Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Existe-il un parcours idyllique pour enseigner la langue allemande ?

Par Avner le 17/02/2017 Blog > Langues > Allemand > Quel est le Cursus Idéal d’un Prof d’Allemand ?
Table des matières

149 professeurs d’allemand ont été admis au concours de l’enseignement de l’Éducation Nationale en 2016 pour 345 postes disponibles.

A l’aube d’une crise, le recrutement des enseignants de la langue allemande soulève des questions qui restent pour l’instant sans réponses.

Le cursus est accessible, la Réforme des Collèges n’est entrée en vigueur que cette année et pourtant, une fois encore depuis trois ans, le nombre de professeurs admissibles est inférieur au nombre de postes à pourvoir.

Reconnu comme un militant pour la matière et la langue qu’il a fait sienne, l’enseignant d’allemand continue d’intervenir auprès des classes pour informer les élèves et les inciter à rejoindre ses rangs.

Malheureusement, l’allemand a beau être la la seconde langue scientifique la plus parlée dans le monde, l’idiome qui a le plus de locuteurs natifs en Europe ou encore la langue du premier pays exportateur industriel au monde : rien n’y fait !

Pour ceux qui rêvent dans la langue de Claudia Schiffer (oui, ça fait rêver) pas de panique. L’Education Nationale propose plusieurs cursus scolaires qui guideront les pas des élèves les plus assidus jusqu’au but ultime : devenir prof d’allemand ! Allons les découvrir !

Allemand LV1/LV2 au collège

Les élèves du collège, depuis la reforme de l’Éducation Nationale, apprennent désormais une LV2 dès la 5e au lieu de la 4e. Les élèves de collège qui suivent une LV2 allemand ont évidemment un gros avantage linguistique en néerlandais LV3.

Alors qu’elle était annoncée par Mme Vallaud-Belkacem comme un gain pour les LV2, comprenez les langues vivantes 2, la Réforme du Collège 2016 semble avoir mis à mal l’apprentissage de l’allemand au collège…

En effet, critiquée par les détracteurs de la réforme et Berlin qui redoutaient un affaiblissement de l’apprentissage de la langue de Goethe, les chiffres de la réforme de l’Éducation Nationale semblent leur donner raison avec 8 % d’élèves germanistes en moins en 2016 contre 30 000 de plus espérés par le gouvernement.

Prouvée par l’enquête de L’ADEAF, réalisée auprès d’enseignants d’allemand de collège, cette réforme fait vraisemblablement reculer cette discipline linguistique avec un nombre d’heures attribuées à l’allemand depuis la rentrée 2016 en forte baisse.

Alors en attendant des mesures structurelles qui peuvent pousser l’apprentissage de l’allemand au collège vers plus de reconnaissance – une pétition a déjà recueilli plus de 48 000 signatures – voyons voir ce que notre professeur d’allemand en devenir peut suivre comme cursus avant sa première rentrée scolaire…

Au nom de la “continuité pédagogique” les élèves qui auraient déjà entamé une initiation à l’allemand dès la primaire – ils sont en 54% en CM2, et 32 % en CM1 – sont en mesure de poursuivre leur formation initiale au collège dès la 6ème.

En voilà une bonne nouvelle notre professeur en devenir !

Aussi, pour ceux qui se seraient découvert un amour certain pour l’allemand au collège plutôt qu’en primaire, ils peuvent toujours suivre des cours en LV2.

Passée de 2h30 par semaine au lieu de 3h minimum, la langue vivante 2 – grâce ou à cause de la réforme (je vous laisse choisir) – peut tout de même être enseignée ou suivie dès la 5ème.

Le cursus le plus pertinent pour notre élève qui rêve de devenir professeur d’allemand se trouverait plutôt du côté des classes bilingues où l’intensité est plus forte.

Malheureusement pour certains élèves appartenant à des académies comme celle de Lyon – où l’on compte 66% des classes bilingues supprimées – il devient plus difficile de trouver une école en mesure de dispenser ces cours.

Longtemps réservé aux élites, aux “têtes” de la classe, l’allemand est la langue pour laquelle la professeur en titre venait faire la promotion en classe fautes d’engouement instinctif des élèves. Plus politique que linguistique, l’avenir de la langue des Champions du Monde de football dans les collèges de France reste à écrire.

Découvrez également comment enseigner l’allemand sans CAPES

Passer son Bac d’allemand, option allemand

La langue allemande est réputée difficile à apprendre et à assimiler, notamment à cause de ses fameuses déclinaisons. Souvent confondues, les filières Abibac et l’option européenne allemande sont pourtant différentes et n’ont pas les mêmes buts.

L’option Abibac

Âgé de plus de 20 ans, ce cursus, créé lors de la signature de l’accord intergouvernemental franco-allemand, est proposé par une soixantaine d’établissements allemands dont certains basés en France, et près d’une centaine de lycées français.

Peu importe le cursus que notre futur professeur d’allemand a suivi au collège, il a la possibilité de choisir l’option Abibac au lycée, dès la classe de seconde.

Le barrage d’entrée constitue le moyen de sélection des élèves pour cette option, notamment pour ceux qui ne sont pas acceptés sur dossier.

Ainsi il sera demandé au candidat de répondre à un test de compréhension, devant jury, qu’il doit réussir pour intégrer la filière et ne pourra en aucun cas être amené à redoubler une classe sous peine de ne plus pouvoir poursuivre ses études dans cette filière.

Nécessitant un investissement personnel beaucoup plus intense que pour les autres filières au lycée, la section Abibac est assez chargée en termes de matières et d’heures de cours.

Cela représente plus de 11h d’allemand par semaine !

Ces cours sont structurés entre des cours d’histoire-géographie plus centrés sur l’Allemagne et de littérature allemande avec Goethe en terminale, le tout sans l’usage du français.

Dès la fin de la classe de seconde, les élèves de l’option ont l’obligation de réaliser un échange Sauzay ou Voltaire, autrement dit partir vivre en immersion dans une famille d’accueil, respectivement 3 ou 6 mois au pays d’Angela Merkel.

Enrichissant sur le plan de l’humain, c’est surtout au niveau des progrès et de l’amélioration linguistique que cette immersion en échange est bénéfique.

Une fois le bac en poche, vers quelle filière s’orientent ces élèves ou “abibachelier” qui ont déjà un niveau B2 en Allemand ?

La voie des études franco-allemandes, notamment en droit franco-allemand, en études d’interprétation et traduction ou encore en études de langues est ouverte. Découvrons le meilleur cursus à suivre pour notre futur professeur qui entame maintenant l’université.

LEA anglais/ allemand + ERASMUS

L’enseignant de l’Allemand est étroitement lié à l’amitié franco-allemande ! Le programme Erasmus permet de côtoyer des étudiants d’autres nationalités, qui viennent d’autres licences.

Quel choix de licence pour enseigner l’allemand ?

Très attractif, le cursus de langues étrangères appliquées (LEA), a la particularité de former l’étudiant en vue d’intégrer le monde professionnel en tant que futur cadre trilingue dans les métiers liés à l’économie et le commerce international.

Effectivement, compte-tenu du manque d’approfondissement littéraire et de formation aux métiers de l’enseignement, cette filière semble la moins propice à notre cher professeur d’allemand en herbe.

Néanmoins, 2/3 du programme portent sur 2 langues et civilisations étrangères. Par conséquent, en suivant cette filière il restera dans le bain linguistique allemand qui le berce depuis la primaire voire le collège sans pour autant s’y noyer.

De surcroît, la filière LEA offre la possibilité d’effectuer un échange universitaire ou séjour linguistique à moindre coût dans le cadre du programme Erasmus qui devrait lui être bénéfique.

Ainsi, à la vue de son bagage linguistique, il sera en mesure d’intégrer une université allemande prestigieuse comme la Ludwig Maximilian de Munich ou encore la Humbolt de Berlin, toutes deux reconnues par le classement du magazine américain Times Higher Education (THE).

LLCER allemand + ERASMUS Master MEEF

L’allemand est la deuxième langue la plus demandée sur le marché de l'emploi par les recruteurs après l’anglais. Sur le marche de l’emploi, grâce à l’allemand et au réseau franco-allemand, les diplômés ont de nombreuses possibilités d’embauche.

Tous les chemins mènent à Rome et toutes les Licences mènent jusqu’au Master…

Voilà une phrase qui pourrait rapidement résumer à elle seule le cursus que notre élève fictif, qui rêve de devenir professeur d’allemand, doit suivre.

Sur le chemin universitaire qui le mène jusqu’aux métiers de l’enseignement, il devra valider une licence (Bac +3) afin de s’ouvrir les portes du Master Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation (MEEF) avant (Enfin !) de pouvoir postuler au concours de recrutement des enseignants.

Bien que tout ce “chemin” sonne comme un jeu vidéo où le personnage doit passer certaines étapes pour débloquer les bonus et accéder au niveau supérieur, voire au boss final (Super Mario si tu nous lis), c’est la réalité de l’éducation universitaire auquel notre élève va être confronté.

Il est préférable, pour être plus à même de répondre aux critères de sélection du concours, de privilégier une licence en adéquation avec ses plans de carrière professionnelle.

Par exemple, si notre étudiant souhaite devenir professeur des écoles : il conviendrait de passer une licence reprenant une matière dispensée à l’école primaire comme les mathématiques.

Autre exemple, s’il souhaite enseigner son savoir dans le cadre de la formation au second degré – comprenez collège et lycée – alors il vaudrait mieux suivre un cursus en lettres pour un professeur de français ou en LLCER allemand pour un professeur d’allemand.

Pour revenir sur cette dernière, la licence LLCER (langues, ­littératures et civilisations étrangères et régionales), vise à acquérir des connaissance sur une seule langue en l’étudiant sous toutes ses coutures.

Ainsi, les élèves qui réussissent seront reconnus comme des spécialistes avancés dans la connaissance d’un pays et d’une culture, en l’occurrence l’Allemagne et la Bière ! (oups) La culture allemande.

La quasi totalité des cours est dispensée en langue étrangère et comprend des matières comme la littérature, l’histoire et la civilisation du pays.

Note : Pour prendre la mesure de son choix, certain tests permettent d’évaluer son niveau. Le site de la Sorbonne nouvelle en propose un à la rubrique « testez-vous ».

Découvrez enfin comment devenir prof d’allemand avec internet

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
Avner
Rédacteur Web et Consultant en marketing digital et réseaux sociaux. ✈️Digital Nomad passionné par l'histoire et l'expression culturelle à travers le monde.

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz