Portugais du portugal
Coach sportif
Dessin
Initiation informatique
Coach sportif
Maths
Solfège
Initiation informatique
Superprof une communauté de
1.421.871
professeurs particuliers indépendants
TOP 10 professeurs
Français
Maths
Italien
Maths
Espagnol
Piano
Danse
Coach sportif
Portugais du portugal
Coach sportif
Dessin
Initiation informatique
Coach sportif
Maths
Solfège
Initiation informatique
Français
Maths
Italien
Maths
Espagnol
Piano
Danse
Coach sportif
Superprof une communauté de professeurs particuliers indépendants
TOP 10 professeurs
Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les sésames donnant accès à l’enseignement supérieur allemand

De Philippe, publié le 23/03/2017 Blog > Langues > Allemand > Les Tests DAF et DSH pour Faire ses Études en Allemagne

Wagner, Goethe, la chevauchée des Walkyries, les puissantes berlines, une économie forte et des centres-villes magnifiques…

L’Europe du Nord a de quoi attirer et fasciner par une civilisation longue de plusieurs siècles et une riche culture héritée du Saint-Empire germanique.

Les motivations pouvant pousser un étudiant à passer une partie de sa vie avec des Allemands sont nombreuses : simple curiosité, essai des coutumes teutonnes en vue d’une installation plus durable, perfectionnement linguistique, recherche d’études universitaires mieux cotées…

Le Rhin a beau être un fleuve imposant, c’est une frontière qui se franchit aisément, surtout à l’heure de l’espace Schengen.

Mais les inscriptions dans les établissements supérieurs allemands sont encadrées. Bien souvent, un certificat allemand, type Test Deutsch als Fremdsprache ou le Deutsche Sprachprüfung für den Hochschulzugang vous sera demandé.

Ce sera une assurance pour vous, qui permettra d’avoir confiance en votre aisance à suivre des cours exigeants sans être perdu…

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Pourquoi étudier en Allemagne ?

Chacun sait intuitivement que toute nation a un mode de vie particulier. C’est notamment le cas des Germains, à tel point que l’on caricature volontiers leurs dialectes et certaines de leurs spécialités…

Mais en allant au-delà des films de Bourvil et Funès, des « Raus » et « Schnell », il y a une infinité de trésors et de merveilles à découvrir outre-Rhin.

Les bourgades allemandes, de toutes tailles, présentent un centre authentique et très bien conservé. Colombages, toits pentus, crépis clairs, maisons étroites, clochetons gothiques sont autant d’atouts pour séduire les touristes… et attirer les étudiants français.

Le charme du climat continental, avec neige en hiver et belles soirées ensoleillées en été, s’allie à merveille avec le style urbain local et les champs de seigle bavarois.

La vie en Allemagne, c’est aussi la découverte de recettes de cuisine typiques et d’événements propres aux Teutons : la fête de la bière, exemple parmi tant d’autres, mais exemple phare et mondialement connu. Vous ne le mettrez pas sur votre CV, mais quand même… !

Les particularités locales sont peut-être plus affirmées qu’en France. Aussi, il faudrait multiplier les voyages d’études et les séjours linguistiques pour faire le tour des Länder… Si seulement c’était possible !

Les campus allemands sont d'autant plus nombreux que le système éducatif des grandes écoles n'existe pas chez les Teutons. Heidelberg | Une ville universitaire de Germanie parmi d’autres ! | source : stocksnap.io

En toute honnêteté, même si le cadre a son importance et que de bonnes conditions de vie ne sont pas pour déplaire, ce n’est pas la toute première chose que viennent rechercher les jeunes expatriés.

Le plus souvent, il s’agit de maîtriser la langue de Goethe, dont on aura déjà quelques rudiments dès le départ : le but est de pouvoir se débrouiller dès son arrivée à Berlin, Dresde ou Francfort, et d’en repartir… bilingue !

Rien ne vaut, en effet, une immersion intégrale dans la culture de la langue d’accueil et y passer par la même occasion un certificat d’allemand validant votre niveau !

Le principal écueil à éviter est de côtoyer… d’autres étudiants étrangers, avec lesquels on aurait la tentation de parler anglais ou français.

Il faut avoir la volonté de passer des jours entiers, voire des semaines, sans parler sa langue maternelle. Grâce à ces efforts, le cerveau assimilera beaucoup mieux vocabulaire, tournures grammaticales et prononciation.

Le passage d’un ou deux semestres dans une capitale tudesque semble encore plus incontournable pour les élèves d’un UFR de LLCER (Langues, littératures et civilisations étrangères et régionales) – surtout ceux qui veulent devenir prof d’allemand.

Il existe actuellement deux tests reconnus, le TestDaF (Test Deutsch als Fremdsprache) et le DSH (Deutsche Sprachprüfung für den Hochschulzugang). Le Deutsche Sprachprüfung für den Hochschulzugang (DSH) est un test de langue allemande permettant l’accès aux études supérieures allemandes .

Une autre raison importante d’étudier par-delà le Rhin est l’élitisme prêté à certaines filières teutoniques.

Les grandes écoles n’existant pas chez nos voisins, l’Université y est davantage huppée, d’autant plus que l’obtention de l’Abitur est moins courante que celle de notre bac.

Certains domaines restent en Europe la chasse gardée de la Bundesrepublik Deutschland : c’est en particulier le cas de la chimie, discipline qui a trouvé de nombreux prix Nobel entre le Rhin et l’Oder.

Le Test Deutsch als Fremdsprache

Vous connaissez peut-être déjà les certificats Goethe Institut, mais quid des autres ?

Le DAF, ou encore TestDaF, est l’un des fleurons du célèbre Goethe-Institut, institution ayant pour objet de soutenir la diffusion de l’allemand à travers le globe, via le TestDaf-Institut, succursale de la Gesellschaft für Akademische Studienvorbereitung und Testentwicklung.

La Hochschulrektorenkonferenz et l’Office allemand d’Échanges universitaires ont eux aussi pris part à l’élaboration du concours.

Cette certification est tellement prisée qu’elle dispose d’un site Internet et d’un nom de domaine dédiés, en plus d’une rubrique sur la page de l’institut Goethe.

Cet exam d’allemand a spécialement été conçu pour le monde estudiantin, à l’attention des jeunes de plus de 16 ans.

Le niveau du Test Deutsch als Fremdsprache est élevé, puisque celui-ci permet de justifier d’un niveau B2 voire C1 (en fonction des résultats obtenus) sur l’échelle du CECR – Cadre européen commun de référence pour les langues.

Pour réussir sans difficulté les épreuves, le candidat doit comprendre les informations essentielles de divers supports écrits succincts, saisir les détails saillants de documents issus de la presse ou de la littérature scientifique, connaître des réflexes langagiers liés à vie courante, prendre spontanément part à un débat, ne pas être perdu au cours d’une conférence, écrire un paragraphe argumenté et cohérent, décrire une documentation, résumer des idées et soutenir une argumentation orale.

 

Bosser, s'entraîner, refaire des exercices, apprendre du vocabulaire et du lexique, revoir sa grammaire… autant d'incontournables pour réussir ! Un examen, ça se mérite | Sans réviser, pas de réussite possible au DAF ou au DSH | source : pixabay.com

Le DAF comporte quatre grandes parties :

  1. La compréhension écrite, évaluée sur une heure, avec l’étude de trois ensembles documentaires : des plaquettes concernant l’enseignement supérieur et la vie étudiante ; un article de journal de 500 mots environ ; et un extrait de type scientifique, supérieur à 500 mots.
  2. La compréhension orale, pendant 40 minutes, se déroule en trois volets : écoute d’une discussion banale ; compréhension d’un colloque de chercheurs ; et audition d’un cours universitaire.
  3. L’expression à l’écrit, d’une heure, avec l’écriture d’un texte bien construit sur un sujet donné, puis la nécessité de prendre position sur une question, avec force arguments.
  4. L’oral, via un ordinateur, d’une grosse demi-heure (35 minutes le plus souvent) : sept enregistrements vous mettront dans des situations de la vie ordinaire sur un campus allemand ; tandis que le dernier exercice sera de puiser des informations dans des documents pour les résumer, faire des comparaisons et des conjectures, puis porter un jugement.

Selon les notes obtenues, l’étudiant recevra le niveau 3, 4 ou 5. Pour une inscription dans une faculté d’Allemagne, il faut justifier du niveau 4 en ayant validé les quatre épreuves décrites supra.

Heureusement, il est possible de se présenter à ce diplôme autant de fois qu’on le souhaite (mais il y a des frais d’inscription : près de 175 €) !

Cours de préparation au TestDaF DSH ; Tests d'allemand TestDaF et DSH Étudier en Allemagne université allemande TestDaFDSH, Allemand langue. Le TestDaF est un examen d’allemand de niveau avancé. Il correspond aux degrés B2 à C1 de l’échelle de six niveaux de compétences du Cadre européen .

Pour faire des économies et se préparer au mieux par d’opportunes révisions, le Goethe-Institut donne gratuitement des filons en ligne et propose des achats utiles de manuels.

Le Deutsche Sprachprüfung für den Hochschulzugang

Quel que soit le certificat de langue étrangère visé, on aura tout intérêt à s’entraîner le plus possible.

À l’heure du 3.0, ce ne sont pas les cours et exercices en ligne qui manquent, d’autant plus que l’on pourra les compléter judicieusement par le recours aux cours particuliers à domicile.

Sinon, voyons ce qu’est l’« examen d’allemand pour l’admission en université » !

Eisbein, Maultaschen, Wurst, Sauerkraut, Knödel, Nudeln, Käsekuchen, Strudel, Schnaps : autant de spécialités allemandes que l'on ne trouvera qu'en Brandebourg, Hesse, Franconie ou autre ! Séjour d’immersion | Rien de mieux que de vivre la vie d’un Allemand pour parfaire sa maîtrise de la langue | source : unsplash.com

Si le DAF (« allemand langue étrangère ») se passe en France mais que l’on n’a pu s’y présenter avant de faire sa valise, le DSH se fait directement à l’arrivée, dans une école allemande, sur convocation (mais avec des frais d’environ 100 €).

Plus fermé, cet examen ne peut être repassé qu’une seule fois. Un échec peut aussitôt suspendre votre inscription universitaire, et ce même si vous êtes déjà installé à Hambourg, Nuremberg ou ailleurs…

Trois niveaux sont décernés, le plus faible étant le 1 et le plus fort le 3.

Les niveaux 2 et 3 sont acceptés par à peu près tous les établissements, mais pas le premier échelon – systématiquement refusé par, entre autres, l’université de Sarre.

Sans surprise, il y a tout à la fois une partie écrite (qui compte pour 70 % de la note finale) répartie en quatre grands thèmes de compréhension (2 h 30 et 50 % du résultat général) et d’expression (cette dernière, d’une heure pour 200 à 250 mots, vaut 20 % des résultats définitifs), et un oral de 20 minutes. Ce dernier n’a lieu que pour les candidats ayant auparavant réussi l’écrit.

Y a-t-il d’autres possibilités pour faire ses études à l’étranger ?

Si le DAF et le DSH sont normalement obligatoires pour prétendre à des enseignements universitaires en langue allemande, il existe cependant des chemins de traverse pour effectuer une partie de ses études en terre germaine.

Le premier, c’est d’opter pour un cursus franco-allemand. C’est par exemple la licence Regio chimica entre Mulhouse et le Brisgau. L’Université franco-allemande récapitule l’ensemble des filières comparables existant à ce jour.

Présente dans de nombreuses capitales à travers le monde, cette institution culturelle germanique est internationalement renommée pour ses diplômes et références. Le Goethe-Institut | Un haut lieu de la culture et de la langue pour les Allemands | source : visualhunt.com

La seconde option, c’est de trouver une fac où les cours sont… en anglais ! Après tout, grâce au programme Erasmus, des néophytes peuvent aller en Estonie ou en Grèce sans parler un seul mot de la langue étrangère correspondante !

Enfin, une dernière option, si les universités allemandes refusent votre dossier, c’est de choisir une autre destination. Pour parler allemand, l’Autriche pourra elle aussi convenir tout à fait.

À défaut, que diriez-vous d’apprendre une nouvelle langue… ?

Découvrez enfin ce qu’est le BULATS allemand !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz