Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Peut-on apprendre la langue japonaise en tant que français ?

De Alexia, publié le 29/06/2017 Blog > Langues > Japonais > Possible de Parler Japonais Couramment ?

L’alphabet japonais est souvent vu comme un frein à l’apprentissage de cette langue riche et intéressante culturellement.

Mais vous ne devez pas vous arrêter à cela. Plus d’excuses, on s’y met. Le japonais est parlé par 130 millions de locuteurs, pourquoi pas vous ?

Et si l’on vous disait qu’aucune langue n’est plus difficile qu’une autre à apprendre ?

Mieux, que le japonais est en réalité facile à apprendre ?

Prêt à vous lancer ?

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Parler couramment japonais, ça veut dire quoi ?

Vous comptez partir travailler ou étudier au Japon ? Autant vous dire que ne pas parler le japonais risque d’être un obstacle majeur. Si dans les années 1990 et début 2000, les entreprises japonaises étaient peu regardantes quant au niveau de japonais de leurs recrues étrangères, les choses ont bien évolué.

Le Japon a introduit un barème et mis en place un visa spécifique à forte valeur ajoutée pour les étrangers venant travailler au pays du soleil levant.

S’il y a 15 ans, c’était super facile pour un étranger de venir travailler au Japon, aujourd’hui il faut à tout prix savoir parler couramment japonais à moins d’être natif anglophone ou de sortir d’une excellente université avec des résultats crevant les plafonds…

Comment apprendre à parler japonais rapidement ? Si vous voulez trouver un job au Japon, mieux vaut savoir parler la langue !

Et encore, même une fois sur place, on vous demandera de parler la langue. Voilà pourquoi il est absolument nécessaire de connaître la langue japonaise, ses kanji, hiragana et katakana pour vivre au Japon et y travailler.

Donnons une définition. Qu’est-ce que ça veut dire parler couramment une langue étrangère ?

C’est pouvoir communiquer au quotidien avec ses collègues, clients, ses amis, etc.

En gros, vous devez être capable de répondre aux questions qu’on vous pose, et d’en poser également.

Sachant qu’en français on utilise moins de 5000 mots pour communiquer au quotidien, sur un total de 600 à 700 000 mots, il en sera de même en japonais.

Et encore, les 600 mots les plus fréquents représenteraient a priori 90 % des textes français. Donc avec environ 1000 mots de vocabulaire en japonais, vous devriez pouvoir être considéré comme « fluent ». Bien sûr, apprendre une langue ne se limite pas à une liste de mots. Il faut apprendre la grammaire, la conjugaison et la culture japonaise mais enfin c’est plutôt encourageant non ?

Passer ou ne pas passer son JLPT ?

Le JLPT, pour Japanese-Language Proficiency Test, atteste comme le TOEIC Ou le TOEFL pour l’anglais, d’un niveau de langue en japonais. Il existe deux diplômes :

  • Le JLPT 1 : le niveau le plus élevé,
  • Le JLPT 2.

Beaucoup estiment que pour savoir parler couramment japonais, il faut avoir le JLPT 1. Néanmoins, cela reste des diplômes avec leurs imperfections.

Le JLPT est un examen d’écoute, de lecture et de compréhension. A aucun moment, il ne vous sera demandé de parler japonais. Ecouter, comprendre et lire sont suffisants pour réussir l’examen. Or, on sait tous que c’est finalement le plus facile et que parler reste la partie la plus ardue quand on apprend une langue.

Est-ce qu'un séjour linguistique permet d'être bilingue en japonais ? Ni plus, ni moins qu’un diplôme attestant de votre niveau de langue.

Certaines offres d’emploi demanderont peut-être d’avoir le JLPT 1 ou 2. Mais ce n’est pas une obligation en soi. Lors d’un rendez-vous téléphonique ou d’un entretien, il faut être capable de répondre aux questions posées et de décrire votre parcours et les raisons de votre venue au Japon. Et pour ça, le JLPT ne vous sera malheureusement d’aucune aide.

Parler japonais n’est pas plus difficile qu’apprendre une autre langue

D’où vient cette idée que parler japonais est difficile ?

L’apprentissage du japonais est bien plus aisé que celui des caractères chinois pour un francophone. Parler est facile, écrire est plus compliqué mais pas impossible et ce n’est qu’une excuse de plus pour ne pas s’y mettre.

Parler japonais est facile quand on sait par où commencer.

Partez du principe qu’aucune langue n’est plus difficile qu’une autre à apprendre. On dit souvent que le français est la langue la plus compliquée. Tout dépend du point de vue. Les lettres sont faciles à mémoriser mais la grammaire, la conjugaison et la lecture sont un véritable casse-tête. La prononciation sera également compliquée pour certains, notamment les asiatiques.

Le chinois est aussi réputé pour sa difficulté, notamment à cause de son nombre infini de caractères à mémoriser, mais ceux-ci ont une unique prononciation contrairement aux caractères japonais. La grammaire chinoise est aussi extrêmement simple. La principale difficulté réside dans la prononciation des 4 tons possibles en chinois.

Et le japonais dans tout ça ? C’est une langue difficile à écrire et à lire. Tous les kanjis et leur différente prononciation ON et Kun rendent l’apprentissage fastidieux. Mais parler japonais est simple, encore plus simple que l’anglais probablement.

On peut s'aider d'un dictionnaire français japonais pour apprendre du vocabulaire. Les enfants apprennent à parler avant de savoir écrire.

Commencez par apprendre à parler japonais. C’est bien plus gratifiant, plus utile et plus motivant pour apprendre ensuite l’écrit. Et c’est d’une logique implacable ! On apprend tous à parler avant de savoir écrire. Imaginez un japonais débarquant en France, sachant parfaitement écrire le français mais ne pouvant pas s’exprimer à l’oral. Compliqué pour trouver un emploi, non ? Alors que le contraire est tout à fait faisable.

5 conseils pour apprendre le japonais plus facilement

  • Être motivé : dès qu’on apprend une langue, la motivation est le facteur le plus important. Pourquoi voulez-vous apprendre le nippon ? Pour un voyage au Japon ? Pour travailler à Kyoto ? Pour épater vos amis avec des mots japonais ? Quel que soit votre objectif, il doit être suffisamment impliquant pour vous motiver sur le long terme. Car oui, une langue ne s’apprend pas en quelques semaines et demande du travail, de la rigueur et de la constance. Si vous n’êtes pas capable de vous dégager du temps pour travailler, mieux vaut ne pas commencer.
  • S’exposer le plus possible à la langue : on va partir du principe que vous n’avez pas de parent japonais, sinon tant mieux pour vous, ce sera bien plus facile ! Mais vous avez certainement tout ce qu’il vous faut pour vous immerger dans la langue nippone quotidiennement. Mangas, dramas, bangumis, jeux vidéos, musiques, le choix est large.
    Même si vous ne comprenez pas tout au début, l’écoute est la pierre angulaire de l’apprentissage. Votre oreille s’habituera peu à peu aux sons, aux tonalités, à la musicalité de la langue, de la syntaxe et des mots qui reviennent souvent. En linguistique, cela s’appelle l’INPUT. C’est la phase d’apprentissage où l’on emmagasine des informations. Plus vous passez du temps sur cette phase, plus il sera facile de travailler l’OUTPUT. Il s’agira alors de dire ce que vous avez retenu et assimilé.
  • Trouver un mentor en japonais : de préférence un natif japonais qui pourra vous orienter et vous aider lors de vos rencontres et discussions avec des japonais. Bien sûr, si c’est un français qui a appris le japonais, ça marche aussi. Il pourra vous accompagner et vous aider à mieux comprendre les codes de la politesse par exemple ou des phrases et des nuances que vous n’avez pas saisies.
  • Parler, parler, parler : l’OUTPUT est essentiel à la phase d’apprentissage. Dans l’apprentissage de n’importe quelle langue, écouter et lire ne suffisent pas. Il faut absolument parler ! Même si vous faites des erreurs, ce n’est pas grave. C’est mieux que de répéter une phrase dans sa tête et de ne jamais la dire de peur de faire une faute de grammaire. Et si vous ne parlez pas, qui vous corrigera ? Il ne faut pas attendre d’être parfaitement bilingue pour oser parler. Faire des erreurs, oublier du vocabulaire, buter sur des mots fait partie intégrante du processus d’apprentissage, vous n’y échapperez pas.
  • Connaître les kana sur le bout des doigts : les kana (hiragana katakana) sont la base du japonais écrit. Si vous souhaitez passer à la phase écrite, c’est indispensable de les connaître par cœur pour pouvoir écrire et lire sans réfléchir. Etudier le japonais écrit ne peut se faire qu’une fois cette phase acquise.

Comment se passe la vie au Japon ? Trouvez-vous un mentor pour mieux comprendre les codes culturels du japonais.

Alors possible pour un francophone ?

Evidemment ! Avec du travail. Et le meilleur moyen est encore d’apprendre avec un locuteur natif.

Le japonais est considéré comme un isolat linguistique, c’est-à-dire qu’il ne partage de racines communes avec aucune autre langue. Ce qui peut sembler compliqué à apprendre mais ni plus ni moins que votre langue maternelle.

Prendre des cours de japonais peut être utile au moins au début, à condition bien sûr que le professeur soit à votre écoute.

Si, comme nous le conseillons, vous préférez commencer à apprendre à parler japonais, il faut trouver un enseignant disposé à commencer de cette manière. L’accent est souvent mis sur l’écrit mais ce n’est pas comme ça qu’on sait parler une langue.

Souvenez-vous de vos cours d’anglais ou d’espagnol au collège. Savez-vous parler couramment grâce à ça ? Non, parce que l’accent était mis sur l’écrit et non sur l’oral, pourtant essentiel à une langue vivante.

En synthèse :

  • L’écriture japonais ne doit pas être un frein à l’apprentissage de la langue japonais. Parler japonais est bien plus facile que beaucoup de langues.
  • Pour un francophone, ce n’est pas plus compliqué que pour un apprenant d’une autre nationalité. La langue japonaise est facile à prononcer et l’accord grammatical est bien plus simple qu’en français.
  • Passer son JLPT n’est pas forcément nécessaire puisqu’il n’est que peu demandé lors d’un entretien et ne vous prépare qu’à la compréhension écrite et orale et non à l’expression.
  • Avec du travail, il est tout à fait possible de parler couramment japonais !
Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *