Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

La chanson sans fausse note : c’est possible

De Philippe, publié le 27/04/2017 Blog > Musique > Chant > Apprendre le Chant pour Arrêter de Chanter Faux !

« La chanson, c’est le battement du cœur des hommes. »

Christophe Maé, Justin Bieber ou Jeff Buckley… Nombreuses sont les personnes rêvant de chantonner aussi bien que ces stars ! Sans oublier les ados qui rêvent de gagner la Star Academy ou The Voice pour devenir des célébrités.

Malheureusement, nous sommes aussi très nombreux à n’être… comment dire ? Pas très doués pour la cantilène.

Dans ces cas-là, les objectifs sont légèrement plus humbles : essayer de faire aussi bien que son voisin qui, là-bas, avec sa gratte, chante la sérénade sans le moindre canard.

Par le passé, la musique faisait partie intégrante de la vie quotidienne et rurale : le père de famille chantait des airs d’opérette en se rasant, la mère fredonnait une berceuse pour le petit dernier, le grégorien et les chants polyphoniques agrémentaient les offices religieux, les travaux des champs étaient rythmés par diverses hymnes, tandis qu’une marche ne se concevait guère sans mélodie…

Tout cela est bel et bien révolu ! Les chefs-d’œuvre musicaux, sauf dans de rares familles, ne trouvent plus les enfants au berceau, comme du temps de Mozart.

Par conséquent, sans oreille, sans exemple et sans pratique autour de nous, nous sommes des Castafiore plutôt que des Pavarotti. Et quand il s’agit de psalmodier en public, on fait tintin et non florès…

Faites-vous partie, vous aussi, des 71 % de métropolitains qui chantent sous la douche, où personne ne peut entendre leurs loupés ?

Rassurez-vous, car nous pouvons parodier un mot célèbre du siècle dernier et dire : Le désespoir en chant est une sottise absolue.

Rien n’est jamais trop tard ! Même avec un lourd handicap, il est possible d’arriver à d’excellents résultats en développant son talent artistique.

Qu’appelle-t-on « chanter faux » ?

L’expression est largement passée dans le langage courant, à tel point que l’on ne sait pas toujours ce qu’elle désigne.

« Chanter faux » : est-ce juger que quelqu’un chante de mauvaises notes, ou que son motet ne plaît guère ?

Il faut évidemment pencher pour la première réponse.

Après, l’erreur de chant peut être seulement ponctuelle : le chanteur ne connaît pas assez bien la mélodie qu’il doit entonner, et il la réinvente malhabilement, se trompant de notes…

Mais il y aussi ceux qui ne s’écoutent pas chanter et déraillent donc rapidement, ou alors qui s’entendent mais n’ont pas assez d’oreille pour savoir si leur production est juste ou fausse.

C’est cette dernière catégorie de « mauvais chanteurs », les casseroles, qui nous intéresse au premier chef ici.

Bien chanter aigu en chorale, voire faire office de voix de tête, demande de maîtriser la posturer du diaphragme et de resprirer sans forcer, après un échauffement vocal en bonne et due forme. Interpréter a capella | Que vous soyez baryton, contre-ténor ou basse, à quand sur les planches ? | source : visualhunt.com

La plupart du temps, il ne s’agit que de soucis de proprioception, c’est-à-dire de non-maîtrise des mécanismes oraux.

L’important est de garder à l’esprit que chanter faux, bien que ce soit horrible sur le moment, n’est jamais une fatalité !

Vous verrez : vous pourrez bientôt vous inscrire à des concours de chant et passer le cap de la demi-finale. La Flûte enchantée, c’est vous !

Même dans les très rares cas où le problème viendrait d’une déficience auditive, certains professeurs de chant se disent capables – preuves à l’appui – de faire chanter des malentendants.

En revanche, ce sera naturellement plus compliqué pour les handicapés phonatoires, qui peuvent cependant prendre plaisir à mentaliser des airs pour agrémenter leurs jours et leurs pensées.

Comment placer sa voix ?

Arrêter de chanter faux, dans la majorité des cas, revient en fait à placer sa voix.

Les cordes vocales sont des muscles qui, en fonction de leur tension, produisent telle ou telle note.

Placer sa voix, c’est savoir pour chaque hauteur de son quelle est la sensation musculaire nécessaire.

Pour faire simple, vous devez vous imaginer qu’une contraction différente des cordes vocales correspond à une touche en particulier sur un clavier de piano.

En effet, derrière celui-ci, ce sont bien des cordes qui sont frappées ! Leur taille et leur tension les prédestinent à jouer un ton spécifique, un accord étant ponctuellement nécessaire pour corriger les dérèglements.

Internet oblige, les galeries de tutos vidéo n’omettent pas de parler de cette question épineuse et de permettre aux bonnes volontés d’y remédier au moyen de quelques exercices :

 Les astuces données (touche de la pomme d’Adam, déglutition, ou nez bouché…) sont très efficaces, notamment pour trouver la position initiale, de « repos », du larynx.

 

 

On n’y pense pas souvent, mais le premier ami des canards et des vocalises ratées… c’est le stress !

Tout comme le tract peut paralyser acteurs et sportifs, les cantatrices voient l’anxiété avoir un effet néfaste sur leur organe.

Il est nécessaire de se décontracter, et de prendre conscience de l’importance de la respiration.

Être à même de mobiliser ses muscles vocaux et connaître le solfège sont deux choses totalement différentes !

Y a-t-il un âge pour apprendre à chanter ?

La nature étant bien faite, la connaissance en apparence prodigieusement compliquée du placement de la voix peut être quasiment innée si elle est sollicitée chez le tout-petit.

Nous ne pouvons donc qu’inciter les jeunes parents à veiller à l’éveil musical de leur progéniture, ce qui lui donnera un atout supplémentaire dans la vie, à peu de frais.

Après, chanter juste sera de plus en plus difficile (mais non pas impossible), jusqu’à l’âge adulte, sans parler du vieillissement qui entraînera des pertes d’audition et un raidissement des muscles – dont les cordes vocales.

Soyez à la chanson française ce qu'étaient pour la musique classique les compositeurs Puccini, Bizet, Wagner, Bellini, Donizetti, Haendel et Rossini. Master class | Sentez naître en vous un Roberto Alagna ! | source : unsplash.com

Les Français ont la réputation d’être très mauvais pour les langues vivantes à l’oral, tandis que l’apprentissage des langues étrangères à l’écrit reste honorable.

Eh bien, on peut dire que le tableau est presque le même pour le chant. Nous pouvons affirmer avec France Musique et le docteur Bianco que « [l]a France est un des pays où l’on chante le plus mal ».

De fait, certains idiomes – comme le chinois avec ses célèbres tonalités – s’apparentent plus à de la chanson qu’à un langage parlé atone.

L’école, ayant « arraché » l’enfant à la famille, selon le mot de Jules Ferry, ne le fait pas assez chanter, malgré quelques comptines enfantines en maternelle, des spectacles de classe au primaire et de maigres heures de cours de musique avec un prof certifié en collège. Ce n’est certes pas le gros des enseignements !

Peut-on acquérir l’oreille musicale ?

Assez souvent, ceux qui chantent faux n’ont pas non plus appris à décrypter la musicalité.

Sans entrer dans le détail du cas limite qu’est l’amusie (ne pas distinguer une mélodie d’un bruit anodin), un certain nombre de Français sont incapables de percevoir une fausse note et pourraient jouer J’ai du bon tabac sur un piano en se décalant de trois touches… J’en ai été témoin !

Dans une telle situation, pour un jour être capable de s’en sortir dignement dans une dictée de solfège (reconnaître à l’écoute le ton exact joué), deux initiatives sont à prendre :

  1. écouter chaque jour de la bonne musique, où mélodie et harmonie sont au rendez-vous ;
  2. apprendre à s’écouter chanter et mettre en regard ses chansons avec les partitions correspondantes pour vérifier les notes chantées.

La forme musicale et dramatique pour avoir une belle voix grave et faire vibrer des comédiens au son de musiques actuelles est impérative pour enrichir l'amplitude de ses poumons de soliste. La Fenice | Pourquoi ne prendriez-vous pas aussi des cours de guitare ou des cours de piano au conservatoire ? | source : commons.wikimedia.org

En la matière, sachez bien évidemment que vous n’atteindrez jamais le génie des très rares qui ont eu la chance de naître avec une oreille absolue.

De même, ne soyez pas jaloux de ceux qui ont déjà de l’oreille : au contraire, demandez-leur des conseils et faites-en de l’émulation pour, peu à peu, parvenir au même niveau qu’eux.

Les meilleures méthodes pour corriger ses cordes vocales

Jusqu’ici, nous avons présenté les étapes fondamentales qui prépareront une casserole à chanter juste :

  • mieux connaître le mécanisme physique du chant ;
  • savoir placer sa voix ;
  • travailler son oreille ;
  • prendre le pli de s’écouter chanter.

En partant de ces prérequis, pour que le barde Assurancetourix ne soit plus qu’un lointain souvenir, il existe différentes astuces et méthodes pour apprendre à chanter juste de façon définitive.

De nombreuses plates-formes en ligne donnent la possibilité de travailler en ce sens, pour chanter de plus en juste (car impossible d’être la Callas en une leçon !) :

La méthode ultra-classique n’est pas la plus enthousiasmante, mais c’est la plus efficace : chanter gammes diatoniques ainsi que chromatiques, intervalles et autres arpèges. Avec un enseignant bien sûr, histoire de ne pas s’entraîner à chanter faux… Ce serait bête, tout de même !

L’idéal est de se mettre à l’étude d’un instrument de musique ne demandant pas d’avoir trop de l’oreille (donc exit le violon).

Non seulement ce sera une aide pour forger son oreille musicale, mais – surtout – un piano est parfait pour partir, en début de chant, sur la bonne note. Il n’y a pas mieux pour donner le fameux « la », ce diapason si nécessaire !

Apprendre à chanter juste repose sur le mimétisme : il s’agit de savoir quelle note on chante, et de reproduire correctement un son bien défini.

Une fois que l’on a pris la décision de s’écouter chanter et de chanter juste, c’est une pratique assidue qui fera la différence, et un cours particulier de chant sera le plus à même de proposer des exercices adaptés à chaque élève, en fonction de ses besoins.

Pour conclure, n’oubliez jamais ce principe : « plus on chante, plus on chante juste ; plus on écoute, plus on chante juste ».

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz