Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

Les possibilités d’avancement pour les professionnels de l’enseignement public

Par Philippe le 02/11/2016 Blog > Cours particuliers > Donner des Cours Particuliers > Promotion et Évolution : Quelle Carrière pour un Prof de l’Éducation Nationale ?
Table des matières

Dès la fin du lycée, la question de l’orientation post-bac se pose. Vous serez sans doute tout comme moi passé par cette étape angoissante où l’on doit formuler des vœux avec plus ou moins de conviction, puis attendre d’hypothétiques réponses… en croisant les doigts !

Vient ensuite le problème de l’orientation professionnelle à proprement parler. Serai-je prof ? militaire ? commercial ? avocat ? La liste pourrait être longue !

Mais même après la réussite d’un concours et l’obtention d’un emploi pérenne, demeure la problématique de son avenir dans telle ou telle voie. Où serai-je dans vingt ans ? Quelles seront mes conditions d’enseignement ? Combien gagnerai-je… ?

La vie active représentant grosso-modo quarante années de l’existence humaine et se préparant lors d’études parfois longues, la chose est à prendre au sérieux. Pour quiconque se sent appelé à une vocation d’ordre pédagogique, ce n’est que prudence que de s’interroger sur ses perspectives d’évolution, de mutation et de promotion au sein du ministère de l’EN.

Comment devenir professeur des écoles et quel est le barème des salaires ?

Nous avons tous en tête le mot instituteur, qui renvoie naturellement aux « hussards noirs de la République » avec des mœurs austères et logés au-dessus de leur petite école de campagne, ou encore à Marcel Pagnol et ses chefs-d’œuvre…

Pourtant, le corps des « instits » a été supprimé et remplacé par celui des « professeurs des écoles » à l’occasion de la loi d’orientation sur l’éducation n° 89-486 du 10 juillet 1989. Ce fut le moyen d’augmenter les rémunérations des enseignants de l’école primaire, mais aussi de retarder leur âge de départ à la retraite (aujourd’hui, nous sommes bien loin des 55 ans de jadis !).

À ce moment-là, dès 1990, les écoles normales – dont les étudiants étaient rémunérés par l’État – furent remplacées par les IUFM (instituts universitaires de formation des maîtres), lesquels ont cédé la place en 2013 aux ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation) à l’issue d’une réforme engagée par le ministre socialiste Vincent Peillon.

Dans ces établissements, les élèves ne sont toujours que des étudiants, qui suivent un cursus de type universitaire les menant jusqu’à un niveau bac+5 (master 2), requis pour pouvoir passer avec succès le CRPE (concours de recrutement des professeurs des écoles). Le temps des institutrices recrutées avec un simple baccalauréat est révolu depuis belle lurette !

En plus de ce diplôme universitaire, les impétrants doivent obligatoirement disposer d’un brevet de natation, d’une attestation PSC1 (premiers secours), d’un CLES2 (certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur, niveau B2 – ou équivalent) et d’un C2i2e (certificat de compétences en informatique et Internet). Bien entendu, toutes ces qualifications peuvent être facilement obtenues au sein des ESPE.

Les études pour devenir enseignant sont loin d'être courtes, et exigent l'obtention de plusieurs diplômes universitaires avant le concours. Devenir instit | Une véritable vocation de pédagogue : y avez-vous déjà songé ? | source : stocksnap.io

Le CRPE en lui-même commence par une phase d’admissibilité à l’écrit, à la fin du mois d’avril, avec du français et des mathématiques. En cas d’admissibilité, suivent pour l’heureux candidat les épreuves d’admission en juin, avec une mise en situation professionnelle, de l’EPS et un test des connaissances du système éducatif.

Les lauréats passent par la case « stage » avant d’être titularisés sur décision de leur administration.

Il faut encore savoir que le concours est déconcentré département par département. Pour info, en 2015, près de 11 500 places étaient disponibles.

Côté rémunération mensuelle (nette), voici ce qui attend les primés…

  • Stagiaire : de 1325 à 1428€.
  • Après 2 ans de carrière : 1690€.
  • Après 10 ans : de 1879 à 2016€.
  • 20 ans de carrière : de 2324 à 2498€.
  • Au bout de 30 ans : de 2639 à 2973€.

Quelle formation pour devenir professeur certifié et pour quelle rémunération ?

Le professeur certifié est un lauréat du CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) ou de ses équivalents (comme le CAFEP pour les établissements privés sous contrat). Depuis la suppression du corps des instituteurs et la création de celui des professeurs des écoles, les profs de collège et de lycée ne se distinguent plus vraiment des enseignants du premier degré.

CAPES, CAFEP, ESPE et CRPE sont déjà des épreuves de taille à surmonter ! Avancement | Une carrière se construit échelon après échelon | source : visualhunt.com

Le prof certifié appartient lui aussi à la catégorie A de la fonction publique d’État. Il doit avoir un niveau bac+5 (master 2) pour être admissible au concours, lequel est national et organisé matière par matière (arts plastiques, lettres classiques, physique-chimie, sciences de la vie et de la terre…). Il y a donc une plus grande spécialisation.

Les matières les plus demandées sont les mathématiques (1440 postes ouverts en 2016), les lettres modernes (1316), l’anglais (1225) et l’histoire-géo (700).

Côté salaire, il n’y a plus de différence avec les professeurs des écoles, maintenant que le même niveau d’études est exigé des uns et des autres. En revanche, les professeurs certifiés sont tenus d’assurer 18 heures de cours par semaine, soit un peu moins que leurs collègues du primaire. On estime alors que, toutes tâches confondues, ces premiers travaillent 41h par semaine, contre 44h pour les enseignants en primaire.

Quid de la revalorisation salariale prévue pour 2017 dans l’Éducation nationale ?

Le métier d’enseignant semblant de plus en plus déconsidéré, le ministère de l’EN peine à recruter. En témoignent certaines offres urgentes publiées via Pôle Emploi…

Les étudiants brillants se détournent volontiers de la voie professorale pour se tourner vers des métiers un peu mieux rétribués, où les conditions de vie paraissent davantage agréables. D’autant plus que les débuts de carrière, en ZEP et autres banlieues difficiles, ne sont guère affriolants…

Pour remédier à cette situation pouvant devenir excessivement grave sur le long terme, la ministre de l’Éducation nationale Najad Vallaud-Belkacem a décidé de revaloriser les barèmes salariaux de ses fonctionnaires.

À cette fin, une nouvelle classe avec ses propres échelons a été créée au-dessus de la classe normale et du hors-classe : c’est la classe exceptionnelle, pour les fins de carrière et pour les pédagogues les plus méritants. Certains commentateurs ont parlé d’« agrégation pour tous », la courbe des salaires y ressemblant en effet à s’y tromper.

Cependant, c’est dès le tout début de carrière que les rémunérations des enseignants augmenteront à compter de janvier 2017, avec la budgétisation d’un milliard d’euros en plus d’ici 2020. Ainsi, dès sa titularisation, un professeur certifié touchera 1400€ bruts supplémentaires par an. C’est loin d’être négligeable !

Le même « cadeau » s’applique aux anciens, car c’est toute la grille salariale qui est revue à la hausse.

Enseigner est avant tout un plaisir, quels que soient les élèves et l'académie. Cours particuliers | Votre bureau personnel est peut-être plus confortable que la classe d’un établissement scolaire moderne ! | source : stockvault.net

Voici donc notre listing mis à jour selon les nouveaux salaires qui doivent entrer en vigueur dans quelques mois…

  • 2 ans d’ancienneté : 1666€.
  • 10 ans : de 1805 à 1913€.
  • 20 ans : de 2365 à 2543€.
  • 30 ans : de 2543 à 3026€.

Améliorez votre salaire et votre qualité de vie en donnant des cours particuliers

Ce n’est pas assez, me direz-vous ? Rien de plus humain que d’en vouloir toujours davantage ! C’est bien compréhensible.

Ces dispositions financières sont fixées par la loi, et elles s’appliquent sans discrimination sur l’ensemble du territoire français. Pourtant, en termes de standard de vie et de pouvoir d’achat, 2500€ nets en pleine campagne représentent peut-être le double par rapport à la même somme gagnée dans une grande ville de province, ou le triple de ce qu’il en serait pour de nombreuses zones de la région parisienne…

Dans ces cas-là, lorsque les différentes primes (indemnité annuelle de suivi d’accompagnement des élèves, éventuellement celle de direction d’une école…) ne suffisent pas à gonfler honorablement sa rémunération, l’enseignant peut avoir tout intérêt à se lancer dans l’aventure des cours à domicile.

L’enseignement public peut très bien se coupler avec un préceptorat de type privé : la loi le permet – cf. décret du 2 mai 2007, art. 2. Dans les faits, il suffit de demander au préalable une autorisation à sa hiérarchie. Si jamais celle-ci vous était refusée, revenez vers nous… car ce serait une première, et un vrai scoop !

En fonction de votre vie de famille, de vos passe-temps et de vos disponibilités, vous décidez du nombre d’heures que vous pouvez – ou que vous voulez – dispenser chaque semaine. Y compris pendant les vacances scolaires officielles, si cela vous chante. Sur ce volet-là, vous être votre propre patron : profitez-en !

Il vous faudra simplement trouver une forme juridique pour exercer (le statut d’auto-entrepreneur est très avantageux et facile à gérer pour une telle activité de complément). Afin de trouver des clients, vous pouvez faire jouer vos réseaux professionnels, familiaux et amicaux, ou alors intégrer une entreprise spécialisée (type Acadomia). Toutefois, pour présenter des tarifs plus attractifs en limitant le nombre des intermédiaires, l’inscription à un annuaire de profs particuliers ou la publication d’une petite annonce est une bonne astuce.

La connaissance et l'esprit critique sont un gage de liberté intellectuelle, en plus d'être essentiels pour la vie adulte et professionnelle. Enseigner | Transmettre les savoirs que l’on a soi-même reçus… | source : kaboompics.com

*

L’EN offre la sécurité de l’emploi, et un avancement assuré, échelon après échelon, grâce à l’ancienneté. On est donc assuré de terminer sur un meilleur salaire qu’à ses débuts, malgré toutes les crises économiques imaginables. Avec à la clef une pension de retraite calculée sur les 75% des 6 derniers mois d’activité (qui sont aussi les meilleurs).

Ce n’est pas négligeable, surtout lorsque l’on sait que la rémunération mensuelle nette médiane des Français était de 1772€ en 2013.

Mais on comprend qu’un prof n’ait pas envie d’attendre ses dernières années de travail pour empocher un salaire qui corresponde à ses aspirations…

Aussi, la création d’un revenu de complément en faisant de l’aide aux devoirs, des cours particuliers et du tutorat est un véritable tremplin pour la motivation de l’intéressé, son épanouissement professionnel… et son compte en banque !

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 2 votes)
Loading...
Philippe
Amateur de matières littéraires et de langues, autodidacte touche-à-tout, transmettre des savoirs par les mots à l'heure du numérique me tient à cœur.

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz