Portugais du portugal
Coach sportif
Dessin
Initiation informatique
Coach sportif
Maths
Solfège
Initiation informatique
Superprof une communauté de
1.421.871
professeurs particuliers indépendants
TOP 10 professeurs
Français
Maths
Italien
Maths
Espagnol
Piano
Danse
Coach sportif
Portugais du portugal
Coach sportif
Dessin
Initiation informatique
Coach sportif
Maths
Solfège
Initiation informatique
Français
Maths
Italien
Maths
Espagnol
Piano
Danse
Coach sportif
Superprof une communauté de professeurs particuliers indépendants
TOP 10 professeurs
Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager
1
4

La philosophie germanique dans le monde professionnel allemand

De Aurélie, publié le 31/03/2017 Blog > Langues > Allemand > La Mentalité Allemande au Travail

« L’Allemagne possède une curiosité anatomique : elle écrit de la main gauche et agit de la main droite » – Kurt Tucholsky

L’Allemagne est-elle un véritable eldorado du travail pour les Français ? C’est en tout cas ce que semblent penser nos compatriotes travaillant dans le pays germanique : selon un sondage Connexion Emploi réalisé en 2015, 78% des sondés s’estiment « heureux au travail ».

Et il y a de quoi !

En effet, 73,1% d’entre eux gagnent plus de 31,000€ bruts/an. On est donc bien loin de la moyenne nationale qui s’élève à 20,670€/an.

Pourtant, travailler et partir en Allemagne n’est pas aussi facile que l’on peut le prétendre…

A cause du choc culturel et de la différence des mentalités entre la France et l’Allemagne, il peut être compliqué d’être embauché ou de bien s’intégrer au sein d’une entreprise allemande. Les Français qui veulent tenter leur chance Outre-Rhin doivent donc veiller à bien se préparer à la philosophie allemande.

Voici tout ce qu’il faut savoir sur la mentalité du travail en Allemagne !

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

La discipline allemande : mythe ou réalité ?

Dans la liste des stéréotypes couramment véhiculés sur les Allemands, un terme revient sans cesse : la discipline.

Nos voisins germaniques seraient disciplinés, ordonnés, stricts et bien moins souples que nous autres Français.

Pourquoi cette image si implacable ?

Quelles sont les différences entre travailler en France et travailler en Allemagne ? Oubliez donc les stéréotypes : les employés allemands ne sont pas si stricts que ça !

En fait, l’Allemagne elle-même diffuse cette image en mettant en avant la compétitivité et l’efficacité des travailleurs germaniques. Les entreprises allemandes recherchent l’assiduité et la régularité chez leurs salariés, ce qui fait de l’Allemagne la 4ème puissance économique mondiale.

Lors d’une interview accordée à 20 minutes le 2 septembre 2014, Katja, une Franco-Allemande vivant à Paris, explique :

« On attend pour traverser que le feu soit vert, dans le business on respecte scrupuleusement les contrats. [Les évènements sportifs] sont encore plus importants qu’en France, mais il n’y a jamais de débordements de la part des supporters. »

L’Allemagne serait-elle donc une « bonne élève », toujours sérieuse et pondérée ?

Eh bien ce n’est pas toujours le cas !

Bien que de nombreux pays pensent que les Allemands paraissent parfois (trop ?) disciplinés, nos voisins germaniques mettent aussi l’accent sur l’extériorisation des sentiments.

C’est par exemple le cas au sein du système scolaire allemand, comme l’explique Katja :

« [L’école] favorise plus l’expression personnelle et le débat. On n’apprend pas de cours par cœur. »

C’est donc le mélange d’assiduité et d’affirmation de soi qui permettent à nos voisins d’Outre-Rhin d’être si efficaces dans leur travail ! Et pour découvrir l’envers du décor, pourquoi ne pas commencer par aller apprendre l’allemand à Berlin ?

Les différences culturelles au travail entre l’Allemagne et la France

Quels sont les avantages de travailler en Allemagne ?

Grâce à certaines connivences culturelles et à la proximité géographique entre la France et l’Allemagne, nos compatriotes ont tendance à penser que travailler dans le pays germanique n’est pas bien différent que de travailler dans l’Hexagone.

Eh bien c’est faux !

En fait, sous-estimer les différences culturelles au travail peut être un frein à l’intégration sur le sol allemand : selon un sondage de l’Institut Goethe réalisé en 2014, entre 50% et 60% des entreprises estiment que la disparité des mentalités entre Français et Allemands peut être une source de tension au travail.

Pour ne pas subir un échec professionnel, mieux vaut donc ne pas se laisser berner par cette illusion.

Comment constuire une carrière dans un pays germanique ? Ne prenez pas exemple sur le Lapin Blanc d’Alice ! En Allemagne, il est hors de question d’être en retard !

Voici quelques différentes marquantes entre le travail en France et le travail en Allemagne :

  • En France, les heures de travail priment sur la vie personnelle ≠ en Allemagne, la vie privée est considérée comme primordiale pour bien travailler. Le télétravail est même encouragé,
  • En France, on favorise l’originalité ≠ en Allemagne, on favorise l’utilité et la rentabilité,
  • En France, on favorise la créativité d’un employé ≠ en Allemagne, on met avant tout l’accent sur la qualité du travail demandé,
  • En France, on vise le bon fonctionnement d’une entreprise ≠ en Allemagne, on vise la perfection,
  • En France, on encourage le mouvement ≠ en Allemagne, on encourage la régularité et la continuité,
  • En France, les entreprises aiment relever de nouveaux défis ≠ en Allemagne, les entreprises jouent la carte de la sécurité.

Autre changement : le travail en Allemagne est monochronique. Tandis que les travailleurs français peuvent accomplir plusieurs tâches en même temps, les salariés germaniques prennent le temps d’établir des emplois du temps fixes afin de traiter les tâches d’une manière séquentielle.

Pour bien tenir son planning, les Allemands mettent un point d’honneur à rester ponctuels en toutes circonstances.

Les travailleurs allemands sont également plus pris en compte lors des grandes décisions de l’entreprise. C’est le fameux sentiment du « Wir-Gefühl » : les Allemands font partie d’un « tout » et se sentent donc plus impliqués au sein de leur firme.

Avant de se lancer dans l’aventure allemande, nos compatriotes doivent donc prendre conscience de toutes ces différences culturelles.

Lors de l’entretien d’embauche et dès le début de leur carrière internationale, ils pourront ainsi s’intégrer plus facilement et s’adapter aux attentes des entreprises germaniques !

Découvrez aussi les 5 meilleures villes étudiantes d’Allemagne !

L’expérience plutôt que les diplômes ?

En ce qui concerne la valorisation des diplômes, la France est un cas à part : dans l’Hexagone, on estime que sortir d’une grande école élitiste permet à un élève d’avoir une carrière toute tracée.

Peter Gumbel, auteur de « Elite Academy », explique à Challenges le 5 septembre 2017 :

« [En France], les diplômes ont une valeur très forte, donnant l’impression que tout se joue à 22-23 ans. Nulle part ailleurs dans le monde la question de savoir où vous avez fait vos études ne détermine si profondément votre carrière. »

Alors qu’en France il est très compliqué, voire impossible de retourner dans le système scolaire après un décrochage, les écoles allemandes acceptent plus facilement les reprises d’études. Nos voisins germaniques peuvent donc améliorer leurs compétences professionnelles à tout âge via des cours théoriques ou pratiques.

Comment prendre des cours particuliers en langue de Goethe ? Parler allemand couramment est un « must » pour pouvoir être remarqué par une firme germanique.

Les diplômes permettent alors d’apporter un « plus » à leur CV professionnel, sans pour autant être un critère décisif lors de l’embauche.

En effet, en Allemagne, être un étudiant brillant ne suffit pas : le candidat doit prouver sa valeur dans le monde professionnel.

Les entreprises allemandes valorisent plutôt :

  • La maîtrise de la langue de Goethe – voire le bilinguisme (découvrez par ailleurs le vocabulaire à connaître en Allemagne, ainsi que les expressions allemandes indispensables !),
  • L’attitude proactive des candidats (spontanéité des candidatures, adaptabilité …),
  • L’apport pratique et non théorique des diplômes obtenus,
  • Les missions courtes effectuées durant sa jeunesse (stages, intérim …),
  • Le niveau des compétences professionnelles,
  • Les lettres de recommandation,
  • La connaissance en outils numériques,
  • L’expérience « sur le terrain » …

En Allemagne, les « Die Elitehochschulen » ou les « Eliteuniversität » n’ont pas beaucoup d’importance : les écoles de l’enseignement supérieur apportent avant tout une connaissance pratique de l’environnement de travail.

Les entreprises germaniques prennent également en considération les candidats plus âgés. En effet, d’ici 2020, 40% de la population active allemande devrait être des seniors.

En lançant des initiatives comme « Perspective 50+ », les firmes allemandes développent l’embauche aux seniors en valorisant leur grande expérience et leurs connaissances poussées dans le milieu professionnel plutôt que leur formation.

La philosophie en Outre-Rhin est donc bien différente de la nôtre : là-bas, le parcours éducatif importe peu. C’est avant tout l’expérience et le sérieux qui priment, et tous les secteurs sont enclins à donner leur chance aux candidats sans diplômes.

Travailler en Allemagne : l’importance de ne pas laisser traîner les choses

« Le temps, c’est de l’argent » – Benjamin Franklin

Cette politique du « Zeit ist Geld » est particulièrement présente en Allemagne où le salarié doit être à la fois rapide et efficace.

Ici, pas question de procrastiner !

La mentalité allemande est en effet très centrée autour de la rentabilité : tandis qu’en France, c’est plus le pouvoir qui attire, les travailleurs allemands cherchent avant tout des postes bien rémunérés qu’ils ne peuvent obtenir qu’en étant particulièrement assidus et consciencieux.

Comment s'améliorer en langue allemande en allant travailler dans un pays germanique ? En Allemagne, les salariés doivent apprendre à s’écouter entre collègues et à installer un climat de confiance.

En effet, les entreprises allemandes refusent de donner un centime à un travailleur qui chôme. C’est donc une relation de confiance doit s’installer entre l’employé et l’employeur.

Entre collègues, on retrouve cette même philosophie.

Les salariés allemands doivent pouvoir compter les uns sur les autres afin de pouvoir perfectionner ensemble le rendement de l’entreprise.

Lors d’une interview accordée à Superprof, Stéphanie, travaillant depuis 4 ans en France et venant de Ravensburg, nous en dit plus cette doctrine du travail :

« Une des grandes différences entre la France et l’Allemagne se situe pour moi dans le domaine du travail. Depuis que je travaille en France, j’ai remarqué une chose : en Allemagne, lorsque l’on dit « Je m’occupe de ça », on le fait. Et tout de suite la plupart du temps. Dans cette phrase, les Allemands lisent une attente et comptent réellement dessus. Alors qu’en France, cela peut parfois rester des paroles en l’air. Il m’est arrivé que l’on me dise « Je m’en occupe » pour me faire plaisir, mais ce ne fut pas le cas. »

Pour perdurer dans le marché du travail allemand, il faut donc se tenir rigoureusement à son emploi du temps et prodiguer le travail demandé en temps et en heure.

Avec tous ces conseils, vous êtes désormais paré à tenter votre chance sur le sol germanique !

Découvrez enfin le classement des meilleures universités allemandes

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,50 sur 5 pour 6 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz