Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Quelle licence universitaire suivre pour enseigner la langue de Goethe ?

De Avner, publié le 17/02/2017 Blog > Langues > Allemand > Devenir Prof d’Allemand : Plutôt LEA ou LLCER ?

Marqué par la récente réforme de l’Éducation Nationale – avec une perte d’heures d’allemand au collège qui s’élève à 17% en moyenne – le manque d’intérêt des Français pour apprendre la langue allemande semble contagieux chez les nouvelles générations.

Pour d’autres, le lien étroit qui existe entre les deux nations européennes – de par leur histoire et leur proximité géographique – est une motivation pour faire perdurer l’apprentissage de la langue et ses enseignants chercheurs.

Très prisé aujourd’hui – compte tenu du faible pourcentage de candidatures pour le nombre de postes disponibles – le métier de professeur d’allemand en école, au secondaire ou à l’université peut être appris directement en France via la formation universitaire publique.

Les filières linguistiques post-bac sont nombreuses et pourtant, seuls les cursus Langues Étrangères Appliquées (LEA) et Langues et Littératures et Civilisations Étrangères et Régionales (LLCER) semblent retenir toute l’attention semestre après semestre.

Ouvrant plusieurs voies professionnelles pour chacune d’entre elles, quelle est la formation universitaire la plus judicieuse pour devenir professeur d’allemand ?

Quelle formation pour intégrer LEA ou LLCER allemand ?

Cinq ans d'études post-bac sont requises pour devenir professeur ou pour exercer comme traducteur ou interprète linguistique. Les études de langues ouvrent plusieurs voies professionnelles, dans lesquelles on retrouve l’enseignement, l’interprétariat et la traduction.

Quel est le bon cursus du professeur d’allemand ?

Durant les années de lycée, l’université et sa proximité avec le monde du travail semblent encore loin. Néanmoins, vient un jour où l’heure des choix frappe à la boîte aux lettres de l’élève en Terminale avec son lot de questions et d’inquiétudes scolaires.

Concernant notre cher professeur d’allemand en devenir, son rêve en tête, il se doit de faire les bons choix pour éviter de se décourager de donner des cours, voire de se perdre dans un cursus qui ne saurait le mener jusqu’à la salle des professeurs de l’établissement de son choix.

Il sait d’ores et déjà que deux formations de l’université publique s’offrent à sa vocation :

  1. La Licence en Langues Étrangères Appliquées (LEA)
  2. Ou la Licence Langue, Littérature, Civilisation Étrangère et Régionale (LLCER).

De nature précautionneuse, il sait d’avance qu’un barrage à l’entrée peut exister et qu’il pourrait contrecarrer ses plans d’enseignement dans le public ou le privé.

Concernant la LEA, le seul titre du baccalauréat généraliste, technologique ou professionnel – encore faut-il le réussir comme 88,5% des candidats en 2016 – suffit à l’admission dans cette filière. Autrement, en réussissant une Validation des Acquis de l’Expérience ou études personnelles (VAE), notre élève ambitieux peut y prétendre.

Loin d’être déterminante pour l’admission ou la réussite dans cette licence pluridisciplinaire – bien que 80% des étudiants en LEA soient titulaires d’un bac Littéraire (L) ou d’un bac Économique et Social (ES) – la spécialité d’étude au lycée est surtout un avantage pour les élèves ayant obtenu plus de cours linguistiques.

Par ailleurs, des passerelles sont établies pour les étudiants titulaires d’un BTS ou DUT spécifique directement en deuxième année de licence LEA.

Concernant la LLCER, les conditions d’accès sont les mêmes en sachant que l’entrée par passerelle en deuxième ou troisième année de licence est accessible – suivant les universités – aux étudiants qui ont validé une L1 ou L2 de licence d’allemand et à ceux qui viennent de formations similaires comme la classe préparatoire, licence LEA, l’IUT… Moyennant un dépôt de dossier.

Présentation de la licence LEA anglais/allemand

En plus des compétences linguistiques, un goût prononcé pour l’économie et la communication est indispensable. Grâce à sa pluridisciplinarité licence LEA peut-être considérée comme la meilleure voie pour se préparer à l’entrée à l’IUFM en tant que futurs professeurs des écoles.

Plébiscitée par tous les nouveaux entrants Post-Bac en université – c’est l’une des filières les plus demandées à l’université – la licence LEA associe la linguistique à l’économie sans véritable distinction pédagogique.

Passionnés par les langues, de culture allemande et fans de “Friends” ou “Derrick” (oui, il en reste encore de moins de 90 ans) et d’économie : une place d’amphi ou de TD vous attend !

Au programme, entre deux repas du CROUS, l’élève se verra suivre des enseignements de :

  • 2 langues vivantes et civilisations étrangères au choix, qui représentent environ deux tiers de l’emploi du temps : dans notre cas l’anglais et l’allemand,
  • Des cours liés à l’entreprise : avec des matières d’application économique comme le droit, l’économie, les statistiques et la gestion qui représentent 1/3 de la formation restante.

Ainsi, en fin de cursus, l’étudiant sera apte à comprendre, rédiger des synthèses et traduire oralement et à l’écrit des textes d’accords commerciaux ou des documents techniques et économiques.

Une fois sa licence LEA anglais/allemand en main, formé au monde du commerce et des affaires, du tourisme ou à la traduction spécialisée (juridique et financière), il pourra soit poursuivre vers un master LEA ou une autre filière, soit tenter d’intégrer une entreprise à vocation internationale.

Présentation licence LLCER allemand

Dans les métiers du marketing et du commerce on recherche des diplômés de LEA essentiellement pour intégrer l'activité d’import-export des entreprises. En Licence Langues Étrangères Appliquées (LEA), une 3ème langue est parfois demandée pour intégrer la filière., même au niveau débutant.

Brute, sans l’ombre d’un sous-titre, la licence LLCER se veut être une voie littéraire d’insertion entièrement vouée à l’usage et la pratique d’une seule langue vivante étrangère. Ici, la langue de germanique donc.

Compte tenu de son programme axé littérature et linguistique – avec des cours de grammaire, la lecture de nombreux romans, des études de l’histoire antique et contemporaine de la langue et un focus sur la traduction de textes littéraires modernes et classiques – il n’est pas anodin que cette filière soit comparée aux études de Lettres, mais dans une langue étrangère.

Totalement en V.O. (version originale) – comprenez uniquement dans la langue de Goethe – les cours de  compréhension, linguistique, phonétique, ­littérature, civilisation… – ont pour optique de former des experts en analyse et interprétation de textes, en traduction de documents issus de la littérature, en rédaction de dissertations sur la civilisation allemande ou autrichienne à travers l’histoire.

Armé de connaissances très poussées en langue et culture allemande, une fois sa licence obtenue, l’étudiant a la possibilité de poursuivre son cursus germanophile vers les débouchés liés aux métiers de l’enseignement, avec le Master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) avant, pourquoi pas, de préparer le concours du CAPES.

Saviez-vous d’ailleurs qu’il était possible de devenir prof d’allemand sans CAPES ?

Quelle licence allemande a le meilleur programme ERASMUS ?

La grande différence entre le cursus LEA et LLCE réside dans son contenu pédagogique. Passionnés par les langues, de nombreux étudiants peinent à choisir entre un cursus LLCE et un cursus LEA.

Permettant chaque année d’offrir à plus de 35 000 étudiants de se rendre dans une université située dans une autre nation européenne, parfois avec l’aide d’une bourse, Erasmus est un programme incontournable du séjour linguistique.

Pour les professeurs d’allemand en herbe, qui s’identifient encore à Xavier alias Romain Duris dans l’Auberge Espagnole et qui échangeraient bien leur place sur le banc de la faculté de France et de Navarre à celle d’une chaise d’une université étrangère, quelle est la licence la plus adéquate ?

A la différence de sa cousine éloignée, la filière LLCER, centrée sur l’enseignement littéraire, se refuse à tout stage obligatoire en entreprise.

En revanche, les étudiants de cette licence axée sur une langue vivante, dans notre cas particulier la langue de Goethe, ont la possibilité d’effectuer un ou deux semestres dans un pays étranger, de préférence dans une nation où la langue des locuteurs natifs est celle étudiée en cours : l’allemand.

Ainsi, notre élève pourra se rendre en Autriche ou en Allemagne, dans le cadre du programme Erasmus, sans que ce séjour en immersion ne nuise à son parcours universitaire, bien au contraire.

Fonctionnant selon un système de partenariat établi entre les universités de l’union européenne, le droit à un échange Erasmus est soumis aux résultats scolaires de l’élève, son assiduité et sa motivation.

Évidemment, participer au programme Erasmus dans le cadre d’une licence LEA est possible – notamment au semestre 5 de la L3 pour la plupart des universités de France après étude du dossier et des notes de l’élève obtenues en L1 et L2 – mais il doit être effectué sans compromettre le stage OBLIGATOIRE en entreprise de deux ou quatre mois au semestre 6 (à moins d’être lui aussi réalisé à l’étranger).

Découvrez également comment devenir prof d’allemand avec internet

Avantages et inconvénients des 2 licences pour devenir prof d’allemand

Vous l’aurez compris, dans la bataille que se mènent les deux licences pour répondre à notre problématique… La Licence LLCER l’emporte haut la main pour devenir professeur d’allemand en école, au secondaire ou à l’université !

En effet, comme on l’a vu précédemment dans l’article (oui, jeune presse, il fallait tout lire !) la licence LEA s’adresse particulièrement au monde de l’entreprise et n’est aucunement littéraire.

L’orientation des options de la licence LEA : avec la concentration sur l’apprentissage de deux langues dans un contexte professionnel essentiellement. Notamment avec un programme comprenant des matières comme l’économie, gestion, droit, commerce, tourisme, traduction, informatique…

Les débouchés tendent plus vers les métiers du tourisme, du commerce international ou de la traduction que vers une fonction liée de près ou de loin à l’enseignement.

Quant à elle, la formation Langue Littérature et Civilisations Etrangères (LLCE) se concentre essentiellement sur une langue vivante, dans notre exemple l’allemand.

Calibrée pour mener vers un master qui rapproche notre étudiant vers les fonctions de l’enseignement, cette licence est constituée d’un programme plus théorique et littéraire que pratique.

Autrement dit, il ne sera pas ici question de cours ayant vocation à améliorer la pédagogie de l’élève en vue de poursuivre dans le professorat

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz