Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

La Politique Data Driven dans l’Education aux Etats-Unis

Par Simon le 08/06/2016 Blog > Cours particuliers > Actualités > Faut-il s’Alarmer de la Collecte Massive des Données Scolaires aux USA
Table des matières

Dans un récent article Anya Kamenetz, une prospectiviste de l’éducation, met en garde contre la collecte massive de données scolaires.

Le ministère de l’éducation aux USA encourage et finance fortement les États pour recueillir et analyser des informations sur les élèves.

Ces données sont multiples :

  • l’assiduité des élèves,
  • les retards,
  • les comportements à risques,
  • les notes,
  • les appréciations,
  • et des enquêtes approfondies sur le climat scolaire.

Doit-on se réjouir de cette nouveauté ?

A l’heure actuelle, les politiques et stratégies « Data Driven » sont encensées par le monde des médias et de l’entreprise.

La « data driven policy » est aussi dans l’ADN d’une longue tradition bien française de recours à la donnée pour gérer avec plus d’efficience et d’objectivité l’action publique.

Concernant l’éducation, les pouvoirs publics américains défendent l’idée selon laquelle ces informations permettent de :

  • Partager ces données aux parents et professeurs pour un meilleur suivi,
  • Servir l’équité d’accès à l’éducation,
  • Transmettre des informations claires et transparente.

Cependant, Anya Kamenetz met en garde la société américaine sur cette nouveauté.

Découvrez sans attendre les 5 arguments sur lesquels elle s’appuie.

1) Lutter contre la menace du stéréotype

La recherche en psychologie à montrée que le fait de comparer les performances d’un individu à celle d’un groupe pouvait être néfaste.

Par exemple, quand une femme passe un test en mathématiques, son résultat peut être affecté par le stéréotype selon lequel les femmes ont des capacités en mathématiques inférieures à celles des hommes.

Cette conséquence de la menace du stéréotype a été démontrée par Spencer, Steele et Quinn en 1999.

Le risque majeur étant de créer des sentiments négatifs chez les élèves.

Une sorte d’appartenance à une catégorie d’élèves (les bons, les moyens et les nuls).

Comment les données scolaires impactent-elles la motivation des élèves ? Chaque élève est différent !

La conséquence directe serait une baisse de la motivation des élèves.

2) Éviter une parentalité intrusive dans l’éducation

Dans certains États, les parents reçoivent quotidiennement des SMS avec des photos, vidéos et informations sur la salle de classe.

Plus intrusif encore, des écoles ont mis en place des tableaux de bords qui permettent de suivre en temps réel la performance de leur enfant.

Comment les parents suivent en direct les résultats de leurs enfants ? Des tableaux de bord pour surveiller son enfant !

Un professeur (John Warner) s’alarme au sujet de ces dispositifs.

A l’appui, des études ont montré que cette « parentalité intrusive » accentuait le niveau d’anxiété des élève.

3) Servir des intérêts commerciaux et marketing

La relation entre le marketing et l’école est une zone dangereuse. Ses limites sont poreuses.

En effet, les établissements ont souvent recours à des solutions d’enseignement, d’e-learning gratuites.

En marketing, la gratuité est souvent synonyme de promotions de contenus ou commercialisation de produit.
Vous en doutez ? Allez donc faire un tour dans la presse en ligne gratuite….

Le rapport NEPC a conclu que les écoles sont des cibles faciles pour la collecte de données et la commercialisation des ces dernières.

4) Desservir l’éducation : un environnement complexe

Les systèmes d’informations et les données structurées ont le mérité de rassurer.

Seulement, les chiffres sont parfois inopérants pour analyser des situations complexes.

Comment analyser les progrès, l’implication et les interactions avec un groupe pour chaque élève ?

L’éducation est une domaine à part où le tout quantifiable est une utopie.

5) Exposer les données privées des élèves

Big Brother is watching you !

La vie scolaire d’un élève sera agrégée dans une fiche.

Comment les établissements américains surveillent leurs élèves ? Quelle protection pour les données personnelles des élèves ?

Ces données privées n’ont pas vocation à être rendues publiques.

Imaginez des employeurs ou des bailleurs de crédit ayant accès à cette mine d’or d’informations.

Le parallèle avec la problématique des données de santé est possible.

Les pouvoirs publics vont devoir légiférer sur la protection de ces informations scolaires personnelles.

Qui peut-il y avoir accès ?

Qui en est le détenteur ?

Sont-elles conservables à vie ?

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,00 sur 5 pour 3 votes)
Loading...
Simon
SuperPROF et Digital Addict ♥ Véritable passionné du partage de connaissances et militant pour une meilleure transmission des savoirs !

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz