Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

L’entraînement vocal pour amateurs et professionnels

De Philippe, publié le 06/07/2017 Blog > Musique > Chant > Technique Vocale : Top 10 des Exercices

« Ce n’est pas en ouvrant la gorge d’un rossignol que l’on découvrira le secret de son chant. »

Marcel Pagnol

Les chorales parsèment le pays, et leur niveau peut faire le grand écart en fonction de la qualité des choristes.

Aimer chanter est un préalable : c’est très bien, mais autant ne pas s’arrêter en si bon chemin et aller plus loin…

Dans cette perspective, les paresseux auront bien du mal à réaliser des progrès vocaux, car il y faut des efforts non négligeables.

Comme dans tout art, et notamment la pratique d’instruments de musique, la virtuosité vient à force de travailler sa voix.

Si le timbre d’une voix (sa beauté pour faire bref) est presque totalement inné et que sa tessiture s’impose en grande partie à nous, il appartient à la répétition de chanter parfaitement juste, de gérer son volume et son endurance, de maîtriser de plus en plus de partitions, de gagner des notes du côté des graves ou des aigus…

En la matière, rien de mieux que de pouvoir compter sur un professeur particulier spécialisé dans les cours de chant, surtout si l’on n’a guère la chance ou le niveau d’intégrer un conservatoire de musique ou de profiter des enseignements d’une école de musique digne de ce nom.

Voyons ensemble 10 exercices aussi simples qu’universellement reconnus dans la sphère musicale, à réutiliser sans modération, seul, dans un chœur associatif ou avec son coach vocal.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

1. L’échauffement de la voix

Pas question de chanter la Walkyrie de Richard Wagner, qui dure plusieurs heures, après un simple claquement de doigts !

Non, il est nécessaire d’échauffer son organe avant toute production de son exigeant une certaine puissance ou un effort ne serait-ce que relativement prolongé.

Or, tout récital publique, de même que toute séance d’entraînement, remplissent ces critères rendant nécessaires quelques techniques d’échauffement, qu’il est important de maîtriser pour ne jamais être pris au dépourvu et savoir rapidement monter en scène, au besoin…

Les musiques actuelles permettent de travailler sa voix lors d'un stage de chant ou de cours individuels en les combinant avec quelques exercices polyphoniques. Éveil musical | Se perfectionner dans l’art du chant, c’est trouver sa voix et se faire entendre sans avoir besoin d’un porte-voix ! | source : visualhunt.com

Sachez tout d’abord qu’une voix, grave ou non, a besoin de 7h de repos minimum pour être de nouveau au top.

Il faut également éviter les sodas et les produits laitiers, par trop acides, avant d’interpréter un air.

Le meilleur exo d’échauffement consiste à disposer d’un piano pour bien placer ses notes et monter puis descendre en gammes.

Ceux qui ont de l’oreille pourront sans difficulté le faire a cappella ; l’idéal étant d’aller du grave vers l’aigu en gardant la bouche fermée, pour s’empêcher de forcer.

Il est important d’être parfaitement détendu et à l’aise : l’ensemble buccal étant composé d’une multitude de petits muscles, n’hésitez pas à émettre des sonorités infantiles en faisant claquer joues et lèvres ou en imitant un bruit de moteur – le ridicule ne tue pas !

Notez que le vibrato, caractéristique phonatoire naturelle d’une voix lyrique jeune et en bonne santé, sera de meilleure qualité lorsque votre voix sera chaude.

Pareillement, l’échauffement vocal permet de moins fatiguer les cordes vocales et le larynx.

2. Un exercice de respiration en position couchée

Bien chanter, c’est avant tout bien respirer : rôle maîtrisé, mélodie juste, puissance, etc., tout dépend de nos poumons !

Voici une technique très simple : couchez-vous sur le dos en posant un gros livre sur votre poitrail, puis respirez comme d’habitude tout en cherchant à identifier et à sentir les parties du corps qui participent aux inspirations et expirations : abdominaux, périnée, côtes…

Continuez en expirant jusqu’à manquer d’air. Puis inspirez lentement.

N’hésitez pas à mettre une main sur les côtes et l’autre à hauteur de la bouche. Le livre doit se soulever, mais très peu.

Gardez vos poumons pleins 5 secondes durant, puis soufflez en veillant à ce que l’ouvrage ne retombe pas brusquement, mais progressivement.


Ce sont les mêmes muscles et sensations que vous devrez mettre à contribution lors d’un concert.

Retenez bien qu’il vous faut vous tenir bien droit, ne pas lever les épaules, ne pas gonfler ses poumons (comme si on devait souffler dans un ballon…), ne point baisser ou lever la tête, regarder toujours en face de soi.

Le haut du buste ne sert de rien à la chanteuse lyrique : c’est la respiration abdominale, avec une pression constante, qui se trouve au cœur d’une belle voix de poitrine.

On doit s’orienter vers une respiration intercostale diaphragmatique, c’est-à-dire respirer plutôt bas en ouvrant ses côtes flottantes.

3. S’entraîner à projeter des sons

Il n’y a rien de plus catastrophique que d’essayer de chanter fort : c’est là qu’une prestation devient affreuse, car forcée et non naturelle.

Pour avoir une voix véritablement puissante et des plus audibles, il faut en réalité s’atteler à se faire entendre, ce qui est bien différent.

Il faut s’imaginer chanter pour quelqu’un qui se trouverait à une cinquantaine de mètres.

Devenir chanter implique beaucoup d'entrainement ! Comment chanter grâce à des exercices simples ?

Pour cela, il convient de projeter du son de façon optimale, en contractant d’abord le périnée pendant l’émission de la sonorité.

Ensuite, faites un sss en contractant désormais les abdominaux à la place du périnée.

Pour finir, continuez ce sss jusqu’à perdre toute votre réserve d’air, puis relâcher complètement vos muscles – l’organisme a alors le réflexe de récupérer tout l’air perdu, sans rien forcer.

N’hésitez pas à recommencer, pour prendre pleinement possession des sensations d’une bonne technique respiratoire de chant, d’autant plus que cela peut servir d’échauffement !

Découvrez également comment travailler son timbre de voix

4. La technique du « son nasal »

Baryton, mezzo-soprano, chanteur moderne ou autre ténor : chacun fait passer sa tonalité par les fosses nasales, lesquelles servent de caisse de résonance – ce qui, contrairement à une opinion trop répandue, n’est pas le cas de la cage thoracique.

Apprendre à chanter, c’est donc savoir par où doit passer tout cet air.

Un exercice simple pour gagner en aisance sans improvisation : bouchez-vous le nez (sans appuyer ni trop haut ni trop fortement), contractez votre périnée et produisez un son i. Débouchez alors votre voie nasale.

Revenez à cette technique dès que vous perdez le fil du parcours respiratoire – après un rhume par exemple.

5. Travailler l’attaque des notes

La qualité d’un soliste dépend souvent de ses entames (50% du chant choral).

Il est nécessaire de bien préparer son corps avant de produire une tonalité.


C’est excellent pour gagner en confiance en soi : prenez par exemple un son m.

Le but du jeu est de le stopper tout de suite pour disséquer tout ce qui se passe physiologiquement : importance des abdominaux, intervention du larynx, rôle des résonateurs, resserrement des lèvres, position de la langue, pression d’air…

Il faut reproduire l’exercice pour remarquer chacun de ces éléments.

Cette analyse scénique est incontournable pour se corriger d’éventuels défauts, car il ne reste alors qu’à s’ajuster.

L’enjeu est d’affiner ce qui est bon et de supprimer ce qui est superflu ou dommageable : l’aide d’un professeur de chant ou d’un expert est tout indiquée.

6. Apprendre à libérer sa voix

Parlons enfin de la colonne cervicale (zone OAA), pour avoir une voix libérée de toute entrave.

Ce gain de souplesse permettra de gagner en vaillance, mais aussi de prendre davantage de plaisir en chantant.

Il faut chanter en veillant à ne pas crisper les muscles de cette région, mais au contraire leur donner du mou tout en les sollicitant à leur mesure.

L’exercice consiste à bouger doucement en rond sa tête autour de son nez (comme si vous peigniez avec votre tête sur le plafond) lorsque l’on chante (« ang » par exemple), en choisissant des notes médiums de sa tessiture et en bloquant les épaules.

La zone en question sera alors naturellement relâchée, de même que bien d’autres tensions du corps humain : parfait pour lutter contre le trac !

7. Une astuce pour chanter juste

Avant de penser à se lancer dans le grand bain, encore faut-il savoir chanter parfaitement juste.

Des cours de musique sont parfaits en la matière, la pratique faisant la différence pour être exactement sur la fréquence d’une note.

Un exercice simple : avant de la fredonner, prenez le temps d’écouter mentalement une mélodie (sans les paroles) en vous arrêtant sur chaque note.

Si vous êtes capable d’entendre un air juste en esprit, la moitié du chemin est fait : vous avez assez d’oreille musicale pour chanter juste.

Il faudra simplement conformer votre geste vocal à ce que vous avez dans la tête.

Le mieux est de commencer avec une chanson simple, du genre J’ai du bon tabac dans ma tabatière.

8. Parfaire sa diction

Articuler, à l’inverse de la crispation, est au b.a.-ba de la justesse d’une voix de tête, et pas seulement pour chanter une chanson issue d’un opéra italien ou étranger.

Il ne faudrait en revanche pas tomber dans l’excès qu’est l’exagération labiale : ce n’est pas la déformation artificielle des lèvres qui améliorera votre prestation, bien au contraire !

Poser sa voix grâce au pharynx et améliorer son timbre de voix sont des éléments mis en avant par nos professeurs pour qui souhaite devenir chanteur. Formation musicale mélodique | Le solfège est à connaître pour percer dans la chanson française | source : pixabay.com

C’est l’arrière-gorge qui demeure essentielle pour une bonne prononciation.

Ici, des exercices dignes des acteurs et comédiens de théâtre à Paris sont fortement recommandés, comme la répétition de phrases telles que « Trois tortues trottaient sur un trottoir très étroit ».

Par chance, la chorale Résonances de Sallanches vous en donne 22 exemples !

9. Les vocalises

La vocalise est un travail autour de la voyelle, par opposition aux consonnes.

Il s’agit de gagner en souplesse et de trouver le squillo, en travaillant des phonèmes simples : commencez par or, o et oui.

Le premier ouvre la cavité pharyngée ; le deuxième permet de conserver un larynx bas ; et le troisième donne de l’acuité à la voix.

C’est simplement de la répétition pure et dure, jusqu’à trouver la meilleure attitude et la bonne puissance pour une projection optimale.

10. Le relèvement de la langue

D’après les musicologues, deux vocalises sur trois seraient entachées d’un défaut de position de la langue.

Des astuces pour travailler efficacement sa voix ? Comment placer sa langue en chantant ?

Il est important de se libérer de cette dernière en la maîtrisant pour pleinement développer ses qualités cantatrices.

Le relèvement lingual est causé par une contraction excessive de la racine de la langue, ce qui stoppe certaines vibrations dès lors refoulées vers la cavité buccale.

Pour travailler le positionnement de sa langue, rien de mieux que des exercices en répétant des notes, car la langue doit rester à plat non loin des incisives du bas :

  • entonnez yor, , yor, , yi pour trouver la position linguale idéale ;
  • chantez gnor, gné, gni pour travailler le repositionnement de la langue.

Ces deux gymnastiques permettent également de lutter contre le recul de la langue, défaut très courant chez les femmes sopranos.

Découvrez enfin comment travailler sa voix au quotidien…

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *