Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les certificats de niveau en allemand

De Philippe, publié le 27/03/2017 Blog > Langues > Allemand > Tests et Diplômes en Langue Allemande

Bien que largement derrière l’anglais ou l’espagnol, la langue de Goethe est la troisième langue européenne la plus apprise par les Français.

En 2012, c’étaient 15,4 % des élèves de métropole qui avaient choisi l’allemand pour langue vivante à un moment donné de leurs études secondaires.

La grammaire tudesque, avec ses célèbres déclinaisons qui font penser aux langues anciennes, a la réputation d’être formatrice pour l’esprit.

En dépassant les clichés qui déprécient la beauté littéraire de la poésie germanique, très répandus dans l’opinion publique, il y a de quoi être fier d’apprendre l’allemand.

Le maîtriser permet non seulement de l’apprécier à sa juste valeur et d’y prendre goût, mais aussi de s’ouvrir des horizons professionnels inédits.

Le parler d’outre-Rhin est une voie royale pour entrer dans certains établissements prestigieux.

Plus tard, certains postes en entreprise sont réservés à des germanophones (ce qui arrive bien entendu avec d’autres langues), l’Union européenne aidant et l’Allemagne étant la première puissance économique d’Europe en plus d’être notre voisine.

Ce sont autant de raisons de se préparer dès aujourd’hui à justifier d’un niveau d’allemand des plus honorables, qualité à faire valoir sur un CV aussi bien qu’en entretien.

Explorons les différentes pistes qui s’ouvrent devant l’étudiant français souhaitant démontrer ses connaissances dans l’idiome de cent millions de locuteurs, ce qui en fait le premier de l’UE !

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Les diplômes d’allemand à l’université

Si le collège et le lycée ont institutionnalisé les statuts de LV1, de LV2, de LV3 et d’option, quid d’une certification allemand à l’université ?

De nombreuses classes préparatoires demandent de conserver l’étude d’une ou plusieurs langues, lesquelles auront leur importance selon le concours choisi.

Par exemple, en khâgne et hypokhâgne, on devra réaliser de bonnes performances en version, mais aussi dans la composition d’un commentaire de texte entièrement rédigé en langue étrangère.

Mais l’Université est le lot de la majorité des jeunes Français passant le cap de l’enseignement supérieur.

Là, il est possible de continuer à progresser en langue allemande tout en en conservant des traces officielles.

Pour un séjour linguistique ou une année universitaire d'immersion en Allemagne, le choix du campus universitaire est déterminant pour progresser en vocabulaire, en syntaxe, en lexique, en fluidité, en aisance, en conjugaison et en prononciation. Tübingen | Dans le Land de Bade-Wurtemberg, l’une des cités universitaires les plus réputées de Germanie | source : visualhunt.com

La petite porte, c’est de ne consacrer que quelques crédits ECTS au beau dialecte de Schiller.

On le choisira alors pour option, et il comptera généralement pour 6 ECTS sur les 30 que compte un semestre universitaire. Ce choix peut être conservé ou révoqué au fil des trimestres.

Chaque étudiant est libre, en fonction des modules proposés par son établissement et son année universitaire, de décider de suivre des enseignements de tel ou tel niveau (d’après les échelons du Cadre européen commun de référence en langue – ou CECR).

Dans cette perspective, il sera possible d’étudier l’histoire, le droit, la géographie, la chimie ou n’importe quoi d’autre tout en ayant quelques unités de valeur d’allemand en amphi !

La grande porte, mais qui correspond à une vocation déterminée, c’est une filière intégralement germanisée – ou presque !

Il s’agit d’abord des parcours de LLCER (Langues, littératures et civilisations étrangères et régionales), au sein d’un UFR de langues.

Plus de la moitié des étudiants choisissant cette voie sont issus de la section générale littéraire.

Ils se destinent pour la plupart à devenir profs d’allemand, ou bien à se vouer à une carrière de traducteur ou d’interprète.

Quoi qu’il en soit, le caractère civilisationnel, culturel, linguistique et littéraire de ce cursus est plus qu’affirmé.

Les rares diplômes universitaires (DU) d’allemand existant de ce côté-ci du Rhin sont en règle générale de la même veine.

Il existe une filière plus tempérée et résolument tournée vers l’application professionnelle et le monde de l’entreprise ou du commerce international : la licence LEA.

En « langues étrangères appliquées », l’étudiant choisit deux langues (allemand-anglais ou espagnol-allemand par exemple) : il doit déjà en maîtriser au moins l’une des deux.

Au cours des études, les documents présentés, les cours dispensés et les épreuves de validation sont véritablement axés sur la technicité, la mise en situation et la professionnalisation.

Pour finir, quelle que soit la discipline d’étude choisie, le ministère de l’Éducation nationale propose aux universitaires de valider un niveau B1 ou B2 via la CLES 1 ou 2.

De même, aucun cursus n’empêche de partir quelque temps à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus ou d’un diplôme franco-allemand. Dans certains cas, même en Allemagne, les UV peuvent être en anglais et donc attirer jusqu’aux personnes débutant l’allemand !

Les dilettantes auront également la possibilité d’étudier le teuton pour leur propre plaisir via des supports par correspondance (le Cned…) ou bien des cours particuliers à domicile, dont les prix varient en fonction des qualifications du professeur.

Le désavantage de ces deux solutions est qu’elles ne laissent pas de trace académique directe.

En revanche, le niveau d’aisance acquis ne sera pas perdu, et il permettra de mieux réussir dans les voies que nous allons décrire ci-dessous.

Quels sont les examens d’allemand du Goethe-Institut ?

L’institut Goethe est le pendant de notre Alliance française pour le FLE, ou encore de l’Instituto Cervantes pour l’espagnol et de l’université de Cambridge pour la langue de Shakespeare.

Cette institution culturelle à but non lucratif est l’un des fleurons de la diffusion de la culture teutonne dans nombre de grandes villes de la planète.

Des sessions de cours y sont directement proposées, mais on connaît surtout l’établissement pour ses certificats Goethe Institut, distribués niveau par niveau.

Les adultes pourront justifier d’un niveau A1 à C2 en passant le test approprié :

  • le Start Deutsch 1 (niveau A1) s’adresse aux néophytes ne parlant que quelques mots d’allemand ;
  • le Start Deutsch 2 (niveau A2) franchit un seuil avec la compréhension de tout ce qui s’avère essentiel pour vivre dans un pays germanique ;
  • le Goethe-Zertifikat B1 est une première certification de perfectionnement, où l’on doit faire preuve d’un allemand digne de ce nom ;
  • le Goethe-Zertifikat B2 concerne tous ceux qui peuvent prétendre parler couramment la langue ;
  • le Goethe-Zertifikat C1, lorsqu’il est validé, est un véritable pas de fait vers le bilinguisme ;
  • le Großes Deutsches Sprachdiplom (niveau C1) est un sésame : parler aussi bien l’allemand que les natifs !

L'attirance franco-allemande ne manque pas de références culturelles et historiques chez deux nations au langage riche et évolué. Charlemagne | L’empereur a scellé une alliance entre Francs et Germains, à mille lieues des guerres mondiales | source : commons.wikimedia.org

Dans tous les cas, il faut s’acquitter de frais d’inscription (variables en fonction de l’exam), et ce sont quatre grands domaines de compétences qui sont évalués :

  • la compréhension écrite ;
  • la compréhension orale ;
  • l’expression écrite ;
  • l’expression orale.

Il ne faut donc négliger aucun des aspects de l’étude d’une langue étrangère.

Le Goethe-Institut fait tout pour aider les candidats, en mettant à leur disposition d’anciens sujets, des corrigés et des supports d’entraînement.

Les plus jeunes n’ont pas été oubliés par leurs services, puisque deux certificats sont destinés aux commençants mineurs :

  • le Fit in Deutsch 1, de niveau A1 ;
  • le Fit in Deutsch 2, pour le niveau A2.

Il n’y a pas de grande différence avec les concours équivalents mentionnés juste au-dessus, si ce n’est une présentation plus ludique et des thèmes plus facilement appréciables par les adolescents.

Les tests DAF et DSH pour faire ses études en Allemagne

Le lieu commun veut que les mots allemands soient volontiers à rallonges. Pour une fois, la rumeur est juste !

Le Test Deutsch als Fremdsprache (« TestDaF » pour les intimes) vient consacrer la maîtrise de l’allemand langue étrangère, tandis que le Deutsch Sprachprüfung für den Hochschulzugang (plus digeste sous sa dénomination de « DSH ») est directement proposé par les universités tudesques.

Nous conseillons vivement de passer le premier test d’allemand DAF en France grâce au Goethe-Institut, plutôt que d’attendre la rentrée universitaire en Allemagne pour le DSH (également payant de toute façon) : patienter jusqu’à ce dernier, c’est prendre le risque de devoir refaire sa valise et rebrousser chemin en cas d’échec.

Plancher doit être votre maître-mot si vous souhaitez décrocher votre diplôme à la faculté. Aisance rédactionnelle | Par QCM ou plus élaborés, les exercices du DAF et du DSH sont très exigeants | source : unsplash.com

L’un de ces deux diplômes (durant chacun 3h30 environ) est nécessaire, à moins d’avoir l’Abitur, pour quiconque veut suivre en Allemagne des cours en allemand en dehors d’un programme transfrontalier institutionnalisé.

Le TestDaF attribue un niveau B2 ou C1. Le DSH est noté sur 5, chaque fac allemande fixant elle-même son plancher d’admission.

Qu’est-ce que le BULATS Deutsch-Test ?

Ayant un statut de langue officielle en Allemagne, en Autriche, en Belgique, au Liechtenstein, au Luxembourg, en Suisse, dans la voïvodie d’Opole (en Pologne), dans certaines circonscriptions brésiliennes et au sein de la garde suisse du Vatican, l’allemand offre de nombreuses possibilités à ses locuteurs.

Le BULATS allemand, lancée sur l’initiative de Cambridge Assessment, est à la disposition des Français souhaitant faire carrière à l’international, au sein d’une économie globalisée.

D’abord disponible pour l’anglais, le français, l’espagnol et l’allemand, il traverse depuis 2015 une période troublée.

Désormais, le BULATS ne concerne plus que le seul anglais professionnel.

Pour l’allemand à usage pro, le Goethe-Institut a remplacé en 2017 le BULATS Deutsch-Test par un Deutsch-Test für den Beruf (ou « Goethe-Test PRO »).

Normalement l’échec y est impossible, après 60 à 90 minutes d’épreuves : selon la note obtenue, on se voit attribuer un niveau européen précis, de C2 à A1, le justificatif étant valable deux années.

L’examen se passe sur ordinateur, le logiciel choisissant automatiquement des questions en fonction des réponses de chaque candidat !

Vous aurez du mal à trouver une firme n’y prêtant pas d’importance…

Contre le chômage et la précarité, la maîtrise de l'allemand pour les professionnels est une garantie de maintien, de réussite et de promotion. Espoir de promotion | Adidas est l’une des nombreuses sociétés à accorder beaucoup de crédit au BULATS | source : stocksnap.io

*

Il ne vous reste qu’à faire le tri pour savoir ce qu’il vous faut, en fonction de votre projet et de votre situation !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *