • Jean-Maris Rouart,
  • Louis-Simon Auger,
  • Frédéric Vitoux,
  • Et plus récemment Alain Duhamel.

Orthographe et syntaxe irréprochables seront vos meilleures armes

Comme nous venons de le voir précédemment, les journalistes français restent l’un des piliers de la langue de Molière.

Règles syntaxiques et orthographiques font partie de leur dogme.

Lorsque nous lisons la presse papier (Le Monde, Libé, Le Figaro…), nous sommes face à des professionnels de l’écriture, tant sur la forme que sur le fond. Vous remarquerez que le style et le vocabulaire sont très souvent soutenus.

En tant que journaliste en devenir, vous devez être capable d’informer le lecteur tout en utilisant des formules de langue soutenues, en respectant les règles strictes de la syntaxe française et surtout en évitant les fautes d’orthographe.

Vous souhaitez devenir journaliste ?

Une plongée abyssale, dans les limbes de la langue de Victor Hugo, vous est alors imposée. Pour vous retrouver au cœur des racines et de l’étymologie des mots que vous utiliserez durant votre carrière de journaliste. Mots qui, on le rappelle, vous serviront à retranscrire parfaitement l’information attendue par vos lecteurs.

Connaître parfaitement le français pour s’affranchir des règles et développer son style

Les règles d’or de l’écriture journalistique

Pendant votre formation de journaliste, vous allez être amené à utiliser diverses règles journalistiques. Les professionnels de la presse aiment les appeler les « règles d’or de l’écriture journalistique ».

En voici quelques-unes :

  • Privilégiez les constructions de phrases courtes. Un texte aéré est bien plus agréable à lire.
  • Favorisez la voix active à la voie passive
  • Utilisez des verbes d’action plutôt que des verbes d’état (être, devenir, sembler, etc.)
  • Bannissez les périphrases : les organismes bancaires = les banques.
  • Et, bien entendu, se relire encore et encore pour ne pas oublier une petite faute d’orthographe.

Les journalistes sont-ils soumis à des contraintes de rédaction ? Intégrer une formation de journalisme pour apprendre à utiliser les règles d’écriture journalistique !

La richesse de la langue française permet de varier considérablement la tournure de nos phrases et de nos expressions alors pourquoi ne pas en profiter ?

Les grands principes de l’écriture dans la presse

La rédaction journalistique répond à des critères et des codes bien spécifiques, dans le but d’optimiser la transmission de l’information au lecteur.

Tout commence par le titre. Il doit être court et percutant. Pour cela, les journalistes utilisent des mots « chocs » pour attirer l’attention du lecteur.

Vient ensuite, le chapeau ou sous-titre, qui consiste en quelques mots à résumer rapidement le contenu de l’article. C’est dans cette partie du texte que viendront les 5W : what, who, when, where et why.

Un principe fondamental de l’écriture journalistique !

La cohérence entre le titre et le chapeau est très importante. Si le lecteur accroche au titre, son regard se portera spontanément sur le sous-titre.

Maintenant, place à la structure du texte. Le corps d’un billet journalistique est composé de 3 éléments.

  1. L’attaque : c’est la première phrase de l’article. Elle doit être rythmée et donner le ton de l’article tout de suite. Elle reprend, en général, l’horaire et le lieu du fait.
  2. Les relances : comme son nom l’indique, les relances vont maintenir l’intérêt du lecteur pour l’amener à poursuivre sa lecture.
  3. La chute : elle sera votre dernière phrase dans l’article. Ouverture sur un autre problème, clin d’œil, morale… À vous de trouver la bonne fin !

Maintenant que vous avez la forme, parlons rapidement du fond de votre article.

En tant que journaliste, vous devrez choisir le ton de votre rédaction (informatif, sarcastique ?) ainsi que la hiérarchisation de l’information.

Vous souhaitez traiter le sujet sous un angle économique ?

Plutôt social ?

Vous pouvez remercier une nouvelle fois la langue de Molière, qui du fait de sa diversité, vous permettra facilement de jongler avec le vocabulaire et les tournures de phrases pour rendre chacun de vos billets, un excellent article.

Même si la rédaction journalistique dans la presse papier est aujourd’hui encore très codifiée, un journaliste en devenir doit savoir mettre en avant sa créativité pour se démarquer.

Mais comment ?

La hiérarchisation des articles peut nous rappeler certaines constructions très scolaires enseignées au collège et même dans l’enseignement supérieur. Très utiles pour apprendre à organiser ses pensées et construire une argumentation, mais le processus peut rapidement limiter la créativité.

Il faut donc s’affranchir des constructions scolaires, et cela passe par l’entraînement !

Peut-on devenir un bon journaliste en s'entraînant ? C’est en écrivant encore et encore que vous développerez votre propre style et vos connaissances de la langue française.

Vous avez toujours l’ambition d’entamer une carrière de journaliste ?

Nous vous conseillons de rejoindre la presse traditionnelle pour vous former aux rudiments de la profession.

Un stage dans un premier temps pourrait être une très bonne expérience dans le milieu pour savoir si vous avez l’étoffe d’un vrai journaliste !

Saviez-vous enfin que le français peut être une arme marketing ?

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
Valentin
Pur produit de la génération Y et soit disant "Digital Native", j'attends quand même avec impatience le jour où l'on pourra me greffer mon PC dans une main et mon smartphone dans l'autre.

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz